L’agriculture aquitaine en mouvement vers la durabilité


Chambre Régionale d'Agriculture d'Aquitaine
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 17/05/2012 PAR Solène MÉRIC

La Fondation pour une agriculture durable, présidée par Jean-Pierre Pargade, a la belle mission de « repérer, soutenir et mettre en lumière les initiatives concourant au développement d’une agriculture durable ». Et les 12 prix remis ce mercredi en sont la réalisation concrète. Ils sont non seulement l’aboutissement des missions de la Fondation mais aussi, et peut-être surtout, selon l’expression de Dominique Graciet, Président de la Chambre d’agriculture d’Aquitaine, «  le vecteur de la concrétisation d’une agriculture aquitaine durable ».  D’autant plus que les 12 dossiers récompensés, se distinguent par leur diversité. Diversité des secteurs (forêt, élevages bovins, ovins ou avicoles, viticulteurs, grandes cultures) ainsi que des solutions proposées par des agriculteurs à l’imagination fertile. L’agriculture durable et donc possible partout et par tous.
Parmi les bonnes idées des agriculteurs récompensés, l’un d’eux, Rémi Gayout, utilise par exemple le savoir-faire des serres de productions légumières pour l’hébergement hivernal de son troupeau de Blonde d’Aquitaine. Résultats : des coûts d’investissement réduits, un bâtiment auto constructible, et une limitation de l’impact sur l’environnement ! Stéphane Gatti dans le Lot-et-Garonne développe quant à lui, l’agro foresterie tout en valorisant les déchets de taille par la fabrication de BRF et de compost. Enfin, les frères Herit, ont, de leur côté inventé une machine combinant différentes activités limitant ainsi les passages entre leurs rangs de vignes et donc aussi l’impact environnemental.

“D’une agriculture verticale à un modèle horizontal”

Autant d’expériences innovantes qui semblent venir conforter Henri Nallet dans sa perception d’une agriculture « en mouvement ». Celle-ci est véritablement « à la croisée des chemins », analyse l’ancien Ministre.  D’un ancien « modèle agricole vertical », venant du haut et très dirigé par les consignes et subventions de masse de l’Etat en faveur d’un productivisme parfois exacerbé, « l’agriculture d’aujourd’hui, sous la pression sociétale, initiée notamment par la crise de la vache folle, passe à quelque chose de plus horizontal ». Selon l’observateur d’expérience, c’est  «le basculement de la société qui exige à la fois des prix bas et des produits absolument impeccables, sans oublier la réflexion autour du changement climatique», qui amène peu à peu le thème de la durabilité à l’agriculture. Celle-ci devient ainsi plus « englobante »,  tout en permettant au chef d’exploitation de récupérer « une liberté de manœuvre et une autonomie qu’il avait perdues avec les grands modèles verticaux ». Autant dire un champ des possibles et de l’innovation agricoles dont les lauréats de la Fondation pour une agriculture durable sont les premiers et les fiers représentants.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! AGRICULTURE > Nos derniers articles