Les pastels Girault lauréats du Prix de la Truffe


Les pastels Girault de Montignac lauréats du Prix de la Truffe

Karine et Stéphane Loiseau des pastels Girault reçoivent leur prix des mains de J Luc SouléS.B.T

Karine et Stéphane Loiseau des pastels Girault reçoivent leur prix des mains de J Luc Soulé

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 23/08/2021 PAR Claude-Hélène Yvard

“La Truffe”, l’amicale des Périgourdins de Paris a décerné le 17 août à Périgueux deux récompenses. Le désormais traditionnel Prix de la Truffe revient cette année aux Pastels Girault à Montignac. Cette entreprise créée en 1780 est la plus ancienne fabrique artisanale de pastels secs au monde. Un prix spécial du jury, a été remis aux tanneries de Chamont : il distingue une entreprise déjà établie qui s’est signalée par la qualité de son travail. Sa spécificité est de ne réaliser que du tannage végétal.

La Société amicale des Périgourdins de Paris, “la Truffe”, créée en 1881, réunit plus de 300 membres, qui ont un attachement très fort à la Dordogne. L’association, qui compte de nombreux partenaires, est très influente dans les milieux socio-culturels et économiques. Depuis 2005, l’amicale remet chaque annnée un prix à un entrepreneur périgourdin. “Le prix est destiné à encourager et soutenir les talents, et ce quel que soit le domaine d’activité, avec une dimension patrimoniale forte ou un savoir-faire. Ils participent ainsi au développement économique du Périgord” tient à souligner Jean-Luc Soulé, président de l’association. 

Les Pastels Girault ne sont pas une jeune société puisqu’ils ont été fondés en 1780. Dans cette entreprise implantée à Montignac-Lascaux, sont fabriqués à la main 150 000 bâtonnets de pastels. Il s’agit de la plus ancienne fabrique de pastels secs au monde dont nous avions consacré un article en août 2020. Cet atelier né à Paris est le résultat d’un savoir-faire ancestral et d’une transmission familiale sur plusieurs générations. Cette société a été reprise en 2016 par Karine et Stéphane Loiseau avec le projet de développer et de moderniser l’entreprise. Pour cela, ils ont investi dans l’aménagement d’un bâtiment en atelier pour le rapprocher du lieu de vente et faciliter la production et le stockage, ainsi que dans une nouvelle machine de production pour élargir l’offre.
En cinq ans, ce pari est déjà en grande partie gagné. Dernière preuve de cette réussite : ils ont représenté la Dordogne lors de la Grande Exposition du Fabriqué en France qui s’est déroulée au palais de l’Elysée le 3 juillet dernier. Pour amplifier leur rayonnement international ils souhaitent participer au grand salon du Pastel qui va se dérouler aux Etats-Unis en juin 2022. Le prix de 3 000 euros remis par les Périgourdins de Paris va leur permettre de financer en partie cette participation. 

Une deuxième entreprise artisanale distinguée

Le Prix spécial du jury de « La Truffe », a été décerné aux Tanneries de Chamont. Les Tanneries de Chamont sont aussi une très ancienne entreprise qui a été reprise par Marek Sus en 1991, suite à sa liquidation judiciaire. Là encore, le pari était de redonner vie à cette entreprise, la seule tannerie en activité en Dordogne aujourd’hui. Sa spécificité est de ne réaliser que du tannage végétal. Le cuir est ainsi issu de peaux de bête mais est tanné avec des tanins végétaux. Seules 3 tanneries sur les 22 tanneries existant en France ont fait ce choix écologique. L’entreprise réalise le tannage de cuir de haute qualité, avec des peaux provenant, pour l’essentiel, d’élevages périgourdins, et ce grâce à un partenariat établi avec 26 éleveurs. Elle s’est spécialisée dans le cuir pour sellerie et pour harnachement haut de gamme. Son principal client est CWD, entreprise de sellerie à Nontron. Ainsi les harnachements de la Garde Républicaine sont-ils réalisés à partir de cuir des Tanneries Chaumont. L’entreprise emploie aujourd’hui 7 personnes et son chiffre d’affaires est d’environ 1M€.

La “Truffe”, grâce à ses membres et à son réseau, joue aussi un rôle économique pour le département de la Dordogne. L’amicale a contribué au printemps 2016, à la création du Club des ambassadeurs avec comme partenaire principal l’agence Périgord développement. Composé de Périgourdins de souche, il constitue un formidable levier de détection de porteurs de projets économiques.  Il bénéficie du soutien de la Chambre de commerce et d’industrie de la Dordogne.  Nous consacrerons un deuxième article sur les leviers du développement économique de la Dordogne et dans le contexte sanitaire que nous connaissons depuis le printemps 2020. 

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Dordogne À lire ! ÉCONOMIE > Nos derniers articles