icone plume

L'ÉDITO

 par Joël AUBERT Joël AUBERT
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
04/11/2012

“Le mariage pour tous”, un débat de société où l’enfant est roi

Nous n'en sommes pas là, avec ce projet qui vise à mettre à égalité de droits les couples homosexuels et hétérosexuels. Mais le contexte politique du moment qui place François Hollande en première ligne, à coté d'un gouvernement qui apprend dans la douleur le métier de gouverner, est assez défavorable pour que soient réunis les ingrédients d'un véritable divorce entre ces deux France qui ne dorment jamais que d'un œil. Et, ce, d'autant que la droite, UMP en tête et en l'occurrence souvent bien proche du Front National, va saisir ce débat pour se rassembler contre le pouvoir et mobiliser ses troupes. On objectera que depuis plusieurs années des sondages successifs ont révélé qu'une majorité de français s'était faite à l'idée que le « mariage gay » allait dans le sens de l'histoire. Une évolution qui faisait écho, très concrètement, à nombre de situations vécues dans les familles et, le plus souvent, dans la compréhension. Des situations qui mettaient souvent en lumière le rôle important des grands parents auprès des petits enfants de couples homosexuels. Quand les positions se durcissent et se raidissent, comme c'est le cas après la vigoureuse invitation à manifester de la Conférence des évêques de France, on trouve en effet au cœur du débat la place, l'identité de l'enfant au sein du couple. C'est là que se cristallisent, en effet, les oppositions, beaucoup plus que sur  la création « même du mariage pour tous ».
Disons-le ici très franchement : il est dommage que cette question si importante ne puisse être débattue autrement que dans l'enceinte du Parlement. La société d'aujourd'hui témoigne, en effet, de situations de familles homosexuelles où l'amour des enfants ne le cède en rien à celles des familles hétérosexuelles. Et quand l'Eglise, au nom de la doctrine de la foi, soulève selon le cardinal André Vingt-Trois « la question fondamentale du respect de la réalité sexuée de l'existence humaine », elle ne peut ignorer cette autre réalité qui fait que les enfants de couples homosexuels sont nés d'un père et d'une mère. Au nom de quoi faudrait-il le taire ? Ce qui peut choquer, au-delà du dogme, plus d'un citoyen de bonne foi , ou à tout le moins qui l'interpelle, c'est la question de l'identité de l'enfant face à la vie sociale. Les familles homosexuelles  trouvent à leur façon des réponses qui les satisfont dans une société de plus en plus ouverte et tolérante. Au moins est-il possible d'en parler avec sérénité en évitant les caricatures. Il serait souhaitable d'y réussir.

 

Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire ! Éditos précédents