Label I-Site : l’UPPA restera-t-elle dans la club ?


2021 marque la dernière année de probation pour l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, concernant son label d'université d'excellence, l'I-SITE.

L'Université de Pau et des Pays de l'Adour - La présidenceAqui.fr

L'Université de Pau et des Pays de l'Adour - La présidence

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 01/10/2021 PAR Solène MÉRIC

L’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) est l’une des 9 universités françaises à avoir reçu le label national d’excellence I-SITE (Initiative Sciences, Innovation, Territoires, Économie) pour son projet E2S, « Solutions pour l’Energie et l’Environnement ». Concrètement, ce projet E2S s’appuie sur un consortium de recherche de haut niveau alliant l’UPPA, l’INRAe, l’INRIA et le CNRS pour, entre autres, accompagner par la recherche la transition énergétique et environnementale des entreprises du territoire. Décerné à l’UPPA en 2017, le label I-Site, véritable clé d’entrée au club des Universités d’excellence, incluait une phase probatoire de 4 ans. 2021 est donc l’année de son évaluation.

Au-delà d’un renforcement net des partenariats, entre acteurs privés et l’Université autour de thèmes de recherche directement liés à la transition énergétique et environnementale sur le territoire, ce projet E2S UPPA, contient aussi une forte dimension internationale. En effet, souligne l’Université, autour de ce projet, « les enseignants-chercheurs travaillent à accroître l’attractivité internationale de l’UPPA, en participant notamment à des projets de formation et de recherche de pointe avec des institutions renommées telles que Stanford, Berkeley, ou encore le MI ».

Qualité et international
En parallèle, durant ces 4 premières années de phase probatoire du label, l’UPPA également a intensifié la politique de qualité en matière de formation ainsi qu’en recherche et innovation. Liant qualité et propension à l’international, les enseignements se font désormais en anglais pour les masters et formations doctorales du champ Énergie et Environnement. Autre exemple poussant à la performance, des bourses au mérite sont attribuées chaque année aux meilleurs étudiants de L3 et master pour les attirer et les retenir (« Académie des talents »), et enfin l’accompagnement à l’entrepreneuriat a été fortement développé.

Côté chiffres, l’I-Site en 2020, ce sont la collaboration de 1000 chercheurs au service de l’énergie et de l’environnement, 85 étudiants soutenus financièrement via l’Académie des talents, 40 participants au Défi étudiant annuel, 31 bourses de thèse, 30 chaires de recherche, 6 chaires internationales, plus de 30 entreprises partenaires auxquelles ajouter 5 établissements publics et 8 collectivités territoriales, 100 étudiants entrepreneurs et 8 créations d’entreprise en 2020, 18 plateaux techniques (UPPA Tech), 13 brevets déposés, 8 laboratoires communs, 2 laboratoires internationaux… Autant dire une dynamique résolument forte, remarquée par le Haut Conseil d’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (HCERES).

L’I-Site E2S : « la colonne vertébrale de la stratégie de l’UPPA”
En effet, dans son récent rapport d’évaluation des activités de l’UPPA pour la période 2016-2020, le HCERES reconnaît que l’I-Site E2S est « la colonne vertébrale de la stratégie de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour ». Félicitant « une stratégie clairvoyante », un « socle solide dans l’exercice des missions de formation, de recherche et de valorisation », ainsi que « une activité partenariale valorisant son expertise dans des domaines scientifiques à enjeu sociétal, une identification forte avec ses territoires d’implantation et une tradition d’échanges transfrontaliers », le Haut conseil pose la pérennisation du label I-site comme un enjeux majeur pour l’UPPA. Et ce d’autant qu’il souligne par ailleurs , «  la volonté réelle » de la gouvernance d’entraîner toute l’université et ses différents sites d’implantation dans la dynamique créée autour de l’I-Site. A noter, aussi au titre des performance, lors de sa première labellisation en 2017, l’UPPA était le seul campus labellisé d’excellence qui n’était pas issu d’un regroupement d’universités…

Pour autant, en dépit de l’appui du HCERES ou de son entrée au sein de classements internationaux (Shangaï, ou encore, en 2020, au Times Higher Education), c’est bien à un jury dédié et indépendant qu’il conviendra de décider de la poursuite de cette labellisation. Pour ce faire, une partie du « jury international des initiatives d’excellence » viendra en octobre 2021 sur le campus de Pau, où neuf entretiens sont prévus. L’audition finale aura ensuite lieu à Paris entre le 14 et le 21 janvier 2022 pour un résultat annoncé peu après. Malgré les soutiens divers en faveur du projet E2S, rien n’est joué d’avance : sur 4 universités françaises déjà évaluées pour cette pérennisation du label, seulement trois ont vu leur labellisation confirmée… Outre la reconnaissance et le rayonnement que l’I-site donne à l’Université, c’est aussi l’attribution d’importantes subventions qui est ici en jeu. Sans oublier que ce serait un beau cadeau pour l’Université qui a fêté ses 50 ans en 2020.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Pau / Pyrénées-Atlantiques À lire ! ÉDUCATION > Nos derniers articles