L’incubateur accompagne aussi les entreprises non-innovantes


Akoneo est un incubateur qui sait se passer des fonds publics pour l'innovation et accompagner tout type d'entrepreneur, landais ou non.

Akoneo et Myriam Honnay sa cofondatrice au centreAkoneo

Akoneo et Myriam Honnay sa cofondatrice au centre

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 11/07/2022 PAR Cyrille Pitois

La Capbretonnaise Myriam Honnay lance un incubateur digital, Akoneo pour les entreprises non-innovantes. 15 projets sont déjà accompagnés et un appel à projet spécifique à destination des femmes est ouvert jusqu’au 25 juillet. Les outils des start ups aux levées de fonds spectaculaires sont cette fois mis en oeuvre au service de projets plus traditionnels.

Akoneo est un incubateur national créé à Strasbourg, co-fondé par Myriame Honnay. Originaire de Capbreton (Landes), elle a décidé de créer dans cette cité portuaire de Nouvelle-Aquitaine, un bureau pour répondre aux besoins de l’écosystème entrepreneurial dans la région, et pas seulement.

Issue d’un cycle d’études en finances, forte d’une expérience d’audit en entreprise au sein du groupe Deloitte, Myriame est aussi la créatrice d’Abitio une société qui accompagne les entreprises françaises à se développer à l’international, notamment en Birmanie où elle a vécu plusieurs années. « L’entrepreneuriat, les études de marché, les études de faisabilité, les développements externes ont véritablement fait mon quotidien pendant dix ans, » témoigne la jeune femme.


Des entreprises moins innovantes et plus vite rentables

Pour elle aussi, la crise Covid a bouleversé les projets et l’a ramenée à Capbreton. « Revenue ici, je me suis demandé ce que je pouvais faire avec mon expertise. »

Elle échange avec un ami expert-comptable implanté en Alsace, Mickaël Guarinos. « Au contact des porteurs de projets entrepreneuriaux tous les jours, il avait envie de créer un incubateur au service de ses clients. Mais les incubateurs et les fonds publics dédiés, sont réservés aux entreprises innovantes. Celles qui n’innovent pas, qui n’ont pas forcément besoin de levée de fonds, mais qui sont souvent plus vite rentables, qu’est-ce qu’on fait pour les accompagner ? » s’interroge Myriame.

C’est sur la base de cette idée qu’elle co-fonde Akoneo avec Mickael Guarinos. « Plutôt que de mettre des outils à disposition des incubés, je les accompagne de manière personnalisée et quotidienne, comme un bras droit ! »  Akoneo Nouvelle-Aquitaine compte trois personnes, dont une business développeuse. Et l’équipe s’appuie aussi sur les sept collaborateurs basés à Schiltigheim en Alsace. 

La démarche est ouverte à tous les domaines d’activités, comme ce cuisinier qui s’est spécialisé dans la pasta food avec la livraison de boxes qui proposent une cuisine équilibrée. « Il fait déjà 8000 euros de chiffre d’affaires tous les mois. Mais il a senti qu’il pouvait aller plus loin. Il a besoin de grandir, structurer et ouvrir des cuisines dans différentes villes ; l’incubateur l’aide sur tout ce qui n’est pas le cœur de son métier. »

Un process d’intégration en trois petites semaines

Seule difficulté : le coût du service. « L’idée est simple mais il faut pouvoir la mettre en œuvre sans le soutien de fonds publics, qui sont tous réservés à l’innovation. Les entrepreneurs doivent donc avoir une trésorerie déjà assez solide pour consacrer un peu de cash à ce développement. Mais je peux aussi les aider à lancer des opérations de crowdfunding, des levées de fonds, à contacter des business angels ou des investisseurs de leur secteur d’activités. »

Quinze entreprises sont déjà accompagnées, certaines enracinées en Nouvelle-Aquitaine, d’autres plus éloignées grace à la magie d’un accompagnement digitalisé. « Nous ne dépasserons pas vingt incubés pour garder la proximité et la dimension humaine, » prévient Myriame Honnay.  Un premier entretien téléphonique permet de cerner la valeur ajouté que l’incubateur peut éventuellement proposer. Puis le candidat instruit un dossier disponible en ligne. Enfin un comité d’intégration sélectionne le dossier. Un process qui n’excède pas trois semaines !



Infos pratiques !

Ouvert jusqu’au 25 juillet, Akoneo lance un appel à projets portés plus spécifiquement par des femmes, quel que soit le secteur d’activités pour tenter de rétablir davantage d’équilibre au sein de l’incubateur ; à découvrir ici

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Capbreton / Landes À lire ! ÉCONOMIE > Nos derniers articles