Quand des détenus de la prison de Gradignan enfilent la toque


aqui.fr
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 23/07/2018 PAR Nicolas Laplume

Dans la cuisine du centre pénitentiaire, le fracas des casseroles et autres ustensiles de cuisine laisse place aux rires et à l’humeur conviviale des stagiaires. Toute la matinée, stagiaires en formation et nouveaux diplômés se sont activés pour préparer divers amuses-bouches, préparés spécialement pour la remise des diplômes. Débutée le 26 mars et terminée le 6 juillet dernier, leur formation axée sur la pratique et la théorique leur a permis de développer des compétences nécessaires au travail d’agent de restauration : préparer des assemblages, desserts, « snacks », réaliser des grillades, accueillir les clients, approvisionner les plats ou encore acquérir les bonnes pratiques d’hygiène en restauration. Pour le directeur du centre pénitentiaire de Bordeaux-Gradignan, André Varignon : « Cette formation est un accompagnement qui permet d’assurer la transition entre le milieu carcéral et le milieu professionnel ». Un maillon essentiel pour faciliter la réinsertion des détenus après la prison.

Trouver une utilité aux peines

La motivation est un gage de réussite. « Motivés et déterminés, ils l’étaient tous » lance fièrement Jean-Louis De Nardo, le formateur qui a permis aux 7 détenus et prévenus de décrocher leur diplôme « Agent de restauration ». Car pour en arriver là, ces derniers ont dû d’abord prouver leur volonté et leur motivation d’accéder à cet apprentissage, après s’être inscrit en ligne dans un parcours d’insertion. Beaucoup aimaient déjà la cuisine avant leur formation et certains ont déjà pour projet de continuer leur chemin dans ce domaine. Comme Wahid, fraîchement détenteur du précieux sésame, qui aimerait poursuivre le travail dans la chaîne de restauration de son frère, ou Jamal qui envisage d’ouvrir son propre snack. « J’ai postulé pour travailler en tant que cuisinier dans la prison. Mais j’envisage aussi d’ouvrir mon snack à ma sortie ». Quant à la formation : « Nous avons beaucoup appris, nous avons eu un très bon formateur et cela fait toujours plaisir d’avoir un diplôme. La cuisine, c’est quelque chose qui me plaît vraiment ». Une manière de placer plus d’espoir dans l’avenir, d’oublier les erreurs du passé et de se concentrer sur quelque chose d’essentiel, dans le présent. « Cela fait aussi passer le temps pendant la détention, ça nous occupe et on peut tisser des liens avec les autres stagiaires » ajoute Wahid. « On a appris ce qu’était le vrai travail de groupe ».

7 millions d’euros sur deux ans

La Région Nouvelle-Aquitaine fait partie des premières régions à financer ce type de formation dans le milieu carcéral. Sur deux ans, elle a débloqué un budget supérieur à 7 millions d’euros, dont 3 millions proviennent du Fonds Social Européen (FSE), pour favoriser l’insertion professionnelle des détenus. « Nous nous tournons vers des métiers qui sont accessibles et des métiers qui peuvent être exercés au sein même de la prison » explique la conseillère régionale, Françoise Jeanson. Les secteurs d’activités les plus représentés concernent les métiers de la restauration et de l’hôtellerie, les métiers du bâtiment et les métiers des espaces verts. Le centre pénitentiaire de Gradignan a bénéficié de 10 500 heures de formation financées par la Région. Deux autres sessions de formation d’agent de restauration sont programmées du 16 juillet 2018 au 28 février 2019. 

remise diplôme détenus G
La remise des diplômes aux détenus par Françoise Jeanson, conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Gironde À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles