La culture surf déferle sur Bordeaux


Anna Bonnemasou Carrere
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 18/06/2019 PAR Anna Bonnemasou

Le Musée d’Aquitaine prend la vague cet été. Le bâtiment se fait hôte d’une nouvelle exposition “La Déferlante Surf”, dans le cadre de la saison culturelle “Liberté!”. Un événement qui s’inscrit dans la lignée de deux précédents, sur le rugby en 2007 et sur le football en 2017. Des expositions nées de la volonté du musée de faire rentrer un public de sportifs entre ses murs et de proposer de nouvelles thématiques à ses visiteurs habituels. Cette exposition est également un message fort de légitimation des candidatures émises en différents endroits de la région Nouvelle-Aquitaine pour accueillir les épreuves olympiques de surf pour les Jeux de 2024. 

500 pièces de collections privées et publiques

Le visiteur découvre la culture surf en se laissant porter par la vague. De la naissance de l’une des plus longues vagues en Namibie, à la Belharra basque, qui apparaît à Urrugne, le public découvre l’évolution de la culture surf. De son apparition à Hawaï, par son exportation sur la coté Ouest américaine, pour finir sur les plages de sable blond de la Nouvelle-Aquitaine, 500 pièces venues de collections privées et publiques dépeignent le sport qui fait envier notre cote Ouest à toute l’Europe. Et pour réaliser ce projet il n’a pas fallu moins de trois hommes: Paul Matharan, commissaire de l’exposition, Gibus de Soultrait, journaliste et directeur de Surfer’s Journal France, et Jean Paul Callede du CNRS. Une alliance qui a donné jour à une déambulation structurée en plusieurs étapes pour faire découvrir le surf à travers les âges, les lieux et les cultures. 

 

Présentation de planches de surf retraçant l'évolution de leur tailles

Surfer au cœur de la vague

L’exposition démarre au rez de chaussée. Grâce à l’important travail scénographique des équipes de Stéphane Lormeau, la découverte du surf débute au cœur de la vague. Une projection, accompagnée de la présentation d’objets et outils d’Hawaï, berceau de la pratique, accueille le chalant. Le public est ensuite dirigé vers une exposition d’objets appartenant à la collection de Gérard Decoster, ancien surfeur et passionné. Il faut ensuite gravir quelques degrés, comme le surfeur se hisse au sommet de la vague. En haut des marches une seconde partie, “La Vague Aquitaine”, attend les visiteurs avec de nombreuses vidéos illustrant l’essor du sport de Biarritz à Lacanau. Au cours des époques le surf y est présenté comme ayant participé à des problématiques contemporaines telle que l’émancipation des femmes. Il faut ensuite redescendre au rez de chaussée, creux de la vague donc, pour la dernière partie de l’exposition. Trois vitrines se succèdent le long des murs et encadrent un Tikki bar qui complète l’esprit surf. Une exposition riche, travaillée et pertinente pour sensibiliser davantage à ce sport encore trop facilement réduit à des corps bronzés sur un sable fin.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
On en parle ! Gironde À lire ! CULTURE > Nos derniers articles