Le Concours général agricole n’aura (finalement) pas lieu


Un temps maintenu malgré l'annulation parisienne du Salon international de l'Agriculture, le Concours général agricole est finalement reporté à 2022. Une première en plus de 150 ans d'histoire.

Solène MÉRIC | Aqui

Ils sont nombreux les producteurs néo-aquitains à participer chaque année à ce concours national. Nombreux aussi à repartir avec une médaille... Mais pour 2021, c'est raté.

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 07/04/2021 PAR Solène MÉRIC

Pour Jean-Luc Poulain, son président, « reporter le Concours Général Agricole n’était jamais arrivé (…), c’est un crève-cœur ! ».

Il est le symbole de l’excellence agricole française. Mais cette année, ce ne sera pas la peine de rechercher le macaron à la feuille de chêne estampillé 2021 dans les rayons de vos grands ou petits magasins. Et pour cause, il n’existera pas. Il faudra désormais attendre le cru 2022. Triste nouvelle pour les consommateurs français, bien conscients de la qualité des produits porteurs de ce petit logo. Triste nouvelle aussi, et peut-être surtout pour les producteurs lauréats, dont une bonne part est régulièrement issue de la Nouvelle-Aquitaine, qui outre la fierté de la récompense, voyaient là une valorisation certaine de leurs productions et un écoulement des stocks assurés. Cette année encore, « les producteurs se sont inscrits en nombre avec un niveau d’échantillons équivalent aux années précédentes », souligne le commissaire général du Concours.
Pourtant, le constat est là, « les conditions sanitaires ne sont plus réunies pour garantir l’accueil des jurés venant de tous les territoires métropolitains et ultramarins, l’application des protocoles de dégustation encore plus restrictifs et le respect de l’équité de traitement des différents échantillons de produits et vins », confirme Olivier Alleman. Et ce, « tant au niveau des phases de présélections que des phases finales délocalisées dans les villes de Tours, Châlons-en-Champagne, Angoulême et Montpellier ». Car en effet, suite à l’annulation de l’évènement parisien du Salon international de l’agriculture, dans le cadre duquel se déroule habituellement le Concours, c’est sous une forme délocalisée, et en clin d’oeil au format historique du Concours général agricole, que les choses avaient été pensées… en vain.

La validité de la médaille 2020 prolongée

Cela dit, conscient de la situation des producteurs et afin de garder un esprit solidaire tant pour la valorisation de leurs produits et leur savoir-faire que pour les aider économiquement, la validité de la médaille 2020 sera prolongée jusqu’en mars 2022. Et « ils seront remboursés du montant de leur inscription 2021 », précise le commissaire général. Quant aux jurés qui se sont mobilisés pour répondre aux dégustations dans tous les territoires (dont « beaucoup de nouveaux arrivants » précise le Concours), ils seront sollicités en priorité pour la prochaine édition en février 2022, assure-t-il.
Enfin, concernant les versions délocalisées des finales imaginées cette année par les commissaires des concours, en partenariat avec les Chambres d’agriculture, le travail n’aura pas été fait pour rien ; Olivier Alleman n’exclue pas de les reprendre pour tout ou partie l’an prochain. « Elles nous serviront à inventer les lendemains qui chantent pour notre Concours Général Agricole ! », assure-t-il.

Pour cette année 2021, seuls le Concours des Pratiques Agro-Ecologiques et le Trophée International des Etablissements Agricoles sont maintenus durant la Semaine de l’agriculture française en mai 2021.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! ALIMENTATION > Nos derniers articles