Festival Induction : réflexion et transmission


Cette année, les artistes présenteront du trapèze, de l’acrobatie, du chant, de la danse, des films, et du théâtre.

mage d'une précédente édition du festivaValentine Cohen

mage d'une précédente édition du festiva

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 29/08/2022 PAR Nolwenn Tournoux

La 5ème édition du festival Induction aura lieu du 1er au 4 septembre, au sein de la Citadelle de Blaye. Chaque année, environ 400 festivaliers se regroupent pour découvrir les formes d’art et d’expression pratiquées par des artistes et compagnies de différentes nationalités. Cette année, des artistes aquitains, polonais, italiens, congolais et camerounais notamment présenteront du trapèze, de l’acrobatie, du chant, de la danse, des films, et du théâtre.

Le 1er septembre, le festival commencera au Cinéma Le Zoetrope de Blaye avec l’atelier d’écriture « on s’écrie ! » à 18h. L’atelier sera suivi de la projection de films « L’Art-Matrice » de la compagnie Mata-Malam, organisatrice du festival, Chiuddi Gli Occhi par Morena Campani et Château Picon-Charles Perrens – Traversée(s). Le lendemain, c’est un pot d’accueil et la restitution de l’atelier d’écriture qui ouvriront la soirée. Les volontaires pourront lire des textes écrits dans ce cadre. Ensuite, « Chanter ensemble ! » avec Atelier Sonicality et Agniezka Kazimierska, permettra au public d’élever la voix. Tout au long du festival, les artistes partageront avec les festivaliers lors de moments participatifs.

Nourrir une pensée

« Le festival s’organise dans état d’esprit de partage, pas simplement du divertissement mais d’une réflexion en commun. Cette transmission se fait dans l’idée d’ouverture à l’autre, et d’une émancipation pour ceux qui viennent voir les artistes, » explique Valentine Cohen, créatrice et organisatrice du festival induction. « Il faut que ces moments viennent nourrir une pensée. Les artistes sont sensibles à ça. »

La pièce L’ombre de mon propre vampire, portée par Eric Delphin Kwegoué et présentée le 3 septembre, rejoint également cette idée de réflexion et de partage. « Il est question d’un homme qui se demande s’il ne vaut mieux pas en finir. Parce qu’il pousse une réflexion à son maximum, il se dit que non, bien au contraire. Il faut vivre fort, pour transmettre d’autres valeurs que celles d’une consommation à outrance ou d’une compétition les uns avec les autres, » raconte Valentine Cohen. La pièce sera notamment précédée par de la danse Krump et des chants et récits et suivie par des échanges avec les artistes de l’Induction.

La dernière journée s’ouvrira à 11h par une rencontre avec les auteurs et artistes de l’Induction. Après des échanges et moments artistiques tout au long de l’après-midi, le festival se clôturera avec une « surprise inductive » à 17h.

Retrouvez l’intégralité du programme : http://matamalam.org/

Billeterie : https://www.helloasso.com/associations/mata-malam/evenements/festival-induction

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Gironde À lire ! CULTURE > Nos derniers articles