L’ Aquitaine définit son schéma en matière de santé


Photo-libre
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 13/12/2012 PAR Aymeric Bourlot

Alors qu’une refonte de la décentralisation est en marche et que l’entité régionale demeure l’un des acteurs majeurs dans la coordination des politiques sanitaires et sociales, la définition du schéma aquitain 2013-2018 des formations en matière de santé voit son importance renforcée. Si la lisibilité n’est pas encore optimale et qu’elle le sera davantage en avril prochain, au moment du vote de ce schéma, les rencontres et les échanges effectués hier au conseil régional ont tout de même permis de dégager plusieurs axes de réflexions, qui vont se traduire en actions à mener et en objectifs à atteindre sur le terrain.
Ainsi, pour Solange Ménival « le travail sur les modes de vie à travers la réorganisation des soins primaires grâce aux nouvelles technologies » doit être une priorité, notamment pour l’accompagnement des personnes âgées ou pour les maladies chroniques. Point de vue que confirme Roland Michel, auteur d’une étude prospective commanditée par la région Aquitaine sur l’évolution des métiers et des compétences du secteur de la santé, qui relève « à la fois les besoins de compétences et les manques matériels en matière de technologie ».

L’exemple du voisin basque

Invitée à venir partager son expérience et le succès de sa réforme, Olga Rivera Hernaez, vice-ministre de la santé de la région Euskadi, témoigne pour sa part de l’intérêt d’une meilleure analyse de la « patientèle » et de l’efficacité d’une segmentation précise des patients afin d’améliorer l’offre de santé et de proposer notamment du sur-mesure pour les patients récurrents. Une réussite qui interpelle en Europe, mais également aux Etats-Unis, où Rafael Bengoa, ministre de la santé du Pays Basque espagnol vient de se voir confier le poste de conseiller santé auprès du président Obama.
Qualifié par Roland Michel, de « défi primordial », la recherche d’efficacité prônée par les voisins basques sera donc le fil rouge du dispositif sanitaire et social de la région pour les 5 prochaines années. Mais la lutte contre les inégalités, surtout celles face à l’accès aux soins primaires, n’est pas oubliée et les démarches en matières de prévention, de soutien aux structures locales et de collaboration avec les services de l’Etat seront renforcées. Un double engagement qui s’accompagnera d’un maximum de clarté pour les citoyens, comme l’annonce en conclusion Solange Ménival : « La compréhension sera facilitée et tout le monde s’y retrouvera ».

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles