La pose de la charpente du pont Simone-Veil démarre


Alain Anziani, président de Bordeaux Métropole, de Pierre Hurmic, maire de Bordeaux ont assisté à l'installation des premières poutres constituant la future charpente du pont Simone-Veil.

Alain Anziani, président de Bordeaux Métropole, de Pierre Hurmic, maire de Bordeaux ont assisté à l'installation des premières poutres constituant la future charpente du pont Simone-Veil.Emmanuelle Diaz

Alain Anziani, président de Bordeaux Métropole, de Pierre Hurmic, maire de Bordeaux ont assisté à l'installation des premières poutres constituant la future charpente du pont Simone-Veil.

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 09/03/2022 PAR Emmanuelle Diaz

C’est notamment en présence d’Alain Anziani, président de Bordeaux Métropole, de Pierre Hurmic, maire de Bordeaux, de Jean-Jacques Puyobrau, maire de Floirac et de Jean Touzeau, vice-président de Bordeaux Métropole chargé de la valorisation du Fleuve, des franchissements et du rééquilibrage rive droite qu’a eu lieu hier, le début des opérations de mise en place de la charpente du pont Simone-Veil. Un édifice destiné, à terme, à relier Bordeaux et Bègles à Floirac et donc à améliorer l’épineux problème du franchissement de la Garonne au niveau de la Métropole bordelaise.

C’est donc hier qu’a eu lieu à Floirac, le premier lançage des poutres constituant la future charpente du pont Simone-Veil. Une opération qui consiste à faire avancer d’une pile à une autre des tronçons de la charpente métallique. Tronçons d’ailleurs reconstitués sur la berge à partir de poutres métalliques de 35 mètres de long et d’un poids de 35 tonnes.

« C’est en novembre 2022 que la jonction entre les deux rives sera visible puisque le premier ensemble de la charpente du futur tablier sera posé sur les huit piles du pont. La réalisation de ces piles a commencé depuis la rive droite. Quatre d’entre elles sont en cours de chantier et la moitié des fondations est actuellement terminée. Mi-avril, les travaux se poursuivront rive gauche pour commencer la construction des trois dernières piles. Nous ne pouvons en installer que quatre en même temps en raison des contraintes techniques notamment dues aux courants »
, précise Bertrand Arnauld de Sartre, chef de projets franchissements à Bordeaux Métropole.

Chantier titanesque
Représentatif d’une nouvelle génération de franchissements urbains, le pont Simone-Veil a été imaginé par l’agence OMA, fondée par Rem Koolhaas. D’une longueur de 549 m et large de 44 m, son coût global comprenant l’ouvrage, les raccordements, les aménagements de parvis rive droite et rive gauche ainsi que les frais de maîtrise d’œuvre et de maîtrise d’ouvrage est estimé à 151 M€.

Un chantier titanesque qui ne requiert pourtant que les services d’une trentaine de personnes (alors que 3 500 ont travaillé sur le pont d’Aquitaine et 350 sur le pont François-Mitterrand), car les pièces sont acheminées par convois exceptionnels depuis l’usine du groupe Baudin Châteauneuf située à Châteauneuf-sur-Loire (Loiret), entreprise en charge de la mise en place de la structure métallique.

Quant au chantier d’attribution du pont, il a, suite à un différend entre Fayat et la Métropole, été remporté par Bouygues/Profond en avril 2021 ; Bordeaux Métropole étant en charge de coordonner ces deux groupes qui ont remporté deux marchés différents.

Le premier morceau de charpente du pont a été mis en place hier

Un sixième pont conçu comme un lieu de vie

Novateur, ce sixième franchissement de la Garonne devrait comporter une voie par sens dédiée à un transport en commun en site propre, deux voies par sens affectées aux véhicules légers et aux poids lourds et une piste cyclable bidirectionnelle connectée au Réseau Express Vélo (Rêve). L’originalité du projet ? La création d’un espace public majeur ; une plate-forme urbaine qui s’étendra au-dessus de la Garonne grâce à un élargissement de près de 20 m de l’espace affecté aux piétons et aux deux roues. A noter que plus de 1 000 arbres seront plantés sur les deux rives, aux abords du pont.

Au final, le pont Simone-Veil devait permettre, au premier semestre 2024, de boucler la boucle des boulevards, au sud de Bordeaux en créant une nouvelle liaison structurante entre la rive droite et la rive gauche.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Bordeaux Métropole / Gironde À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles