Régionales: Dernière ligne droite à l’Athénée pour Alain Rousset


Aqui.fr

Régionales: Dernière ligne droite à l'Athénée pour Alain Rousset

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 01/12/2015 PAR Emmanuelle Diaz

Delaunay, Madrelle, Gleyze et…Bernard Cazeneuve. Ce sont donc quelques uns des grands ténors de la Gauche locale et nationale qui ont tenu à venir soutenir Alain Rousset hier soir à l’Athénée pour une des dernières rencontres publiques de cette campagne.

Une campagne perturbée voire polluée par les attentats de novembre et le contexte national délétère qui en a découlé. Un point particulièrement repris par le Ministre de l’Intérieur, visiblement blessé par les attaques auxquelles il a du faire front et qui précise que « c’est bien la Gauche qui a décidé de donner aux forces de police les moyens dont ils étaient privés avec près de 600 M€ débloqués pour équiper les forces de sécurité et la création de 12 000 emplois dans les forces de police et de gendarmerie à l’horizon 2017, là où 13 000 avaient été supprimés » (NDLR : Par Nicolas Sarkozy).

Dénonçant également le refus du Front National de voter les lois antiterroristes proposées telle que celle permettant de bloquer des sites djihadistes (87 bloqués au total), il poursuit en notant que l’extrême droite ne veut pas combattre le terrorisme mais l’instrumentaliser puisque c’est le terreau sur lequel elle prospère ; « son seul but étant de tourner la République contre les Musulmans qui sont aussi des enfants de la République ». Un point repris par Alain Rousset pour qui la haine actuelle incite à « confondre les réfugiés de Syrie avec les clandestins ».

Une adversaire de droite malmenéeAutre grand thème de la soirée : le programme de Virginie Calmels et son approche de la Région. Là encore unanimes, les ténors socialistes présents ont fait corps pour dénoncer vigoureusement le « business plan » de la candidate de la droite.

Reprochant à son adversaire de n’avoir, selon ses propres dires, « pas de projet, mais une méthode », Alain Rousset s’en est pris sans complaisance à celle qu’il surnomme « Madame Plan Social », en référence au nombre de licenciements qu’elle aurait provoqués dans les entreprises dont elle a eu la Direction. Pointant du doigt le non remplacement des départs en retraite souhaités par Virginie Calmels, Alain Rousset avance que le personnel de la Région étant très jeune, cette mesure ne pourra concerner que 0,9% des fonctionnaires des catégories visées et qu’il est « impossible de faire des économies là-dessus ».

Quant à la réduction de 60% à 40% des dépenses de fonctionnement au profit des dépenses d’investissement et qu’il estime à environ 500 M€, il insiste sur le fait qu’il s’agit de la suppression de 30 à 50 lycées, de celle d’autant de CFA, de 300 trains en moins et 11 000 chômeurs qui n’auront plus droit à des formations, puisque « c’est cela aussi, le fonctionnement de la Région ».

Enfin, dénonçant le « sectarisme éculé » de son adversaire qui « vise à taper car (on) est socialiste », il remarque qu’il n’y a paradoxalement rien dans ses propositions sur la transition énergétique, écologique ou sur l’Université.
Critiquant sa méconnaissance du terrain et son côté novice en politique, Philippe Madrelle enfonce le clou en citant Chamfort : « c’est un avantage, Madame Calmels, que de n’avoir rien fait. Encore faut-il ne pas en abuser ». Un tir nourri contre la candidate LR que conclut Jean-Luc Gleyze, Président du Département, en notant qu’il faut « faire la différence entre un chef d’entreprise qui se rêve Président de Région et un Président de Région qui sait œuvrer en faveur des chefs d’entreprise». Fermez le ban.

Bernard Cazeneuve est venu soutenir le Président sortant ce 30 novembre à l'Athénée (Bordeaux)

Un développement de l’économie régionaleFer de lance de la campagne d’Alain Rousset, le développement de l’économie locale a également été évoqué comme un de ses objectifs majeurs pour la prochaine mandature.

Un développement économique qui se décline sur plusieurs thèmes :
-l’aide aux PME,TPE, commençants et artisans et l’accompagnement des entreprises
-une priorité donnée à l’apprentissage et une incitation à l’embauche de jeunes dans les TPE et PME (alors qu’aujourd’hui 70% des apprentis sont accueillis par des artisans) ; l’important étant de rendre plus cohérent le besoin des entreprises et la formation des jeunes
-la poursuite des politiques d’innovation
« Je veux que nous soyons les premiers. Nous sommes en leadership sur l’agriculture. Nous serons en leadership sur l’océan et l’aéronautique » précise-t-il.

Mais aussi :
-l’aide aux devoirs avec la mise en place d’une plate-forme où des étudiants en Master aident les lycéens
-l’aide au logement des jeunes étendu à la Grande Région (avec garantie du loyer ou de sa caution)
-la politique culturelle et l’accompagnement de toutes les identités de la Région

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Gironde À lire ! POLITIQUE > Nos derniers articles