Avec Symbiose,la voiture du futur s’imprime en Haute Gironde


Jean-Pierre Estanol, PDG de Symbiose a présenté le film imprimé et le produit fini, fruits des nouvelles technologies développées dans son entreprise.

Jean-Pierre Estanol, PDG de Symbiose a présenté le film imprimé et le produit fini, fruits des nouvelles technologies développées dans son entreprise.Emmanuelle Diaz

Jean-Pierre Estanol, PDG de Symbiose a présenté le film imprimé et le produit fini, fruits des nouvelles technologies développées dans son entreprise.

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 23/05/2022 PAR Emmanuelle Diaz

Symbiose, start up spécialisée dans la fabrication de films pour des pièces plastiques connectées vient de s’implanter à Pugnac, en Haute Gironde. L’entreprise, qui travaille pour des équipementiers automobiles, va y développer la nouvelle technologie qu’elle a mise au point à partir d’encres conductrices. Un savoir-faire qui intéresse déjà les constructeurs et pour lequel elle envisage de recruter. Une illustration de la relocalisation et de l’implantation d’entreprises en milieu rural.

C’est en Haute Gironde, à Pugnac, que Symbiose, entreprise spécialisée dans la fabrication de films pour des pièces plastiques connectées, vient de s’implanter. Une installation que cette start up créée en 2014 a pu réaliser grâce à une levée de fonds d’un montant de 6,5 millions d’euros, (dont une aide de la Région Nouvelle-Aquitaine par le biais du Fonds d’investissement NACO) et qui lui a permis de s’installer dans des locaux flambants neuf d’une superficie de 1600 m2.

Un équipement unique au monde pour une industrie haut de gamme

Novatrice, cette entreprise qui fabriquait, à l’origine, des films IMD (In Mold Decoration), pièces plastiques customisées pour le marché automobile, franchit désormais une étape supplémentaire : celle de la technologie IME (In Mold Electronic). Une technique mise au point avec le CEA (Centre d’Études Atomiques) et qui consiste à surmouler un film imprimé avec des encres conductrices afin d’intégrer de l’électronique dans les pièces plastiques pour rendre les surfaces « intelligentes », c’est à dire tactiles et interactives. « Cette technologie appelée plastronique illustre la symbiose du plastique et de l’électronique, ainsi que celle du design et de la fonctionnalité (d’où le nom de Symbiose). Elle offre aussi de nouvelles possibilités par rapport aux technologies traditionnelles : une plus grande liberté de design, un gain de place, de poids, une meilleure étanchéité et moins de pièces à monter », explique Jean-Pierre Estanol, PDG de l’entreprise. 

Symbiose a reçu une aide de l’État de 800 000€ par l’intermédiaire du plan France Relance et du fond d’accélération des investissements industriels dans les territoires. Un financement grâce auquel Symbiose bénéficie d’un équipement exceptionnel : une salle blanche de 800m2, lieu aseptisé (zéro poussières), maintenu à température (20°C) et humidité (50%) constantes et de norme ISO7, pour la fabrication des pièces ; salle qui accueille déjà deux lignes de sérigraphie avec repérage caméra et bientôt, une machine de thermoformage haute pression grand format de 32m2, première au monde à pouvoir traiter des pièces plus d’un mètre de long. Du matériel grâce auquel « Symbiose devrait pouvoir prendre une place de leader sur ce marché et même devenir une vitrine destinée à promouvoir cette technologie », espère le dirigeant.

Des équipementiers de premier plan, comme Faurecia, Valéo ou encore Marelli commencent d’ailleurs à s’intéresser à ce savoir-faire pour satisfaire au mieux des clients tels que Mercedes, BMW ou Audi, marques haut de gamme, en recherche de designs de plus en plus épurés, fonctionnels et lumineux.

Fabienne Buccio, préfète de Gironde et de la Région Nouvelle-Aquitaine (au centre) a inauguré l’usine entourée (à sa gauche) de Lydia Héraud, conseillère régionale et de Valérie Guinaudie, présidente de la communauté de communes du cubzacais ainsi que (à sa droite) de Véronique Hammerer, députée de la 11eme circonscription de Gironde, de Jean Roux, maire de Pugnac et de Jean-Pierre Estanol, PDG de Symbiose.

Faire revivre les territoires

Petite commune de Haute Gironde (moins de 2500 âmes au compteur), Pugnac vient donc de s’enrichir d’une nouvelle entreprise pourvoyeuse d’emplois, puisque l’équipementier allemand Dr Schneider a déjà passé commande à Symbiose pour BMW et Volkswagen. Deux projets qui permettront à la start up de démarrer, dès 2023, une fabrication en série pour un chiffre d’affaire de 8 millions d’euros ; ce qui nécessitera l’embauche d’une trentaine de personnes. A terme, soixante salariés devraient rejoindre le site qui en accueille déjà dix. « Sur les 42 000 actifs de Haute Gironde, 12 000 se rendent chaque jour vers la Métropole. Relocaliser la production et créer des emplois sur ce territoire est donc un enjeu important », a précisé Lydia Héraud, conseillère régionale. La Région intervenant d’ailleurs déjà en ce sens au travers du dispositif CADET, contrat néo-aquitain de développement de l’emploi sur les territoires.

Une start up engagée

« Symbiose relocalise des productions généralement réalisées en Asie et réduit la taille du polycarbonate (PCB) en le remplaçant partiellement par un film plus recyclable ; choses qui contribuent à améliorer l’empreinte carbone », précise pour sa part, Jean-Pierre Estanol dont l’entreprise essaie aussi d’adopter une attitude éco-responsable. A ce titre, elle participe actuellement avec le CEA et Faurecia à un projet européen pour développer des pièces en IME avec des matériaux bio-sourcés.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Gironde À lire ! ÉCONOMIE > Nos derniers articles