La Safer renforce son réseau de partenaires


Sur le Salon de l'Agriculture de Paris, Patrice Coutin, président de la Safer Nouvelle-Aquitaine a signé 4 nouvelles conventions de partenariat visant à faciliter l'installation.

Franck Daubin (FRDGS), Frédéric Boursiquot, vice président de la Coopérative Océalia, Jean-Jacques Gendreau, président de la SCAR, et Sébastien Reynier, président de la fédération régionale des CUMA entoure Patrice CoutinSAFER NA

Franck Daubin (FRDGS), Frédéric Boursiquot, vice président de la Coopérative Océalia, Jean-Jacques Gendreau, président de la SCAR, et Sébastien Reynier, président de la fédération régionale des CUMA entoure Patrice Coutin

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 10/03/2022 PAR Solène MÉRIC

La Safer Nouvelle-Aquitaine a profité du temps solennel du Salon de l’Agriculture de Paris pour s’engager dans 4 conventions de partenariat visant toutes à sécuriser ou faciliter l’installation en agriculture. Un effet de masse, qui démontre aussi la nécessité de « jouer collectif » selon l’expression de Patrice Coutin, Président de la SAFER Nouvelle-Aquitaine, pour répondre au grand défi du renouvellement des générations dans le secteur. 

« La Safer est l’opérateur foncier polyvalent de l’espace rural. Contribuer au dynamisme de l’agriculture et au renouvellement des générations est la première des missions de service public que nous avons à assumer », rappelle Patrice Coutin. Et le président de la Safer Nouvelle-Aquitaine de préciser : «  Notre rôle précisément c’est de créer et mettre des outils pour que les acteurs et les organisations professionnelles y parviennent sur leur territoire ».

Connaissance et coordination entre les services
Pour ce faire, toute une série de conventions et partenariats, sont d’ores et déjà existants rappelle-t-il, tant avec la Région, qu’avec certains départements et filières ou encore avec des coopératives. Ces accords permettent de faciliter, financièrement par exemple, la mise en œuvre d’outils tels que « le portage foncier, des garanties assurantielles, du stockage foncier… », énumère Patrice Coutin. « Tout ça au profit des agriculteurs qui souhaitent s’installer ».

Des partenariats qui englobent aussi un enjeu de bonne connaissance et coordination entre les équipes de la Safer NA et celles des acteurs agricoles partenaires. « Nous sommes à nous tous un maillage dans lequel chaque structure a un rôle à jouer pour aider les jeunes à s’installer, mais pour que cela fonctionne au mieux, il faut s’assurer d’un bon échange d’information entre les équipes et les services et accorder nos actions. Chacun ne doit pas rester dans son coin, il faut jouer collectif pour répondre au défi du renouvellement des générations. » appuie-t-il.


Installation et état sanitaire des cheptels
Au Salon de l’agriculture, la première des quatre conventions était signée avec la Fédération Régionale des Groupements de Défense Sanitaire. Objectif : permettre aux nouveaux installés en élevage une reprise dans les meilleures conditions. Les deux structures s’engagent en effet à collaborer pour informer les cédants et les repreneurs potentiels de l’état sanitaire du cheptel lors des projets de transmission des exploitations d’élevage.

« Le sanitaire animal, c’est la cheville ouvrière de l’élevage » précise le président de la FRGDS, Franck Daubin. Un accompagnement renforcé d’autant plus important que « de plus en plus de nouveaux installés sont non issus du milieu agricole et ne maîtrisant pas toutes les composantes sur l’état sanitaire des cheptels à reprendre », détaille t-il.

Installation et soutien financier des coopératives
C’était ensuite à Jean-Jacques Gendreau, président de la Société Coopérative Agricole du Robéracois de passer à la signature au côté de Patrice Coutin, afin de permettre de compléter le dispositif de portage foncier mis en place par la Safer et la Région Nouvelle-Aquitaine. En effet, ce dispositif qui permet une acquisition progressive d’une exploitation dans le cadre d’une installation agricole, a déjà été consolidé par l’intervention du Conseil départemental de la Dordogne, qui prend en charge 50% des frais financiers du portage.

Avec cette nouvelle convention, le jeune, s’il est adhérent à la coopérative, pourra voir les 50% restants pris en charge par la SCAR. « Nous étions demandeurs d’un partenariat avec la Safer, pour aider à l’installation de nouveaux agriculteurs adhérents, pour l’intérêt de la profession et de l’agriculture en général », indique Jean-Jacques Gendreau. Une manière aussi, souligne-t-il, « de penser à l’avenir de nos coopératives » qui n’échappent pas à l’érosion démographique agricole.

Frédéric Boursiquot, vice président de la Coopérative Océalia et Patrice Coutin, président de la Safer Nouvelle-AquitaineSAFER NA

Frédéric Boursiquot, vice président de la Coopérative Océalia et Patrice Coutin, président de la Safer Nouvelle-Aquitaine

La troisième convention signée le 2 mars, entre la Safer Nouvelle-Aquitaine et Océalia, prend quant à elle le relais d’un premier partenariat engagé en 2019 entre la Safer Poitou-Charentes et Océalia. Entre temps la fusion des régions (et des Safer) est passée par là, de même que la fusion entre Océalia et la coopérative Natéa. Le partenariat est donc désormais étendu, en plus des 4 départements de l’ex-Poitou-Charentes, au département de la Dordogne et aux trois départements de l’ex-Limousin.

Au menu et à destination des adhérents de la coopérative : accompagner des porteurs de projet en facilitant leur installation, conforter les exploitations agricoles à consolider, mieux connaitre les exploitations à transmettre et le foncier agricole qui se libère et oeuvrer à la reprise des exploitations agricoles sans successeur. Et Océalia participera aussi au dispositif de portage foncier. « La coopérative prend en charge la moitié des frais financiers pour ses adhérents nouveaux installés et se porte caution d’une enveloppe de financement complémentaire de 200 000 € pour le foncier mais aussi pour les bâtiments. Cela a son importance en particulier dans les reprises d’exploitations d’élevage », précise son vice-président Frédéric Boursiquot

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! AGRICULTURE > Nos derniers articles