Trois périgourdines mises à l’honneur


Le Club de la presse du Périgord a remis à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, le mardi 8 mars des prix à trois femmes méritantes.

Les trois lauréates, Pauline Coste, Natalia Héraut et Angélique de Saint Exupéry, avec Isabelle Sarran, la présidente du club de la presse du PérigordClaude-Hélène Yvard | Aqui

Les trois lauréates, Pauline Coste, Natalia Héraut et Angélique de Saint Exupéry, avec Isabelle Sarran, la présidente du club de la presse du Périgord

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 10/03/2022 PAR Claude-Hélène Yvard

Angélique de Saint Exupéry, propriétaire du château des Milandes, Natalia Héraut, enseignante et directrice déléguée de la French Tech Périgord Valley et Pauline Coste, réalisatrice de documentaires scientifiques, notamment sur la préhistoire, ont été mises à l’honneur par l’association regroupant des journalistes et des professionnels de la communication à l’occasion de la Journée internationale des droits de la femme. Ces femmes témoignent de leur parcours de vie, synonyme souvent de fort engagement personnel.

A l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, le club de la presse du Périgord a tenu à distinguer, trois femmes du département.

La première est sans doute la plus connue, Angélique de Saint-Exupéry, propriétaire du château des Milandes depuis  vingt ans, qui fut la demeure pendant une trentaine d’années de Joséphine Baker, artiste de couleur née aux Etats-Unis, devenue Française et engagée dans la Résistance dès les premières heures du second conflit mondial. Joséphine Baker est rentrée au Panthéon en novembre dernier. Angélique de Saint-Exupéry a beaucoup contribué à cette panthéonisation de Joséphine Baker, Akio, le fils aîné considère que c’est grâce à l’actuelle propriétaire que cet hommage national a pu avoir lieu.

Concilier vie de famille et personnelle dans un univers masculin

La deuxième lauréate est Pauline Coste, réalisatrice de documentaires scientifiques, notamment sur la préhistoire, habitante de Montignac. Elle a été plusieurs fois récompensée, notamment pour le film “Dames et princes de la préhistoire, qui a obtenu le grand prix du film documentaire des rencontres archéologiques de Narbonne, rendez-vous de référence en France.

“L’année 2021 a été très dense et très riche, avec deux films : celui sur la préhistoire et celui sur Montaigne et un livre avec ma soeur. Ce genre de journée permet de se poser la question, en tant que femme quelles sont les différences. J’ai toujours voulu faire du cinéma. Jusqu’à mon souhait d’avoir des enfants, il n’y a pas eu de différence. Ma carrière a marqué un coup d’arrêt à la naissance de mes deux premiers enfants, moins de responsabilité, moins de revenus. Il a fallu avancer malgré tout et concilier vie de famille et professionnelle dans un univers masculin. J’ai participé à un festival où il y avait pratiquement que des réalisateurs hommes. Cela peut être important lors de journée comme celle-ci d’avoir une discrimination positive”.

Entrepeunariat au féminin

Natalia Héraut, enseignante au lycée Bertran de Born en post bac en BTS informatique et directrice déléguée de la French Tech Périgord Valley est la troisième lauréate. “On a eu un incident industriel y a deux ans, quand je suis arrivée devant ma classe de BTS, il n’y avait que des jeunes hommes, aucune étudiante, alors qu’il y a quinze ans, l’effectif féminin était de 50 %. Ce n’était pas un sujet. Aujourd’hui, dans la tech, il y a moins de mixité. J’ai ouvert des portes à partir de ma fonction d’enseignante sur plusieurs associations. Je suis actuellement engagée sur l’entrepeunariat au féminin, notamment au sein des “Premières” Nouvelle-Aquitaine où je souhaite rendre les femmes qui entreprennent plus visibles, auprès des partenaires publics et privés, puis au sein de la French tech Périgord valley. Etre entrepreneur, que l’on soit un homme ou une femme, il n’y a pas de différence, mais il y a des sujets plus spécifiques sur la légitimité, la conciliation vie privée, vie professionnelle.” 


Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Dordogne À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles