Chassés par les incendies, les touristes reviennent déjà


La réouverture de la dune du Pilat a été le marqueur du retour des vacanciers en Gironde, après deux semaines de médiatisation de crise.

La dune du pilat a retrouvé les touristesIvo Kruusamägi

La dune du pilat a retrouvé les touristes

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 4 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 03/08/2022 PAR Cyrille Pitois

Avec des images de flammes hautes comme des immeubles, une surface de 20 000 ha de forêts détruites et des paysages calcinés sur toutes les télés de France et d’Europe pendant presque deux semaines, la destination Gironde ne faisait plus très envie aux vacanciers. Sans compter ceux qui étaient déjà en séjour début juillet et qui ont été évacués, pour ainsi dire chassés par les événements. Les institutions ont rapidement réagi, la dune du Pilat a rouvert et depuis le début du mois d’août, la saison touristique semble rattraper le temps perdu.

Cinq campings rayés de la carte en deux semaines, des pompiers éreintés, des riverains évacués pendant plusieurs jours, des entreprises privées d’activité… le bassin d’Arcachon comme le Sud Gironde ont vécu des heures sombres au cours du mois de juillet. Les conséquences économiques n’ont pas tardé à se faire sentir avec des chutes d’activité spectaculaires pour tous les métiers : -40% pour les ostréiculteurs du bassin; -95% pour la location de vélos pour cause d’accès à la forêt interdits, et des annulations de réservation de séjours en cascade dans les hôtels et les campings.

Mais le traumatisme se referme semble-t-il assez vite. « Nous terminons le mois de juillet avec une fréquentation touristique en Gironde similaire à l’an dernier et ce malgré deux semaines d’arrêt et deux incendies majeurs, que l’on peut qualifier d’historique, » note Karine Desmoulin, présidente de Gironde tourisme.    

Une vidéo inspirée et rassurante

D’abord grâce à un retour significatif des touristes étrangers : les Anglais, les Allemands et les Hollandais reviennent massivement sur le territoire après deux années d’absence quasi-totale pour cause de Covid. De quoi compenser largement le petit tassement de la fréquentation française qui a retrouvé le goût des voyages à l’étranger.

L’autre levier, ce fut la réaction rapide des institutionnels pour communiquer et relancer le produit touristique sur les sites internet, les réseaux sociaux et aussi auprès des réseaux de prescripteurs comme les agents de voyage. La vidéo inspirée, réalisée en un temps record par le syndicat intercommunal du bassin d’Arcachon (à découvrir ici) et diffusée largement sur les réseaux sociaux et les chaînes de télévision sous forme de spot publicitaire, a aussi contribué à relancer la mécanique avant la fin de l’été. « Cette communication a permis de rétablir un message sur la réalité de la situation aujourd’hui, après la surmédiatisation pendant la crise, » analyse Aurélie Loubes, directrice du comité régional du tourisme. « Le fait que tous les acteurs se soient unis pour s’adapter et l’élan de solidarité que l’on a connu, ont permis d’obtenir rapidement des résultats. Le mois d’août s’annonce bon voire très bon, au moins pour la première quinzaine. »

Aussi bien qu’en 2019

Si les indicateurs départementaux et régionaux sont positifs, localement tout n’est pas réglé.  « Il y a un delta entre la fréquentation globale en Gironde, et les cas particuliers du bassin d’Arcachon et du Sud-Gironde. A nous de faire passer le message : tout est ouvert, restaurants, hôtellerie de plein air, location de vélos, parcs de loisirs. Venez, ne boudez pas le destination Gironde. Ici, nous avons les bras grand ouverts ! » plaide Karine Desmoulin.  

Le restaurateur, Jean-François Tastets, vice-président de l’UMIH 33, fait le même constat : « Depuis vendredi dernier, on constate avec plaisir le retour de la clientèle. Après les heures noires où l’on ne pouvait qu’assister au départ des touristes et enregistrer les annulations, et dix jours qui n’ont vraiment pas été les meilleurs de notre carrière, on assiste à un regain très important. Le mois d’aout s’annonce très bon, on pourrait faire une saison supérieure à 2019 qui est une référence. »

Un vent d’optimisme qui souffle plus fort sur les hôtels, campings et restaurants, que sur les activités de loisirs plus impactées par la baisse de pouvoir d’achat liée à l’inflation. Cette bonne fréquentation profite aussi davantage aux terrasses du bord de mer qu’aux professionnels installés plus loin du littoral.

Où reconstruire les cinq camping perdus? 

C’est la réouverture de la dune du Pilat qui a servi de marqueur de fin de crise et rouvert les vannes de l’activité touristique. Aujourd’hui le parking à proximité reste interdit, et il faut rejoindre la dune à vélo ou en navette payante. Mais 400 des 800 places de parking devraient de nouveau être accessibles sous quelques jours. La fréquentation des cyclistes sur la Vélodyssée reste fortement perturbée. « Mais ce sont des visiteurs qui reviendront à un autre moment lorsque le parcours sera rouvert, » souligne Karine Desmoulin.  

Pour autant les cinq campings détruits ne rouvriront pas tout de suite, privant le bassin d’un potentiel important de consommateurs : ils pèsent 6000 lits. Une prise en charge totale du chômage partiel de leurs salariés a été obtenue ainsi que des premières indemnisations. « Les chaines ont pu récupérer les clients et les envoyer sur d’autres sites. Mais les indépendants ont tout perdu, » relève le président du syndicat de l’hôtellerie de plein air, Lionel Pujade. « On fera tout pour qu’ils soient reconstruits au même endroit, c’est le prochain combat ! » Allusion à la déclaration d’Emmanuel Macron, sur place le 20 juillet, qui avait laissé entendre qu’il fallait les reconstruire ailleurs. « La dune est là depuis longtemps. Mais les campings aussi sont installés depuis vingt ans. Ils font partie du site, » martèle Lionel Pujade.

Visionner ici le spot réalisé par le SIBA

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Gironde À lire ! ÉCONOMIE > Nos derniers articles