Le Lot-et-Garonne, un « territoire bio engagé »


XC/CD47

Le Lot-et-Garonne, un « territoire bio engagé »

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 1 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 20/11/2015 PAR Sybille Rousseau

« C’est une fierté pour le Lot-et-Garonne que d’obtenir ce label ! » Pierre Camani, le président du Conseil départemental n’est pas peu fier de recevoir cette distinction qui récompense « un engagement politique fort en direction du bio ». « Nous récompensons les collectivités qui atteignent plus de 6% de terres cultivées en bio et/ou qui ont introduit 20% de produits issus de l’agriculture biologique en restauration collective », précise Philippe Lassalle Saint-Jean, président d’Arbio Aquitaine. En effet, dès les années 60, le Lot-et-Garonne compte de nombreux adeptes à cette agriculture alternative. En 2008, considéré comme département pionnier, il recense 8558 hectares de surfaces agricoles engagés en bio pour 300 exploitations. Six ans plus tard, en 2014, ce sont 18159 hectares qui sont comptabilisés pour 578 exploitations, soit 6,4% des surfaces cultivées. Ces statistiques font aujourd’hui du Lot-et-Garonne le premier département bio d’Aquitaine. Ce label a été reconnu comme mesure exemplaire par le ministère de l’agriculture dans le cadre du plan ambition bio 2017. Un plan qui prévoit le doublement des surfaces agricoles en bio sur le territoire national. Un label synonyme d’engagement…Pour Romain Chapolard, producteur bio au GAEC des Flots blancs à Mézin, « ce label montre un engagement fort des responsables politiques pour continuer à avancer vers cette démarche. Et espérons que cela évoluera encore ! » Producteur de lait, éleveur d’une quarantaine de vaches normandes nourries à base d’herbes, Romain Chapolard désire aujourd’hui valoriser une grande partie de sa production en yaourt, fromage blanc et crèmes glacées « et nous avons également pour objectif de vivre grâce à la transformation de nos produits. Ce label pourrait bien nous aider à sensibiliser davantage la population ». En tout cas, Pierre Camani y croit « le bio ce n’est plus une niche, c’est une filière d’avenir, une filière en développement et rémunératrice avec une demande grandissante année après année. »

 

 

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Lot-et-Garonne À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles