TBM se remet sur les rails


Avec une fréquentation en hausse mais toujours inférieure à celle de 2019, TBM fait le bilan et dévoile les perspectives à venir.

Pierrick Poirier et Béatrice de François à la conférence de rentrée de TBMAqui.fr

Pierrick Poirier et Béatrice de François à la conférence de rentrée de TBM

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 16/09/2021 PAR Margaux Renaut

La question des mobilités est visiblement au coeur de l’actualité de la rentrée de la métropole. Ce mardi 14 septembre avait lieu la conférence de presse de rentrée de TBM en présence de Béatrice de François, vice-présidente de Bordeaux Métropole en charge des transports et du stationnement et Pierrick Poirier, directeur général de Keolis Bordeaux Métropole. L’occasion de faire un bilan des résultats de l’année passée mais aussi d’évoquer les perspectives et innovations sur le réseau TBM.

Pierrick Poirier, directeur général de Keolis Bordeaux Métropole, a introduit la conférence par un rapide bilan de la situation actuelle du réseau TBM. Malgré un rebond en 2021, la fréquentation du réseau n’est encore qu’à 80-85 % du niveau de 2019, avec un objectif de « 90% d’ici la fin de l’année ». S’ajoute à cela, « une perte de 25 millions d’euros » pour TBM et Keolis, son exploitant, mais aussi « une augmentation des incivilités sur l’ensemble du réseau » dont le nombre a triplé depuis 2019. « Il est important de faire une distinction entre incivilités et délinquance explique Pierrick Poirier. Nous avons observé une hausse significative des comportements inciviques tels que le refus de porter le masque, la consommation d’alcool ou de cigarettes dans les transports, voire des altercations qui nécessitent l’intervention de nos équipes ».
Cette période de crise, pas encore tout à fait derrière nous, a aussi révélé « l’importance de savoir s’adapter » ajoute Béatrice de François, « s’adapter aussi aux demandes de nos usagers et permettre ainsi la recherche de solutions adaptées à tous ». C’est justement ce constat qui a permis la mise en place de la tarification solidaire, offre accessible depuis le 9 juillet dernier, permettant l’accès à des réductions de 30 à 100 % sur les abonnements, pour tous les membres de la famille en fonction du « quotient familial ». L’objectif de ce dispositif est de « permettre à chaque foyer de voyager sur le réseau TBM à un tarif adapté à son niveau de revenu ». Véritable succès, plus de 1600 dossiers ont déjà été validés et 1200 cartes délivrées.

 

Une offre réadaptée
Cette rentrée 2021 est aussi l’occasion de réadapter et modifier le réseau. Parmi ces quelques changements, le renforcement des fréquences de passages de certaines lignes de bus telles que la 9, « ligne particulièrement fréquentée », l’ouverture de nouvelles stations V3 et un nouveau pass pour les abris à vélos, désormais à 22 euros par an. Béatrice de François a aussi confirmé l’ouverture de l’extension de la ligne A jusqu’à l’aéroport d’ici 2023. En terme de sureté, un nouveau marquage au sol principalement destiné aux voies de tramways, qui selon Pierrick Poirier, devrait « renforcer la sécurité au moyen d’une signalétique plus universelle et compréhensible, aussi pour les touristes ». Autre nouveauté, probablement liée à la crise sanitaire, la possibilité de paiement par carte dans les lignes de bus 1 et 9, permettant « plus de sécurité sanitaire et une plus grande fluidité ». Depuis juin dernier, 19 000 tickets vendus, soient 1 titre sur 3, a été acheté par carte bancaire.

Sécurité des usagers renforcée

Béatrice de François et Pierrick Poirier ont tenu à rappeler leur engagement contre le harcèlement. « Les femmes représentent 55 à 60 % de nos utilisateurs, elles sont donc majoritaires et il est essentiel qu’elles se sentent en sécurité explique Pierrick Poirier. Afin de réduire ce problème d’insécurité, aussi bien pour les hommes que pour les femmes, nous avons renforcé nos solutions d’informations et mis en avant les moyens de donner l’alerte ». Il est d’ailleurs toujours possible la nuit de demander à sortir du bus entre deux arrêts, si cela permet moins de temps de trajet jusqu’au domicile, ce qui selon Béatrice de François « participe à un renforcement de la sécurité de nos usagers ».

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Bordeaux Métropole / Gironde À lire ! MOBILITÉS > Nos derniers articles