Le Grenelle des mobilités de la Communauté Urbaine de Bordeaux: lancement et mode d’emploi


Aqui.fr
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 26/01/2012 PAR Solène MÉRIC

Les déplacements dans la CUB et à sa périphérie frôle souvent l’oxymore des voyages immobiles, pour y être tout à fait aux heures de pointes. Un cauchemar quotidien aux heures d’embauche et de débauche, une « quasi pénalité » selon l’expression de Vincent Feltesse en ce qui concerne les acteurs économiques. Une mobilité immobile, qui plus est, loin de répondre aux exigences environnementales.Bref, le modèle de la mobilité métropolitaine est à repenser dans sa globalité. C’est la lourde tâche que s’est fixé ce jeudi le Grenelle des mobilités. Mais pour s’assurer efficacité, relative rapidité, et créativité dans les solutions qui seront proposés, une méthodologie de travail, véritable mode d’emploi du Grenelle a été posé.

Six ateliers de travail autour de la mobilité

Première règle, le temps. L’ensemble des travaux devront être réalisés dans les six mois à venir. C’est selon Jean-Marc Offner, « un délai relativement court, mais qui laisse tout de même le temps de l’argumentation, de l’échange et du débat ». Ensuite la Gouvernance, elle se fera à six collèges représentants chacun une catégorie d’acteurs (collectivités locales, Etat, associations d’usager, … ) ; une manière de garantir « la largeur d’esprit» du Grenelle.
Objectif de la partie : fournir dans le délai imparti, un rapport coproduit par l’ensemble des acteurs, eux même répartis dans six ateliers thématiques présidés chacun par un membre de chaque collège. Certains participants au Grenelle s’interrogeront donc sur la question « des grands déplacements », d’autres sur « la mobilité et l’emploi », un troisième groupes s’intéressera quant à lui aux « rythmes urbains », un quatrième abordera « la voiture autrement » et enfin les ateliers numéro 5 et 6 se pencheront respectivement sur « le partage des futurs », et « les transports collectifs et l’organisation territoriale ».Chacun de ces ateliers se rencontrant logiquement à plusieurs reprises dans le délai des six mois.

Les présidents et rapporteurs des six ateliers thématiques de travail présentés lors du lancement du Grenelle des mobilités (26/01/12)


Une charte éthique du participant
Enfin, pour s’assurer de la plus grande efficacité, chaque participant est invité à respecter une charte éthique. Celle-ci engage les participants à un investissement non seulementactif dans les réunions mais aussi personnel c’est-à-dire « dépassant les intérêts et les visions de la structure qu’il représente ». Autres « règles du jeu » importantes au succès de ce Grenelle selon Jean-Marc Offner : « poser les problèmes avant les solutions »,« mettre l’imagination au pouvoir des solutions porposées, ne pas poser de tabous dans les discussions », et enfin trouver les solutions les plus adaptées entre des ambitions partagées mais pas forcément convergentes »…En somme un beau défi, qui s’avèrera sans aucun doute complexe mais passionnant pour ceux qui y participent, et certainement novateur, ou du moins on l’espère, pour nous qui en bénéficieront.


Photo: Aqui.fr

Solène Méric

Rensignement et possibles participation citoyenne: http://participation.lacub.fr/

Lire aussi sur Aqui!:
http://www.aqui.fr/politiques/vincent-feltesse-veut-un-new-deal-de-la-mobilite-dans-l-agglomeration-bordelaise,5960.html

http://www.aqui.fr/politiques/la-cub-impulse-un-grenelle-des-mobilites-pour-faire-changer-les-mentalites-et-decongestionner-le-grand-bordeaux,5751.html 

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
On en parle ! À lire ! POLITIQUE > Nos derniers articles