Logement étudiant : l’UNEF alerte


Université Bordeaux

Logement étudiant : l'UNEF alerte

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 1 min

Publication PUBLIÉ LE 25/10/2017 PAR Romain Béteille

Deux semaines après une manifestation et un mois et demi après une rentrée difficile qui avait vu 15 000 étudiants supplémentaires rentrer sur le campus bordelais et avoir de grosses difficultés en termes de logements, l’UNEF, syndicat étudiant, met sa mobilisation à jour. Dans un communiqué daté de ce mercredi, l’organisme lance un appel à la solidarité, preuve que la situation n’a pas tant changé que ça. Le syndicat chiffre en effet toujours entre 500 et 1000 le nombre d’étudiant(e)s sans logement à l’heure actuelle. Les raisons sont déjà connues, et le boom d’Airbnb dans la capitale girondine et sur l’agglomération n’en est qu’une parmi d’autres. Parmi celles évoquées par l’UNEF, on trouve d’abord le « manque de moyen donnés au CROUS de Bordeaux-Aquitaine pour la création de nouveaux logements étudiants » mais aussi « les refus de la part d’agences de location de louer certains appartements à des étudiants » (et l’antenne locale du syndicat de citer quelques mauvaises têtes, comme Directe Location ou SNI), mais aussi « l’augmentation des loyers de 4% pour les petites surfaces ».

Fort de ce constat, on nous décrit des logements temporaires en guise de conséquences pour de nombreux nouveaux étudiants (« certains étudiants sont logés chez des camarades de promo, dorment dans leur voiture ou organisent un dortoir pour 6 dans 30m2 ») et un appel à la solidarité de la part des habitants est lancé pour loger des étudiants rapidement « puisque les administrations responsables des questions de logement n’entendent pas l’urgence de la situation et ne prennent pas de mesures pour assurer la dignité ». Le problème, bien que local, exige visiblement des revendications nationales : un investissement supplémentaire dans le CROUS, un encadrement des loyers pour les petites surfaces, la régulation des offres sur Airbnb (de nouvelles restrictions sont prévues en mars par la mairie de Bordeaux) ou encore la baisse de la taxe d’habitation (prévue pour être supprimée par le gouvernement dans les prochaines années pour une grande partie des ménages en France). Enfin, l’UNEF affirme avoir demandé un rendez-vous en mairie de Bordeaux, mais n’avoir à ce jour obtenu aucune réponse.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle !
À lire ! MÉTROPOLE > Nos derniers articles