Remob : une semaine pour trouver sa voie grâce aux chevaux


Dans le cadre du programme Remob, les chevaux permettent aux jeunes de surmonter leurs craintes et de puiser dans leurs ressources.

Avec Remob, les jeunes repartent au bout d’une semaine avec un projet en tête.Corinne Merigaud

Avec Remob, les jeunes repartent au bout d’une semaine avec un projet en tête.

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 5 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 05/07/2021 PAR Corinne Merigaud

Depuis quatre ans, l’Auberge Tilcara accueille des jeunes de 16 à 25 ans qui ont besoin de poser leurs valises pour faire le point sur leurs envies. Unique en France, le programme Remob leur offre une semaine de répit pour s’interroger sur leurs attentes. L’occasion rêvée de retrouver la confiance grâce à des séances de cirque, d’équi-coaching et d’équitation, le tout dans un environnement privilégié.

C’est à Château-Chervix, un village de 800 âmes situé à 35 km de Limoges, que l’Auberge Tilcara a ouvert ses portes voilà près de quatre ans. Dans un paysage vallonné et verdoyant, des groupes de jeunes âgés de 16 à 25 ans séjournent ici durant une semaine, à deux pas d’un centre équestre. Ils découvrent l’univers et le langage de leurs nouveaux compagnons avec lesquels ils vont nouer une relation inédite. Le cirque et les jeux d’acrobatie occupent également une part importante du programme Remob qui reste sans équivalent en France. Chacun arrive là avec ses problèmes, ses interrogations ou ses envies. Le but est de poser ses valises (dans les deux sens du terme) et d’essayer de repartir plus léger, regonflé à bloc avec un nouvel objectif. Un séjour basé sur la méthode SISEM. “Elle permet de changer de vie à partir du bilan de leurs motivations, de tout ce qui leur fait du bien dans la vie de tous les jours, pour le transposer dans le milieu professionnel, argumente Victor Odéna, chargé du développement. Elle a été réadaptée pour les 16-25 ans. On est dans une écoute ouverte. Si un jeune me dit qu’il regarde des séries toute la journée, joue aux jeux vidéo ou discute avec ses copains, cela nous permet de tirer le fil, de mettre des mots sur ce qui leur fait du bien. “

Retrouver la confiance et se découvrir des capacités nouvelles

Remob a été lancé en 2018 à l’initiative d’Elise Deblock. Elle encadrait des séjours à Dunkerque pour le compte de l’association Unis-cité qui propose des services civiques. A l’issue de leur contrat, elle s’est rendu compte que certains jeunes peinaient à rebondir. Le projet Remob est né de ce constat. Installée en Limousin, la jeune femme a bénéficié d’un appel à manifestation d’intérêt axé sur l’innovation sociale lancé de la Région pour financer les premiers séjours. Six ont été organisés depuis avec une année blanche en raison du Covid-19. Si les séjours étaient réservés aux néo-aquitains au départ (10 par séjour au maximum), ils sont désormais ouverts à tous avec un emploi du temps chargé : coaching le matin, équi-coaching, cirque et équitation l’après-midi ainsi que découverte de la cuisine avec la préparation des repas du soir. Des temps de partage, de convivilaité et d’échanges où chacun se découvre des capacités insoupçonnées. “L’idée est de mettre en place des simulations entre le cheval et le jeune pour qu’il puise dans ses ressources et ses capacités afin de trouver une solution explique Elise Debloc, la coordinatrice, nul besoin d’être cavalier pour réussir. Il y a des loupés, des doutes et des ajustements. La personne a aussi le droit le faire appel à quelqu’un.” Voilà une manière de se surpasser dans des situations compliquées et inédites qui redonnent confiance. “Le but est de mettre la personne dans l’inconfort, de poser une problématique et de lui donner des outils pour qu’elle réussisse précise-t-elle, cela pourra ensuite leur servir dans la vie de tous les jours.” Les chevaux sont sélectionnés pour leur gentillesse et entraînés pour être en relation avec les humains, histoire de faciliter la relation. “Certes, ils peuvent les impressionner mais cela fait partie du jeu assure Elise, la mise en relation est très progressive. L’équi-coaching permet de travailler sur la confiance en soi via le cheval ou un autre support.”

Les chevaux permettent aux jeunes de surmonter leurs craintes et de puiser dans leurs ressourcesJulie ALLEAU | Aqui

Les chevaux permettent aux jeunes de surmonter leurs craintes et de puiser dans leurs ressources

Des projets et de nouveaux horizons

Au bout d’une semaine de relation intense, des changements de vie se dessinent avec des projets en filigrane et une énergie retrouvée. Pour Solène 24 ans, native de Libourne, ce séjour à la campagne aura chamboulé ses habitudes. Pendue à son téléphone, elle a été contrainte de le poser. “Le premier jour a été très dur pour moi car il n’y a pas de connexion Internet avoue la jeune femme, j’ai préféré prendre une chambre seule pour m’isoler par moments.” Contractuelle dans un centre de loisirs, elle a choisi de venir à Château-Chervix sur les conseils de son conseiller à la Mission locale. “J’ai un gros manque de confiance en moi admet-elle, avant de venir, je me suis renseignée pour voir si cela me conviendrait ou pas et j’ai tenté l’aventure.”

Le moment le plus difficile a été la rencontre avec les chevaux. “J’ai eu très peur, d’abord pour monter dessus et ensuite lors de la séance d’équi-coaching, raconte Solène, il faut être en connexion avec le cheval, surmonter sa peur, le faire avancer sans le toucher. Je suis contente d’avoir réussi, je l’ai même fait trotter. Aujourd’hui, j’ai moins peur quand je marche à côté de lui mais je ne veux pas remonter.” Cette citadine ne regrette pas son séjour, elle repart très motivée avec de nouvelles envies. “Le dépaysement a été total pour moi mais le séjour très positif alors que j’étais réticente au départ car je suis toujours collée à ma mère. J’habite encore chez elle. J’ai décidé de passer le permis, de trouver un emploi et un logement.”

Agé de 25 ans Rodrigue, peintre en bâtiment en intérim, a lui aussi envie de nouveaux horizons après cette semaine de remobilisation. “Pourquoi pas faire du cheval lance-t-il les bras grands ouverts avec un large sourire. Depuis tout petit, j’avais envie d’essayer et pour la première fois, j’ai fait du cheval. J’étais impressionné au début car il est costaud et je ne savais comment être auprès de lui. ” Outre le travail avec les chevaux, Rodrigue a apprécié la convivialité du séjour dans un lieu propice à l’introspection. “On a tous nos failles et nos défauts reconnaît le jeune homme, j’ai fait du travail sur moi et maintenant, je vais prendre soin de moi. Ce séjour m’a permis de faire des rencontres, d’aller de l’avant, de partager. Aujourd’hui, je souhaite trouver un emploi stable et durable.” Pour être accessible au plus grand nombre, le prix du séjour varie de 50 € à 720 € en fonction de la situation de chacun. Le prochain est programmé du 23 au 29 octobre.


Infos : contact@auberge-tilcara.com

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! SOLIDARITÉS > Nos derniers articles