Salons Vivons : jamais deux sans trois


RB

Salons Vivons : jamais deux sans trois

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 15/10/2015 PAR Romain Béteille

C’est un fait : les foires et salons sont, en 2015, un “puissant outil de développement pour les entreprises”. C’est en tout cas le constat qui ressort d’une étude publiée au niveau mondial par Médiamétrie et divers partenaires. Elles permettent de dégager pour les entreprises exposantes un chiffre d’affaire total de 30,5 milliards d’euros, de signer 17,7 millions de contrats commerciaux et les trois quarts d’entre elles réalisent des bénéfices dans les mois qui suivent. Mieux, la visibilité est souvent internationale, puisqu’une entreprise sur deux réalise un chiffre d’affaire à l’étranger grâce à sa participation. Et même si le marché est en baisse depuis 3 ans, elle était moins effective en 2015 (1,3% de baisse d’investissement sur l’année, contre un peu plus de 3% les deux années précédentes). Si les foires et expos les plus importantes se situent en Ile-de-France, l’Aquitaine compte bien jouer sa part. 

Un secteur qui dope ses ventesDu 7 au 11 novembre prochain, les Salons Vivons se lancent dans leur troisième édition et investiront les 63 000 mètres carrés du Parc des Expositions de Bordeaux Lac. Tandis que les Salons avaient réuni 550 exposants en 2014, les organisateurs comptent bien dépasser la barre des 600 et atteindre les 80 000 visiteurs (contre un peu moins de 79 000 l’an passé). Une grosse machine qui nécessite chaque année quelques adaptations pour répondre aux demandes de consommateurs de plus en plus exigeants, comme le souligne Pascale Diacono, Directrice des Salons au CEB (Congrès des Expositions de Bordeaux) : “Nous devons toujours avoir une vraie réflexion sur le positionnement de nos produits. En sachant que 72% des français estiment que leur mode de consommation a changé, notamment en raison de la crise et d’internet, on doit s’adapter. Aujourd’hui les gens veulent du choix, de la diversité (des grandes marques au petit créateur local) et surtout un acte d’achat simplifié”. 

Un programme chargéLe temps de visite moyen, qui est d’environ trois heures trente, risque bien d’être rallongé, en raison des nombreuses nouveautés qui émaillent le programme de cette troisième édition. “Vivons Évasion”, le salon destiné au véhicule de loisirs sera ainsi présent sur 12 000 mètres carrés (soit l’équivalent du Hall 3) et exposera plus de 300 véhicules neufs, avec “une tendance de plus en plus prononcée vers des véhicules à la carte et personnalisés”. L’enjeu est fort, car la France reste le deuxième pays (derrière l’Allemagne) où il se vend le plus de camping-cars (54 548 sur la saison 2014/2015). Vivons Maison, qui reste l’un des temps fort puisqu’il a été initié avec ConfortExpo, comptera plus de 300 exposants répartis en dix sections, de la construction à la décoration. Là aussi, le salon doit s’adapter : 70% des visiteurs sont des prorpiétaires, et 75% viennent au salon avec un projet concret. Pour eux et pour tous les visiteurs, l’organisation a donc mis en place un service adapté, avec un nouveau “pôle conseil” qui prendra la forme d’un speed-dating professionnel géant (par session de 30 minutes) avec des spécialistes en aménagement. 

La nouveauté passe aussi par une plus grande place accordée à la partie “Création”, avec environ 30% d’exposants en plus par rapport à 2014, un enrichissement de l’offre, un concous de patchwork et l’exposition d’oeuvres d’une créatrice textile. Le marché ne semble pas connaître la crise : 1,250 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2013 en France, et 61% des sondés qui pratiquent le loisir créatif sous toutes ses formes. L’automobile fera aussi le show avec une vingtaine de constructeurs présents (étrangement, Volkswagen ne sera pas de la partie…) qui présenteront leur dernier modèle. Et ce n’est pas la récente mise à niveau de la taxe diesel par rapport à l’essence qui risque de les effrayer. Selon Jean-Charles Palau, PDG du groupe automobile Palau, “on atteint cette année une croissance de 6% des voitures particulières, contre environ 8% au niveau européen. Le parc des petites voitures citadines contient 25% de véhicules qui tournent au diesel, et les récentes annonces risquent d’intensifier la dé-diéselisation du parc automobile français”. La gastronomie et les idées cadeaux partageront aussi l’affiche au travers du salon “Vivons les fêtes”. 

Un engagement caritatifMais les Salons innovent aussi dans le domaine du caritatif. D’abord via… son vestiaire, dont les bénéfices pendant toute la durée du salon seront entièrement reversés à l’Unicef et à l’École de chiens guides du centre Aliénor. Ensuite via le salon “Vivons 100% Sport” qui entame, lui, sa 27ème édition avec 80 ligues sportives présentes et de nombreuses animations au programme. En effet, ce salon accueille, le dimanche 8 novembre à 11heures, la course “Run For Him” (pour la première fois en France) parrainée par Vincent Moscato au profit de la Movember Foundation : une marche/course de six kilomètres sur Bordeaux Lac ouverte à tous pour aider l’association à financer la recherche sur les maladies masculines. Petite particularité : le port de la moustache est obligatoire (de fausses moustaches seront distribuées sur place pour les malchanceux de la pilosité). Un rendez-vous convivial qui résume bien l’esprit de cette troisième édition : éclectisme et diversité ! 

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Gironde À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles