Manifestation du personnel devant la maison d’arrêt de Gradignan


Hélène Fiszpan | Aqui

Manifestation du personnel devant la maison d'arrêt de Gradignan

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 1 min

Publication PUBLIÉ LE 03/05/2011 PAR Nicolas César

Ce matin, ils étaient une quarantaine de surveillants à bloquer les accès à la maison d’arrêt de Gradignan près de Bordeaux pour dénoncer la surpopulation carcérale, et leurs mauvaises conditions de travail. Les CRS sont intervenus pour les déloger. « Dès l’instant que l’on passe à trois détenus dans une cellule de 8 à 9 mètres carrés, ça devient ingérable et on va à l’encontre d’agressions, de refus de réintégrer la cellule. Et tout cela devient très très conflictuel », explique Alain Guillemet, du syndicat UFAP-Unsa-Justice. Selon lui, à ce jour, le taux d’occupation de la maison d’arrêt est de plus de 140% avec 420 détenus pour 240 places dans le bâtiment A et 150 pour 90 dans le bâtiment B.

« On subit la spirale de l’incarcération »
Ce syndicaliste décrit une situation « déplorable ». « On subit la spirale de l’incarcération. Cette situation amène des tensions de la part des détenus envers les surveillants qui ne peuvent plus faire leur travail correctement », indique-t-il. « On dit que maintenant toutes les peines doivent être exécutées. Rien qu’en Gironde j’ai appris que les condamnations de 1 800 personnes sont devenues exécutoires. Où on va les mettre ? Et même si on n’en a que 10%, ce sera l’explosion, alors que l’été se profile et son cortège de tensions dans les cellules », s’inquiète Alain Guillemet. Par ailleurs, les personnels pénitentiaires protestent aussi contre le gel des salaires et le manque de dialogue avec la direction. Désormais, ils attendent de pied ferme une réaction de cette dernière.

                                                                                                                         Nicolas César


Crédit photo : Aqui!

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle !
À lire ! ÉCONOMIE > Nos derniers articles