Marine Le Pen en tête dans trois départements sur douze


4,46 millions d'électeurs sont inscrits sur les listes électorales de 4309 communes de Nouvelle-Aquitaine. La participation est de 78,43%.

Illustration urneRama

Illustration urne

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 10/04/2022 PAR Cyrille Pitois

Avec trois départements, la Creuse, le Lot-et-Garonne et la Dordogne, qui placent Marine Le Pen en tête au soir du premier tour, la Nouvelle-Aquitaine n’échappe pas au renouvellement du jeu politique qui balaie le pays tout entier. Emmanuel Macron arrive en tête dans neuf autres départements. Jean-Luc Mélenchon, dans plusieurs communes de la métropole bordelaise, à Poitiers, et Jean Lassalle font des scores localement.

Emmanuel Macron arrive en tête en Nouvelle-Aquitaine, avec 27,63% des suffrages, soit 2,5 points de mieux qu’en 2017. Marine Le Pen décroche la deuxième place avec 22,8% des voix soit 4 points de plus que la dernière fois. Jean-Luc Mélenchon flirte avec les 20% (19,92%) et ne perd qu’un point mais aussi la seconde place. Eric Zemmour totalise 6,15%, moins bien qu’au plan national. Enfin Jean Lassalle se distingue en décrochant la cinquième place régionale avec 5,9% des voix devant Valérie Pécresse qui plafonne à 4,6%. En 2017, Jean Lassalle était septième avec 2,71% des suffrages exprimés: une vraie percée sur ses terres.

Trois départements, la Creuse, le Lot et Garonne et la Dordogne, ont placé Marine Le Pen en tête au soir du premier tour.

La Nouvelle-Aquitaine n’échappe pas au renouvellement du jeu politique qui balaie le pays tout entier. Un mouvement dont l’ampleur interroge les responsables politiques régionaux.

« Ces résultats traduisent, je crois, à la fois une colère et un sentiment profond de résignation », indique le président du Conseil régional, Alain Rousset. « Ils sont la conséquence de la crise démocratique, politique, économique, sociale, territoriale, climatique que nous traversons depuis des années et dont les dernières en date se nomment gilets jaunes, inégalités, pandémie et enfin Ukraine. »

Alain Rousset votera « sans état d’âme » pour Emmanuel Macron, mais pour lui, le Président-candidat « doit tendre la main à un rassemblement démocratique. » Alain Rousset reconnaît « la crise existentielle de la gauche qui appelle une remobilisation générale : intellectuelle, collective, politique, militante, citoyenne, morale. Cette force politique doit se transformer, acter un nouveau départ, être au rendez-vous des aspirations. Être capable de se projeter sans renier son passé. Innover sans renier ses valeurs. Elle ne peut qu’être issue de la base des territoires. Plus que jamais, les idées et les valeurs doivent guider nos pas,» conclut Alain Rousset.

Nicolas Thierry, conseiller régional Europe Ecologie Les Verts, ne cache pas sa tristesse au soir du 1er tour. « Le score des écologistes reflète l’absence de débat autour de la crise climatique et environnementale. Ce sujet conditionne pourtant tout le reste et l’avenir des sociétés humaines à moyen terme me rend triste. L’état du débat public est assez déplorable. Il y a un déni collectif face à une menace qui tétanise la société, » confie l’élu régional à Aqui!


Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! POLITIQUE > Nos derniers articles