Libourne : les 30 ans de Fest’arts auront bien lieu


Le festival des arts de rue de la Ville de Libourne soufflera bien sa trentième bougie cet été, avec des aménagements liés à la situation sanitaire.

Philippe Buisson à Libourne lors de la présentation de la 30° édition du Fest'ArtsYD

Philippe Buisson à Libourne lors de la présentation de la 30° édition du Fest'Arts

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 31/05/2021 PAR Yoan DENECHAU

Cette trentième édition du Fest’arts aura un an de retard, mais elle a l’avantage de pouvoir se tenir. Le maire de Libourne, Philippe Buisson n’a pu se résoudre à annuler, pour la deuxième année consécutive, le festival des arts de rue. Contrairement aux précédentes éditions, pas ou peu de spectacles se feront sur l’espace public et l’organisation a été aménagée dans le respect des règles sanitaires. Le Fest’arts 2021 se déroulera sur cinq jours au lieu de trois, du 3 au 7 août prochains.

Fest’arts, « d’une manière ou d’une autre ». Le nom de cette trentième édition du festival des arts de rue de Libourne fait bien évidemment écho au « Quoi qu’il en coûte » du chef de l’État, mais aussi à la volonté de faire vivre la culture. « Il n’y aura pas de nouvelle année blanche pour la culture et les arts de rue à Libourne », martèle Philippe Buisson. Ce dernier de prévenir à l’avance : le Fest’arts 2021 ne sera pas la fête habituelle dans les rues de Libourne. « Quasiment tous les spectacles se dérouleront dans des espaces clos [Lycée et cour d’écoles entre autres] et sur réservation, bien que le festival soit gratuit », précise le Maire. Les réservations devront se faire uniquement par téléphone et concerneront maximum cinq personnes et six spectacles, « afin de permettre au plus grand nombre de suivre le festival », affirme Typhaine Giri, directrice de Fest’arts.

Concernant le reste de l’organisation, la Bastide ne sera pas sanctuarisée pour les piétons, puisque les spectacles se dérouleront dans 14 sites clos. Au total, 23 compagnies dont 9 régionales et 7 internationales se produiront dans 28 spectacles, pour un total d’une soixantaine de représentations – contre plus d’une centaine habituellement.
Dernier point important sur l’organisation du festival : l’accueil du public. « Nous ne connaissons pas encore les conditions d’accès aux spectacles. Nous avions à la base l’intention d’utiliser le pass sanitaire », affirme Philippe Buisson. Pour le moment, cette solution est écartée, puisque le pass sanitaire n’est requis « que » pour des évènements rassemblant plus de 1 000 personnes dans un même lieu et ne peut donc être imposé pour des évènements en jauge réduite. « Nous attendons les précisions de l’État et de l’Agence Régionale de Santé, mais si nous avons l’autorisation d’imposer le pass sanitaire, nous le ferons », prévient le maire de Libourne.

« Mandat du street-art »

Cette trentième édition du Fest’arts sera également marquée par une nouveauté à laquelle Philippe Buisson tient particulièrement : le street-art. « Depuis un certain temps maintenant, je veux que Libourne soit une ville de street-art. Arts de rue et street-art sont largement compatibles, voire complémentaires », reprend le socialiste. Ainsi, à l’occasion de Fest’arts, la Ville de Libourne veut mettre à l’honneur le street-artiste bordelais A-MO. Ce dernier réalisera une œuvre sur les murs de la Villa Graziana, à l’angle de l’Avenue de Verdun et de l’Avenue Gallieni.

Le street-art va également investir le musée de la Chapelle du Carmel, avec l’exposition « 8-Clos », qui rassemble des œuvres d’A-MO et d’autres street-artistes néo-aquitains comme Monsieur Poulet, Nasti et Sêma Lao. Sur le reste de la programmation, le Fest’arts abritera de nombreuses créations et artistes programmés en 2020, mais aussi des habitués du festival. Ainsi, les percussions pyrotechniques des basques de Deabru Beltzak ou les marseillais de Générik Vapeur retrouveront le festival aux côtés du spectacle Cartable, avec la girondine Gloria Da Queija, « Coup de cœur OFF » du public en 2019. Les rues de Libourne revêtiront des décorations de fête à partir du 21 juin pour célébrer le passage du Tour de France en juillet et l’organisation de Fest’Arts au mois d’août.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Libourne / Gironde À lire ! CULTURE > Nos derniers articles