La Nouvelle-Aquitaine cherche un nouveau modèle


Après Limoges, la Région poursuit sa route à la rencontre des territoires pour imaginer ensemble le développement économique de demain en la Nouvelle-Aquitaine.

Lancement de la concertation SRDE2I à LimogesRégion Nouvelle-Aquitaine

Lancement de la concertation SRDE2I à Limoges

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 25/01/2022 PAR Solène MÉRIC

“SRDE2I”. Si le nom de code est un peu barbare, l’ambition est belle. Il s’agit pour la Région et les collectivités du territoire de répondre collectivement aux défis économiques actuels et de demain. Dans ce but, le Conseil régional a lancé le 20 janvier à Limoges, un processus de concertation avec les institutionnels de terrains autour de son futur Schéma régional de développement économique d’innovation et d’internationalisation, SRDE2I. Prochaine étape de dialogue dans cette quête d’un nouveau modèle de développement économique : Pau.

« Le SRDE2I est un cadre pour mieux coopérer avec les intercommunalités », rappelle Alain Rousset. Une parole d’expérience pour le président de la Région puisque la Nouvelle-Aquitaine, comme toutes les autres régions de France, est déjà dotée depuis 2017 (et la loi Notre de 2015), d’un SRDE2I . Ce schéma de développement économique, renouvelé à chaque nouveau mandat,  vient concrétiser la compétence régionale en matière économique, et s’assurer de la cohérence des actions menées sur le territoire par les intercommunalités qui elles aussi, par convention avec la Région, peuvent agir dans le domaine économique. Un document de référence pour une vision stratégique partagée des grandes orientations et priorités économiques sur le territoire en quelque sorte. Autre de ses spécificités, une fois validé par la préfecture de région, celui-ci devient juridiquement opposable. Impossible alors de chercher à s’en exonérer, le SRDE2I, en matière de politique économique fait autorité…

“Répondre aux enjeux post-crise”
Si le précédent schéma régional du développement économique est volontiers présenté par Andrea Brouille, vice-présidente de la Région en charge du développement économique comme « un schéma de fusion » des travaux précédemment menés par les 3 ex Région Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes, en matière de développement économique, la future nouvelle mouture, aura un contenu « plus large », prévient-elle. Formation, éducation, orientation, ou encore aménagement du territoire et transport seront ainsi intégrés dans ce futur schéma « avec l’ambition de répondre aux enjeux post-crise », pointe l’élue.

Difficultés de recrutement des entreprises, ou la problématique du second emploi ou encore attractivité des métiers devraient ainsi y trouver des éléments. Sans remettre en cauce le soutien des entreprises PME ou ETI dans leur développement. « La vocation de la Région est de les aider à grandir et à se développer », insiste la vice-présidente. En transversale aussi de ce futur schéma : les engagements de la Région sur la transition écologique portée par sa feuille de route Néo Terra.

“L’action publique peut-être moteur”
Côté méthode, pour ce SRDE2I, le coup d’envoi du travail de co-construction avec les territoires, a donc été donné en fin de semaine dernière à Limoges. Quatre autres rencontres du même genre sont d’ores et déjà prévues : à Pau dès ce jeudi 27 février, à Angoulême, à Bordeaux et à Poitiers. Des temps d’échanges, de réflexion et de travail en atelier avec les élus et acteurs des territoires afin de dégager des pistes autour de 3 orientations, d’ores et déjà priorisées par la Région.

D’abord, énumère Andréa Brouille, l’objectif de « s’adapter aux défis actuels et anticiper ceux de demain. Il s’agit ici de voir comment on appréhende la réindustrialisation, les métiers de demain, et comment on accompagne les milieux socio-économiques à s’adapter à ces défis…». Ensuite, sans surprise, « l’amélioration de la performance économique régionale par l’innovation, la réussite environnementale et sociale », et enfin « l’accompagnement du développement économique de tous les territoires pour bien y vivre et y travailler », ou, « comment avoir un développement économique équilibré sur tous les territoires », insiste-t-elle.

Autant de réflexions en local, qui viendront s’ajouter et nourrir un premier temps d’échanges mené tout au long du mois de décembre au sein de 17 groupes de travail composés « d’élus et agents de la région, de chefs d’entreprise, d’acteurs socio-économiques, ou encore d’organisations syndicales », liste la vice-présidente de la Région qui, avec Alain Rousset, dit « attendre beaucoup de ces échanges sur le travail en cours ». Une manière aussi selon Alain Rousset de démontrer que « l’action publique peut-être moteur » y compris en matière économique.

 

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! ÉCONOMIE > Nos derniers articles