icone plume

L'ÉDITO

 par Joël AUBERT Joël AUBERT
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
09/11/2014

Départements “sauvés” : moins de cinq mois pour expliquer la nouvelle donne cantonale

La vérité c'est qu' à court terme l'Etat pouvait difficilement laisser tomber, du jour au lendemain, une institution qui s'est vue confier, successivement, des pans entiers de l'aide sociale, de la solidarité. RSI et maintenant Revenu de Solidarité Active, APA Prestation autonomie, Prestation handicap... autant de politiques que l'Etat a transféré sans sourciller et sans toujours tenir ses engagements financiers. Des aides considérables et, s'agissant du RSA, de plus en plus lourdes à assumer pour les collectivités, en ces temps où le chômage est énorme. Ce n'est donc pas demain matin que les intercommunalités vont être amenées à prendre le relais des départements en ces domaines. Pareil chantier suppose, en effet, que soient menés à bien les transferts de personnels, d'agents de la fonction publique territoriale, et que le cadre budgétaire accompagnant ces changements soit évalué au plus juste alors que l'objectif affiché de la réforme territoriale portait un nom : économies ! Les économies, de toute évidence, ne sont pas pour demain.

Une autre question qui nous touche de près en tant que média, d'organe de presse, concerne le formidable effort d'information qui va devoir être entrepris pour présenter les changements qui vont intervenir. Le département, fort de son ancienneté, s'était fait une place dans le paysage institutionnel de la république. Le canton semblait immuable et s'incarnait en un conseiller général; désormais son périmètre s'élargit et il aura deux conseillers, un homme et une femme, puisque la gauche au pouvoir, avant de lancer le projet de réforme territoriale, s'était engagée à faire élire son fameux binôme pour faire décoller la parité dans une institution très masculine... Parler d'une même voix pour défendre et promouvoir une territoire semblerait logique mais qui peut dire ce qu'apportera cette nouvelle donne ? En tout cas, l'information qui va devoir être faite, dans les prochaines semaines et mois, sera de la plus haute importance pour donner du crédit à ce changement dont le citoyen pourrait se demander ce qu'il adviendra à l'horizon de 2 020.

Quant aux communautés de communes et d'agglomérations -elles ont 132 en Aquitaine- qui, elles, sont désormais bien en place à part quelques extensions possibles, elles sont appelées à devenir le lieu par excellence de l'action publique. L'espace de l'organisation de la vie sociale, de la démocratie locale renouvelée. Lui porter la plus grande attention est un devoir ; en effet c'est là que les décisions qui touchent à la vie quotidienne des citoyens vont se prendre chaque jour davantage. Une évolution qui nécessitera, soyons en sûrs une nouvelle étape après celle de mars dernier, l'élection directe des conseillers communautaires au suffrage universel et peut être même dès 2.020. Vous l'aurez compris : notre ambition est d'être au cœur de ce changement.

NOUS VOUS DONNONS DONC RENDEZ VOUS CETTE SEMAINE POUR SOUTENIR AQUI.FR

Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire ! Éditos précédents