Le Crédit agricole d’Aquitaine s’attaque au marché de la Banque Privée


Aqui.fr

Le Crédit agricole d'Aquitaine s'attaque au marché de la Banque Privée

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 03/11/2015 PAR Solène MÉRIC

Jack Bouin avait le sourire ce 3 novembre, et pas seulement en raison de la vue exceptionnelle qu’offre le nouvel espace Banque Privée présenté à la presse ce mardi martin. Et pour cause, la Caisse régionale affiche une très bonne dynamique commerciale. En neuf mois, le Crédit Agricole d’Aquitaine a gagné plus de 18000 nouveaux clients. Quant à sa collecte d’épargne, à hauteur de 734 M€, elle a doublé en un an. Un chiffre, permettant à Jack Bouin d’afficher un gain de part de marché « considérable » de 0,6% sur un an. Satisfaction aussi au niveau des crédits également marqués par une part de marché en progression : passant de 1,8Mds à 2,7Mds €, la Caisse régionale Crédit Agricole affiche plus de 50% de réalisation de crédits nouveaux. Des chiffres dans lesquelles « les entreprises prennent leur place » assure Jack Bouin, citant en ce qui les concerne, un encours de crédit de + 4,2% sur un an et une réalisation de 257M€ à fin septembre soit +44,8% sur un an, le tout « dans un climat d’affaires que l’on sent plus confiant. »

Mais l’évènement du jour était la présentation de l’Espace Banque Privé Crédit Agricole d’Aquitaine ouvert depuis le 15 juin dernier au premier étage de la Bourse maritime, avec vue imprenable sur la Garonne. Organisé dans un code couleur bordeaux et gris, à la fois sobre et moderne, cet espace de 350 m2 a vocation à recevoir « les clients aux avoirs financiers de plus de 3M€, ou ayant un tel potentiel de développement d’ici 2 à 3 ans », explique Franck Kerlaud, responsable directeur de cette nouvelle activité et responsable de l’espace. Si cette activité dédiée à une clientèle fortunée est volontairement scindée du siège, c’est pour « rendre notre organisation plus lisible par les clients, et affirmer notre volonté de se développer sur le marché de la Banque Privée. L’idée ici est bien de développer une marque à valoriser sur le territoire de la Caisse régionale». Une « banque-appartement », sans vitrine et à l’étage, garante aussi d’une plus grande confidentialité des échanges.

Service global et expertise de haut niveauActuellement, ce sont 400 familles qui bénéficient de cette nouvelle activité, avec à leur service des banquiers privés, des ingénieurs patrimoniaux, des allocataires financiers et bientôt une avocate fiscaliste. L’objectif ici est d’offrir une expertise de haut niveau à des clients dont les problématiques de patrimoine et de fiscalités supposent des compétences bien particulières. « Familles » car en effet, spécificité de la Banque Privée, signée et siglée Crédit Agricole d’Aquitaine, elle propose « un service global » à ses clients fortunés, manière de se différencier de ses concurrents. En effet, si les opérations de transmission d’entreprises sont le gros du business, notamment sur la viticulture, l’idée est de pouvoir répondre à chacun des membres de la famille, de la recherche d’un investissement immobilier à la transmission d’une entreprise en passant par un prêt étudiant ou la gestion de compte courant, le tout dans un même lieu et avec les mêmes interlocuteurs.

Le Crédit agricole d'Aquitaine s'attaque au marché de la Banque privée - logo

Outre les 9 et bientôt 10 personnes présentes sur l’espace de la Bourse maritime, 2 collaborateurs sont aussi présents sur le territoire, l’un à Agen, l’autre à Dax, pour capter les patrimoines les plus importants sur l’ensemble des 3 départements couverts par la banque régionale. Pour l’heure se sont 300 M€ d’encours qui sont gérés par cette Banque Privée haut de gamme. Sur ce marché, le potentiel de développement est là et notamment sur la Métropole qui, en 2016, devrait voir s’ouvrir 5 nouveaux espaces Banque Privée sur son périmètre, confie Franck Kerlaud.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Gironde À lire ! ÉCONOMIE > Nos derniers articles