Bordeaux : une saison culturelle 2019 placée sous le signe de la Liberté


Aqui.fr

Bordeaux : une saison culturelle 2019 placée sous le signe de la Liberté

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 1 min

Publication PUBLIÉ LE 21/12/2018 PAR Emmanuelle Diaz

Deux mois de programmation, vingt-cinq expositions, plus de cent projets, des espaces naturels et/ou publics, des lieux inédits ainsi que la réouverture de sites historiques…Telles sont, dans les grandes lignes, les traits dominants de la saison culturelle bordelaise 2019. Un format déployé en 2017 et que la Mairie, suite au succès de la première édition, a souhaité réitérer cette année. Deux mois de programmation, donc, -du 20 juin au 20 août- placés sous le signe de la Liberté (« Liberté! Bordeaux 2019-du siècle des Lumières à l’esprit océan »), et qui verront de nombreux artistes d’ici et d’ailleurs, investir la ville de Montesquieu. Coup d’envoi officiel des festivités ? Le week-end d’ouverture de la Fête du Fleuve « revisitée » pour l’occasion avec concerts exceptionnels sur les quais, banquets sur les berges de Garonne et itinéraires artistiques qui ne manqueront pas -si ce n’est déjà fait-, de réveiller la Belle Endormie. A l’affiche : l’Harmonie Municipale qui se produira avec Arthur H, l’ONBA et 300 choristes interprétant Carmina Burana ; Odezenne et le groupe F étant également de la partie. Parallèlement, de nombreuses itinérances, découvertes d’expériences et de lieux inédits viendront enrichir cette programmation estivale. Enfin, de nombreux projets, (tel celui de la chorégraphe Raphaëlle Boitel et ses évolutions verticales sur les murs du Grand-Théâtre, le partenariat entre le CAPC et la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image d’Angoulême pour une exposition collective autour de la figuration libre et narrative ou encore la présence à l’Hôtel de Ragueneau du collectif Yes We Camp connu sur le plan international pour sa capacité à créer des espaces communs artistiques temporaires ou celle du chorégraphe Boris Charmatz avec notamment, son spectacle « 1000 gestes »), offriront également de belles rencontres. Le tout avant une clôture en apothéose avec Ex Anima, du théâtre équestre Zingaro aux Quinconces, plus de trente ans après ses débuts bordelais.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Gironde À lire ! CULTURE > Nos derniers articles