EFS : les stocks sont dans le rouge


A l’occasion de la Journée mondiale des donneurs de sang le 14 juin, l’Établissement français du sang (EFS) s’apprête à renouveler l’opération «#Prenez le relais, 1 mois pour TOUS donner» du 9 juin au 9 juillet.

Salle de don de sang EFSAqui.fr

Salle de don de sang EFS

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 10/06/2021 PAR Mélanie Philips

Depuis début mai les dons de sang ont fortement chuté en raison des jours fériés et d’une baisse de fréquentation des collectes, impactées par le déconfinement. A l’occasion de la Journée mondiale des donneurs de sang le 14 juin, l’Établissement français du sang (EFS) s’apprête à renouveler l’opération «#Prenez le relais, 1 mois pour TOUS donner » du 9 juin au 9 juillet. Durant cette période tous les citoyens sont invités à se faire les ambassadeurs du don de sang en donnant leur sang et en encourageant leur entourage à donner à leur tour. L’EFS compte sur la venue de plus de 300 000 donneurs, dont 16 000 pour la seule Nouvelle-Aquitaine sur cette période, pour faire remonter le niveau des réserves de sang particulièrement bas.

Il est 10 heures et quelques donneurs poussent les portes de l’EFS de l’hôpital Pellegrin. Une fréquentation qui remonte doucement, après un mois de mai compliqué. Rythmé par le déconfinement et les ponts, la baisse de la fréquentation n’a cessé de s’accentuer sur les 15 sites de la région. Aujourd’hui, en Nouvelle-Aquitaine, les stocks de concentrés de globules rouges (CGR) s’élèvent à seulement 7 140 CGR contre 9 500-10 000 en temps normal. « Normalement, on a une couverture de 12 jours, si on arrête de prélever. C’est notre seuil de base. Avec les chiffres actuels, on a une réserve d’environ 7 jours. 5 jours de moins, c’est énorme ! », déclare Wilfried Salado, Directeur du Département collecte et production de l’EFS Nouvelle-Aquitaine. Des chiffres qui baissent jusqu’à seulement 4,5 jours de réserve pour le groupe B négatif, au lieu de 10-12 jours. « Nous sommes sur des stocks bas, voire très bas. Les groupes A B O sont prioritaires et A+ et O+ plus que prioritaires. »

8 minutes

Un don permet de sauver trois vies. « Les CGR sont transfusés aux patients atteints de maladies comme la drépanocytose, qui ont besoin de transfusions mensuelles. Mais aussi pour les hémorragies à la suite d’accouchement, d’opérations ou simplement d’accidents », explique Wilfried Salado. En raison de la crise sanitaire, il y a eu davantage de difficultés à recruter des jeunes de 18-25 ans. Les collectes de sang organisées dans les universités ou même dans les lycées se sont vues grandement diminuer, ce qui n’a pas arrangé l’état des stocks. 

Parmi les donneurs ce matin là, Floriane, une jeune femme âgée de 26 ans, est une donneuse régulière. Après un passage auprès du secrétariat pour changer son masque et récupérer le formulaire d’éligibilité, elle s’installe dans la salle d’attente. Un entretien avec un médecin pour obtenir un avis médical est nécessaire. La jeune femme prend ensuite la direction de la salle de don. Une salle divisée en trois secteurs : don de sang, don de plaquette et don de plasma. Installée sur son lit bleu, Floriane répond aux questions de l’infirmière, avant de commencer le don. Pose du garrot et c’est parti, 8 minutes top chrono. Huit minutes durant lesquelles la jeune femme presse la balle en mousse. « Je donne mon sang depuis que j’ai 18 ans. Je sais qu’il y a des personnes qui sont dans le besoin. Ca ne me coute rien, et ça sauve des vies ! », raconte la donneuse. Tous les quatre mois, elle vient donner son sang, faire sa « bonne action ».  

Comment faire?  

Il est maintenant l’heure de la collation ! Floriane se dirige dans la salle de restauration. Plusieurs tables, un lit « au cas où », et un comptoir rempli de douceurs. Café, chocolat chaud, viennoiseries, compotes… il y en a pour tout le monde ! Une étape qui permet de recharger les batteries, mais aussi de surveiller le donneur. La jeune femme quitte les lieux à 10h45. 45 minutes auront suffit pour sauver trois vies. 

Mais alors, comment faire pour donner son sang? Rien de plus simple. Trois choix sont possibles. En téléchargeant l’application Don de sang et en prenant rendez-vous au plus près de chez vous. Il est également possible d’en prendre un directement sur le site https://dondesang.efs.sante.fr/comprendre/comment-est-organise-le-don-de-sang ou encore par téléphone. Quelles sont les conditions d’éligibilité ? Avoir entre 18 et 70 ans, peser plus de 50 kg, ne pas avoir fait de tatouage ou piercing dans les quatre mois. D’autres questions plus personnelles sont posées au cours du formulaire. Il est possible de tester son éligibilité sur le site. 


A savoir : Pour les petites entreprises qui n’ont pas la capacité d’organiser une collecte de dons, l’EFS met en place un dispositif de navette pour les employés.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! SANTÉ > Nos derniers articles