L’ergothérapie pour lutter contre la précarité énergétique


EDF et Alogia proposent une nouvelle offre de service. Des diagnostics dédiés aux personnes âgées qui ont pour but de favoriser les économies d'énergies et le maintien à domicile.

Diagnostic EDF ALOGIABeauregard Christophe

Diagnostic EDF ALOGIA

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 07/07/2021 PAR Margaux Renaut

Diminuer la précarité énergétique tout en prévenant les risques d’accidents domestiques, voici la promesse faite par le partenariat entre EDF Commerce Sud-Ouest, expert en maîtrise de l’énergie, et Alogia, spécialiste de la prévention santé dans l’habitat. Pour ce faire, ils ont développé une nouveau service innovant qui allie ergothérapie et économies d’énergie, en proposant un diagnostic énergétique dédié aux seniors ainsi qu’un accompagnement au maintien à domicile. Les diagnostics sont expérimentés depuis 8 mois en Nouvelle-Aquitaine mais ils pourraient, dès la rentrée, être réalisés sur l’ensemble du territoire.

« L’habitat est un facteur déterminant dans la santé, particulièrement pour les personnes agées ». C’est Thomas Chargé, ergothérapeute, qui l’affirme. Sachant que plus de la moitié des Français en situation de précarité énergétique sont des personnes âgées, la dimension santé dans l’habitat est donc aussi étroitement liée à la question des économies d’énergie. C’est en partant de cette affirmation, et après 4 longues années de réflexion, que s’est construite la nouvelle offre de diagnostics EDF et Alogia, qui associe ergothérapie et économies d’énergies.

« Aider, orienter, conseiller »
Réalisés à domicile par des professionnels de santé, ces diagnostics permettent justement aux résidents et aux éventuels aidants, un accompagnement durable en matière d’écogestes, couplé à un accompagnement au maintien à domicile, qui reste malheureusement peu développé. Car en effet, l’initiative des deux partenaires implique en parallèle, la formation d’ergothérapeutes et de professionnels de santé diplômés d’État aux enjeux de l’énergie. Le rôle de l’ergothérapeute est alors celui d’un coordinateur et d’un évaluateur. 
En détails, lors de sa première visite à domicile, il a pour objectif de prévenir et identifier les possibles difficultés ou risques de danger dans l’habitat et proposer si besoin, des aménagements du logement. Lors de la seconde visite, l’ergothérapeute effectue un diagnostic sur la consommation énergétique, forme aux gestes écologiques quotidiens et propose des solutions pour mieux isoler le logement, optimiser l’utilisation de ses équipements de chauffage, mieux se servir de ses équipements électroménagers, etc. Si précarité il y a, l’ergothérapeute peut orienter l’habitant vers des aides financières notamment le dispositif du chèque énergie, qui prend en charge 10 % de la consommation énergétique de la personne concernée. Thomas Chargé, ergothérapeute formé à ces diagnostics, définit sa mission, ou plutôt sa vocation, comme étant celle « d’aider les gens, les orienter et les conseiller… Surtout ne pas les laisser seuls ». Il déplore par ailleurs, le manque de prévention « On agit toujours lorsqu’il est trop tard. Il faut prévenir beaucoup plus afin d’éviter les situations malheureuses et irréparables ».

« Prévenir avant d’agir »

Ces actions de prévention, de conseil et d’adaptation de l’habitat répondent à la forte demande des bailleurs sociaux, des collectivités et des groupes de prévention santé. Initié au départ avec les équipes de Domofrance, AG2R La Mondiale, ENEAL, Malakoff Humanis et Promologis, ont également manifesté leur intérêt et engagement. Une demande des acteurs du secteur qui profite aux résidents, mais surtout qui permet de « répondre à un besoin et un manque » précise Francis Riether, directeur de développement territorial chez EDF. Plus 80 % bénéficiaires se disent satisfaits ou très satisfaits de l’expérience. Thomas Chargé, lui, témoigne du très bon accueil reçu lors des diagnostics « Au début, les résidents sont très interrogatifs, mais dès lors qu’on apporte de l’information et des solutions, les visages s’éclairent ». Il rajoute « Un remerciement sincère à la fin du diagnostic confirme le bien-fondé du dispositif, mais aussi l’utilité de ma profession ».

Expérimentée en Nouvelle-Aquitaine, cette offre de diagnostic a déjà doublé son objectif de déploiement initial. Forte de ce succès, la prestation pourrait s’étendre partout en France, quand plus de 13 millions de seniors de plus de 65 ans pourraient en bénéficier.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! ÉNERGIES > Nos derniers articles