Un Atlas pour raconter la diversité méconnue des paysages


Le Département des Landes est en cours de construction de son Atlas des Paysages : un outil pédagogique au service des acteurs du territoire et du grand public.

Point de synthèse effectué en salle après les visites de terrainvAqui.fr

Point de synthèse effectué en salle après les visites de terrain

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 4 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 07/07/2022 PAR Solène MÉRIC

Gastes, Morcenx-la-Nouvelle, Messanges, Geaune, Arthez-d’Armagnac et Bélus. François Bonneau, Stéphane Bertin et Hélène Siriyès, paysagistes, arpentent ces villages aux quatre coins des Landes, guidés par quelques-uns de leurs habitants et élus. Un échange dans le cadre du travail plus large confié aux professionnels par le Département : l’actualisation et l’achèvement de l’Atlas des paysages des Landes, futur document de référence de la variété des paysages landais, de leurs enjeux et de leurs dynamiques d’évolution au fil des années. Rencontre à Geaune, bastide du Tursan aux nombreux jardins insoupçonnés.

« La réalisation d’Atlas des paysages, c’est un engagement de l’Etat vis à vis de l’Europe pour poser un premier et un même niveau d’information sur les paysages à l’échelle du département », explique François Bonneau.

La pinède, un littoral de rêve, et bien plus !

Diffusé sous la forme d’un site internet dédié et accessible à tous, l’Atlas en cours de construction « servira particulièrement aux différents acteurs du territoire, qu’ils soient bureaux d’études, associations, élus et collectivités, forestiers ou encore offices de tourisme. A la fois pour avoir une meilleure niveau de connaissance des paysages et des enjeux qui y sont liés, et permettre ainsi de travailler au mieux leurs projets en matière de planification, d’aménagement du territoire ou d’urbanisme. On peut aussi imaginer qu’il soit un outil pour communiquer et valoriser sur la diversité mal connue des paysages des Landes », poursuit-il.

Si le département des Landes c’est certes des pins et un littoral de rêve, « il n’y a pas que ça ! », insiste le paysagiste. L’Atlas des paysages des Landes aura bien vocation à le montrer. Quitte peut-être à bousculer un peu les idées reçues, y compris celles des Landais eux-mêmes.

« Le Département dans sa propre communication met par exemple très peu en valeur la Vallée de l’Adour. Elle est plutôt vue comme une frontière intérieure, entre deux entités paysagères, alors qu’elle a bien une ambiance spécifique. C’est un peu la même chose pour les grands lacs du Nord du département qui semblent oubliés, ou encore pour le territoire du Tursan, qui n’existe quasiment pas, sauf pour son vignoble. La variété et la richesse des paysages de ce département, donnent véritablement une impression de dépaysement, c’est dommage de ne s’arrêter qu’aux pins. », note François Bonneau.

Travail de terrain et parole des habitants

Après avoir parcouru le département de long en large, pris plus de 20 000 photos et rédigé de nombreuses notes qui permettront de nourrir une centaine d’articles, et 1000 à 1200 illustrations (diagrammes, cartes, images…), et sans oublier de se pencher aussi sur les représentations artistiques des paysages landais, François Bonneau et ses collègues, reconnaissent bien un défaut, difficilement contournable, à l’exercice : l’échelle au 100 000ème de l’Atlas. « 1 centimètre sur la carte, représente 1 km sur le territoire, ça peut paraître imprécis ». Point de vue d’expert. C’est pour pallier à ces « imprécisions », qu’ont été imaginés les ateliers participatifs, complémentaires des autres travaux de terrains et de recherche des paysagistes et géographes. Une manière de faire des focus à travers la parole de ceux qui connaissent et pratiquent le plus ces paysages : leurs habitants.

Visite de Geaune par la paysagiste et architecte Hélène Siriyes, carnet en main, guidées par des habitantes du villageAqui.fr

Visite de Geaune par la paysagiste et architecte Hélène Siriyes, carnet en main, guidées par des habitantes du village

A Geaune, la participation (deux habitantes, et le maire), était « un peu décevante sur le chiffre » mais ce qui n’empêche pas des échanges « riches et nourris ». Après un premier temps d’échange en salle pour expliquer les enjeux de la matinée et une présentation du paysage du Tursan local par le maire de Geaune, les paysagistes sont partis pour plus d’une heure de visite, guidés par les habitants. Une visite « pour recueillir la parole, même si on peut parfois un peu guider les échanges, en les interrogeant sur leurs ressentis, leurs pratiques ou leurs attentes concernant les éléments croisés sur le chemin, et sur leur cadre de vie », explique Hélène Siriyes, architecte-paysagistes.

Des jardins aujourd’hui… et demain?

Concernant la visite du village, l’accent est particulièrement mis par les deux habitantes sur les jardins qui peuplent la bastide à la pourtant belle et typique architecture médiévale. Des jardins cultivés, privés surtout, mais aussi un jardin associatif partagé, ou bien encore un jardin à vocation patrimoniale, éducatif et touristique à l’image du Jardin médiéval du village, sans oublier ça et là quelques agréables petits coins de prairie. La bastide recèle 1001 écrins de verdure aussi anciens, pour la plupart, que le village lui-même.

De quoi surprendre sincèrement, Hélène Siriyès, qui n’en n’est pas à sa première visite de bastide. « Ca n’est pas du tout habituel des bastides que d’avoir autant de jardins. » Et de soulever un des enjeux que ce constat pose : comment s’assurer que cet atout perdure à l’avenir ? Que les jardins ne se transforment pas en terrains à bâtir à l’heure où, après la crise sanitaire, le charmant village aux belles pierres attire… ? Elle rassure aussitôt le maire, en plein renouvellement de PLUI (Plan local d’urbanisme intercommunal), la sacralisation de ces jardins, même privés, est possible. L’Atlas des paysages, a donc déjà eu un premier effet bénéfique. Pour en consulter toute la richesse, il faudra attendre 2023.

Un des nombreux jardins privés de GeauneAqui.fr

Un des nombreux jardins privés de Geaune


Infos pratiques !

L’étude menée par les 3 paysagistes accompagnés d’un cabinet de deux géographes a démarré en juin 2020, sous le pilotage du Conseil départemental et est financé par l’Etat (la DREAL), la Région et le Département. Le travail est également suivi par un Comité technique et un Comité de pilotage associant les acteurs locaux.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Landes À lire ! NATURE > Nos derniers articles