Le parc éolien en mer sud-atlantique est lancé


Le parc éolien en mer sud atlantique est bel et bien sur les rails. Le préfet de la Charente-Maritime, Nicolas Basselier en a présenté les grandes lignes, en présence des deux garants de la concertation, des représentants de la Dreal et de RTE.

Quatre personnes sont attablées derrière un grand bureau, il s'agit du préfet de Charente-Maritime entouré des représentantes de RTE et du représentant de la DrealVirginie Valadas | Aqui

Le préfet a donné les grandes lignes du projet, avec RTE et la Dreal.

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 21/10/2022 PAR Virginie Valadas

Côté calendrier, le projet s’articule en deux grandes phases. De 2023 à 2025 : poursuite de la concertation (pendant l’année 2023), désignation du ou des lauréats par le ministre chargé de l’Energie début 2024, étude d’impact par le lauréat et RTE pour le premier parc, dépôt et instruction des demandes d’autorisation pour la construction du parc, et en cas de deuxième parc, organisation d’un nouvel appel d’offres par l’Etat.

Puis de 2025 à horizon 2030 : Obtention des autorisations, décision d’investissement et contractualisation avec les différents partenaires et sous-traitants, construction et raccordement du parc et enfin mise en service.

Etudes techniques et raccordement

Cela dit, avant même 2023, les premières études géologiques sur les fonds marins dans la zone retenue ont déjà débuté. Le navire Geofocus  réalise notamment une campagne de caractérisation des sols. D’autres études techniques concerneront le gisement éolien (la mesure du vent sur la zone), la bathymétrie (profondeur et relief du fond de la mer) et la sédimentologie. Enfin, les études géophysiques et géo-techniques préciseront la nature des fonds.

Autant de données essentielles pour la pose des éoliennes et l’emplacement du futur corridor de raccordement, large d’environ 1 km sous la mer, avant de s’affiner en atteignant la terre. Une station de conversion sous-marine sera aussi mise en place pour transformer le courant alternatif, au départ des éoliennes, en courant continu, compte tenu de la puissance et des distances, jusqu’au poste électrique de raccordement à terre.

Un chantier de raccordement au réseau confié à RTE (déjà en charge de ceux des parcs éoliens marins de Saint-Nazaire, Saint-Brieuc, Fécamp, Noirmoutier…) donnera lieu à une concertation dite « concertation fontaine ». Celle-ci permettra aux équipes chargées du projet, d’échanger avec les élus, les services de l’Etat, les associations et les usagers de la mer notamment.

Etudes environnementales

En parallèle des études techniques, des études environnementales dureront plus de deux ans (dont un an pour le milieu terrestre) afin de décrire l’état initial de l’environnement dans lequel le projet doit s’insérer. Oiseaux marins, migrateurs (cf notre encart), chauves-souris, tortues, mammifères, poissons, crustacés, fonds marins, bruit sous-marin, flore : tout sera inventorié. Les bureaux d’études doivent être sélectionnés par l’Etat et RTE avant la fin de l’année pour lancer les campagnes d’observation par avion et par bateau au printemps 2023.

Les résultats de ces études techniques et environnementales vont permettre à l’Etat d’élaborer le cahier des charges en vue du lancement des appels d’offres. Le ou les lauréats seront tenus eux aussi, de réaliser une étude d’impact.

Julie Dumont et Francis Beaucire ont la charge de s’assurer de la totale transparence du projet auprès de tous les publics.


La concertation avec les garants

Avant la fin de l’année 2022, dans le cadre de la concertation, quatre commissions sont créées : une commission « Elus », une commission « Pêcheurs », une commission « Monde socio-économique » et enfin une commission « Autres usagers ».

La pêche étant maintenue sur la zone, plusieurs comités régionaux de pêche sont associés à la concertation. En effet, si 80% des navires de pêche immatriculés à La Cotinière, le port de pêche oléronais, ne vont pas capturer de poissons dans la zone retenue, de plus gros navires venus de Bretagne, des Pays de la Loire et la Vendée y sont quant à eux présents.

Cette concertation, sur le parc et sur le raccordement, s’organise sous l’oeil des deux garants membres de la Commission nationale du débat public: Julie Dumont et Francis Beaucire. Ils sont là pour garantir que des informations claires soient transmises et pour faire remonter les avis, arguments et remarques diverses des publics.


Focus sur Migratlane

Lancé dès cette fin d’année 2022 Migratlane est un programme spécifique d’observation et de recherche avancée sur l’avifaune, à l’échelle de l’Arc Atlantique. Il consiste à collecter des données sur l’avifaune migratrice, les chiroptères, les oiseaux marins tant par observation visuelle à terre et en mer, télémétrie, radars ornithologiques, capteurs acoustiques et vidéos.

Infos pratiques !

Le site internet : eoliennesenmer.fr

Une newsletter va être publiée régulièrement et diffusée sur les sites et les réseaux sociaux de la préfecture, de la Dreal, de RTE.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Ile d'Oléron / Charente-Maritime À lire ! ÉNERGIES > Nos derniers articles