Le Petit Bruges promet logement et inclusion pour 8 jeunes


A partir de 2024, huit jeunes porteurs d'autisme pourront démarrer une nouvelle vie à Bruges : celle de l'autonomie, grâce à la production de logements sociaux pensés pour eux

Emmanuel Picard, DG du groupe Soïkos et Brigitte Terrazza, maire de Bruges, au côté de Bogdan Rosen, l'architecte, entourés des parents et jeunes gens de l'association Autisme Bordeaux Gironde sur le chantier du Petit BrugesAqui.fr

Emmanuel Picard, DG du groupe Soïkos et Brigitte Terrazza, maire de Bruges, au côté de Bogdan Rosen, l'architecte, entourés des parents et jeunes gens de l'association Autisme Bordeaux Gironde sur le chantier du Petit Bruges

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 30/09/2022 PAR Solène MÉRIC

C’est un soulagement pour l’avenir de leurs enfants. L’association ABG 2017, comme « Autisme Bordeaux Gironde » a été créé en 2017 par des parents d’enfants porteurs d’autisme. « Faute de solution adaptée, nous nous sommes réunis pour réfléchir à un projet de logement collectif pour nos enfants. Mésolia a été le seul bailleur social à nous écouter et à accepter de monter ce projet avec nous », se remémore Sylvie Vancassel, présidente de l’association à en visitant de chantier de l’opération d’aménagement et de promotion Petit Bruges qui intègre ce projet d’habitat inclusif.

Même si l’îlot de 15 appartements sociaux qui inclura les huit studios dédiés aux jeunes de l’association ABG, n’est pas encore sorti de terre, « les choses avancent ! Nous sommes très contents de l’emplacement, juste à côté d’un arrêt de tram. Et le quartier est agréable avec sa végétation et ses arbres. », sourit la présidente.

Au-delà de l’habitat, le lien social


Proche de la place Ravezies mais côté Bruges, ce futur quartier, qui comprendra 260 logements ainsi que des commerces et bureaux, conservera deux hectares de nature pleine terre et disposera de plus de 10 000 m² d’espaces verts publics. Une place laissée à la nature qui fait la fierté de Brigitte Terrazza, la maire de Bruges, et d’Emmanuel Picard, Directeur général du Groupe Soïkos, qui produit sur le site 145 logements sociaux, collectifs et individuels. « La qualité des aménagements paysagers permettra d’apporter de la fraîcheur en été et d’être propice au lien social », confirme celui qui est aussi directeur général de l’entreprise HLM Mésolia.

Les premiers bâtiments sortent de terre avec l'impératif de conserver la végétationAqui.fr

Les premiers bâtiments sortent de terre avec l’impératif de conserver la végétation

Or, le lien social, derrière l’habitat, c’est bien là toute l’ambition et le pari des huit jeunes de l’association BGA, âgés de 20 à 35 ans, et de leurs parents. Une aventure vers l’autonomie et l’inclusion, travaillée depuis 2019 avec le bailleur social, le cabinet d’architectes, et l’association ARI qui intervient déjà auprès du groupe de jeunes pour les accompagner dans leur conquête de l’indépendance.

Maintenir la convivialité

« Le logement inclusif pour les personnes porteuses d’autisme c’est quelque chose de très récent dans la construction. Il n’y a pas encore de recul sur ce genre de projet », précise Charles Consel, vice-président de BGA. « Que les parents soient associés, nous a permis de livrer notre expérience, et de veiller à ce que certains points d’attention soient mis en place pour le confort de nos enfants, et la réussite de ce projet ».

Parmi ces points d’attention : la construction d’ « un appartement de convivialité » dans le même îlot que les 8 studios. « Les jeunes qui viendront habiter à Bruges, ont été choisis car ils sont dans une démarche de décohabitation avec leurs parents, ont un emploi ou sont dans un projet professionnel. Ils ont la capacité d’être en autonomie mais avec tout de même un risque d’isolement important. L’appartement de convivialité, un T3, avec la présence d’un animateur de l’association ARI, va permettre de maintenir et stimuler une vie collective, tout en proposant des animations également ouvertes aux autres habitants », détaille Tiphaine Ornaghi, responsable du développement de l’habitat spécifique chez Mésolia.

“Des logements les plus protecteurs possibles”


Les studios, ont aussi été pensés dans les moindres détails pour « être les plus protecteurs possibles » pour ces jeunes. « Les matériaux et les coloris seront par exemple adaptés », assure la jeune femme. « Il y aura des couleurs neutres sur les murs et au sol, des menuiseries facilement manipulables mais qui ne risquent pas de claquer brusquement, ou encore un revêtement de sol permettant d’assourdir les bruits d’impact », liste notamment l’architecte Bogdan Rosen, du cabinet Schurdi-Levraud. Quant à l’isolation sonore des studios de 30 m² environ, il ne prévoit pas, pour l’heure, d’adaptation particulière : « les exigences sur les matériaux sont déjà très élevées sur l’ensemble des logements construits ici », note-t-il.

Lot n°4 de l'opération Petit Bruges, où seront situés les studios adaptés pour les jeunes porteurs d'autismeSchurdi-Levraud Architecture

Lot n°4 de l’opération Petit Bruges, où seront situés les studios adaptés pour les jeunes porteurs d’autisme

Côté financement, ces logements seront loués en prêt locatif aidé d’intégration (PLAI) à l’ARI, qui sous-louera aux résidents. « Le PLAI permettra ainsi d’appliquer à ces jeunes un loyer plus faible », précise Emmanuel Picard pas peu fier de souligner l’investissement de Mésolia pour l’opération Petit Bruges à hauteur d’1,5 M€, sur un coût total de  25M€.


Infos pratiques !

L’opération Petit Bruges, décidément se démarque : elle abrite un autre dispositif assez nouveau, en matière cette fois d’accession à la propriété. 46 logements dont 7 individuels seront accessibles par Bail réel solidaire. « Ce dispositif proposé par Soïkos Accession permet, sous plafond de ressources, la dissociation du foncier et du bâti afin de rendre le prix d’achat du logement intéressant », décrit Emmanuel Picard. Le ménage devient propriétaire des murs tout en restant locataire du terrain. « A Bruges le prix au mètre carré est de 4 200€. Ici nous sommes entre 2 700 et 2 800 € », confie-t-il. La livraison de l’ensemble de l’opération à laquelle s’associe, côté parc privé, le promoteur immobilier Lamotte, est prévue pour 2024.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Bruges / Gironde À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles