“Le veau sous la mère” intègre Limousin Promotion


Michel Queille, président de l’association « Le veau sous la mère » signe le rapprochement avec Limousin promotion présidé par Jean-Pierre Bonnet.

Michel Queille, président de l’association « Le veau sous la mère » signe le rapprochement avec Limousin promotion présidé par Jean-Pierre Bonnet.Limousin Promotion

Michel Queille, président de l’association « Le veau sous la mère » signe le rapprochement avec Limousin promotion présidé par Jean-Pierre Bonnet.

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 4 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 02/07/2021 PAR Corinne Merigaud

Les associations “Le Veau sous la mère” et Limousin Promotion ont annoncé leur rapprochement qui a été officialisé, le 30 juin, lors d’une assemblée générale extraordinaire avec la création de deux nouvelles sections. L’objectif est de renforcer la visibilité de cette viande de qualité qui sera désormais distribuée dans près d’un millier de points de vente aux quatre coins de l’Hexagone. Le but est aussi d’inciter de nouveaux éleveurs à opter pour ce mode de production, au moment où le consommateur est de plus en plus demandeur de produits de qualité en circuits courts.

Deux nouvelles filières de veaux, le veau élevé sous la mère Label Rouge LA 03/81 et le veau rosé sous la mère complété aux céréales LA 08/13 ont intégré Limousin Promotion. L’organisme de défense et de gestion (ODG) des viandes limousines disposait déjà d’un label, le veau du Limousin élevé sous la mère LA 20/92 et d’une IGP 3994 distribuée sous la marque Blason Prestige. L’association “Le veau sous la mère” a donc choisi de transférer ses activités au sein de Limousin Promotion. Cette décision donne une nouvelle dimension à l’ODG qui étoffe sa gamme de viandes bovines limousines Label Rouge et son réseau de distribution avec près d’un millier de points de vente. Une opportunité intéressante de part et d’autre comme en atteste Michel Queille, éleveur et président de l’association “Le veau sous la mère”. “Cette production est astreignante et pas assez attrayante, nous perdons des producteurs tous les ans. Le problème du renouvellement se pose, c’est pourquoi nous avons cherché un partenaire pour mutualiser nos moyens financiers et humains et avoir un projet de développement de la production et de la valeur ajoutée qui peut être un facteur significatif.”

Le bassin de production des éleveurs membres de l’association s’étend sur les Pyrénées-Atlantiques, le Lauragais, l’Aveyron, la Lozère, le Lot, la Corrèze et la Dordogne. Avec 1,5 équivalent temps plein, l’association manquait de personnels pour assurer ses missions régaliennes à savoir, le contrôle de la certification des produits, la promotion et la communication. “Certes, nos régions sont différentes mais nos produits sont les mêmes avec des races un peu différentes, précise-t-il. Nous avons pensé que le regroupement de ces trois labels veau sous la mère et d’une IGP dans la même entité pourrait apporter du poids dans les négociations avec des partenaires qui peuvent nous soutenir autant sur la communication que sur le développement de la production.”

Une zone de distribution élargie vers l’Occitanie

Ce transfert d’activité va permettre de travailler en complémentarité et de pouvoir bénéficier de nouveaux réseaux de distribution afin d’accroître la visibilité et la notoriété de ce produit de qualité. Limousin Promotion comptait 595 points de vente, en ajoutant les 377 de l’association, les produits sont désormais distribués dans 972 points de vente partout en France. Ces trois filières Label Rouge regroupent à présent 2 171 éleveurs qui ont commercialisé 21 691 veaux en 2020, soit 2 839 tonnes. “Le veau élevé sous la mère représente 51,7% du volume des veaux sous label vendu l’an dernier sachant que seulement 5% des ventes de veau en France sont constituées de veaux Label Rouge contre 95 % de veaux d’origine industrielle, précise Jean-Marc Escure, directeur de Limousin Promotion. L’idée est de travailler ensemble pour valoriser le veau sous la mère et cette forme traditionnelle d’élevage. L’éleveur fait téter le veau matin et soir jusqu’à ses cinq mois et demi. Cela représente six heures de travail par jour pour 15 à 20 bêtes au maximum. Les éleveurs passent beaucoup de temps à faire un produit d’excellence.”

La filière du veau rosé Label Rouge est la filière la moins développée des trois avec 97 éleveurs, 7 distributeurs, 404 veaux commercialisés en 2020 soit 40,6 tonnes. “Nous allons développer ce marché du veau rosé notamment dans la restauration hors domicile ajoute le directeur, il est élevé durant six mois et complémenté en céréales. Le temps de travail des éleveurs est réduit, ils peuvent en élever trente en même temps.”

Pour Jean-Pierre Bonnet, éleveur et président de Limousin Promotion, ce rapprochement est une belle occasion de développer les parts de marché de ces trois filières. “L’union fait la force, plus on se regroupe et plus on est fort constate-t-il, sur certaines manifestations, on se cantonnait à la Nouvelle-Aquitaine, nous allons désormais déborder sur l’Occitanie avec une distribution sur Toulouse et un accès à la Méditerranée. On va pouvoir attaquer de nouveaux marchés et placer nos viandes de qualité où le consommateur trouve parfois des veaux d’importation qui ne correspondent pas à son attente.”.

Des opérations de promotion en perspective

En termes de communication, Limousin Promotion sera davantage présente sur le terrain avec un programme qui s’est étoffé pour les mois à venir. Le premier rendez-vous est prévu au Festival de l’élevage de Brive, les 21 et 22 août, suivi par le veau à la broche à Saint-Céré (Lot) le 12 septembre, les Pyrénéennes à Auch du 17 au 19 septembre, et au cours du même week-end se dérouleront le Concours national Limousin et Toques et Porcelaine à Limoges. Le salon Régal à Toulouse est prévu du 16 au 18 décembre. L’opération “Mon boucher a la côte” reprendra la route dans les Hauts de France, les 3 et 4 septembre, puis s’arrêtera en Limousin et Dordogne, les 24 et 25 septembre, dans le Grand Est, les 12 et 13 novembre, à Lyon, dans la Loire et l’Isère les 3 et 4 décembre. Deux nouveaux rendez-vous sont calés dans les Landes et le Béarn, les 22 et 23 octobre, et dans la région toulousaine les 19 et 20 novembre.

Pour 2022, des projets et actions sont déjà programmés avec la participation au Salon de l’agriculture, à Aquitanima, au Festival de l’élevage de Brive, au Concours national Limousin, au Sommet de l’élevage et au Salon Régal. Enfin, un artisan boucher et un chef boucher en GMS seront récompensés dans la nouvelle catégorie veau élevé sous la mère et invités au SIA.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! ÉCONOMIE > Nos derniers articles