La Métropole en mission citoyenne


Ville de Bordeaux

La Métropole en mission citoyenne

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 4 min

Publication PUBLIÉ LE 07/11/2017 PAR Romain Béteille

On peut dire qu’elle arrive à point nommé : en plein scandale mondial des abus sexuels et alors que se tenait ce mardi une session extraordinaire du Conseil de métropole en présence du préfet pour débattre de l’afflux des réfugiés à Bordeaux, la quatrième édition de la Quinzaine de l’Égalité et de la Citoyenneté s’annonce. Elle débutera ce jeudi 9 novembre et se veut plus métropolitaine que les éditions précédentes. En effet, cinq nouvelles communes (Cenon, Lormont, Carbon-Blanc, Floirac et Saint-Médard-en-Jalles), dont trois de la rive droite, ont rejoint le mouvement cette année et proposeront chacune des évènements dédiés jusqu’au 25 novembre. Marik Fetouh, adjoint à la mairie de Bordeaux chargé de l’égalité et de la citoyenneté, précise d’ailleurs que cette nouvelle dimension métropolitaine fait suite à un second appel à projets destiné aux ving-huit communes (en fait, le financement de la Quinzaine s’est fait par deux appels de 30 000 euros chacun, l’un de la mairie et le second de la métropole) et que « toutes les villes pouvaient présenter des projets. C’est une politique volontariste proposée aux collectivités, ce n’est pas obligatoire ». Mais a priori, confirme ce dernier, « toutes sont intéressées, sans qu’il y ait de clivage droite-gauche ». 

La femme à l’honneur

Bien qu’ayant insisté l’année dernière sur le même sujet, le focus fait dans le cadre de cette quatrième édition sur l’égalité femme-homme intervient dans un contexte qui montre qu’il y a encore pas mal de travail. Au total, c’est pas moins de 120 actions (débats, rencontres, expositions) qui seront réparties au sein des neuf communes participantes à l’opération. Sans les lister toutes, citons quand même quelques opérations choisies parmi les plus emblématiques ou originales du programme. À Bordeaux, par exemple, le premier temps fort sera évidemment la soirée d’ouverture dans les salons de l’Hôtel de Ville : forum du vivre-ensemble, concert et table ronde sur le « renouveau du mouvement féministe ». On peut aussi citer une exposition sur les grilles du Parc Bordelais qui s’intéresse aux « femmes actives en reconversion » (alors même que l’on apprenait dans une étude de Pôle Emploi en 2016 que 75% des emplois à temps partiels étaient occupés par des femmes sur le secteur de l’agglomération bordelaise) réalisée par trois photographes graphistes.

Mais la Quizaine est aussi concentrée sur des sujets plus délicats encore, comme par exemple la précarité au féminin, au moyen de la diffusion d’un intéressant documentaire (suivie d’une rencontre-débat) organisée au sein du Pôle juridique de la Place Pey-Berland le lundi 13 novembre à 18h, où témoigneront des femmes victimes de violences sexuelles par le biais d’un débat « destiné aux professionnels du champ médico-social », nous dit le programme. On peut aussi citer l’originalité de la pièce de théâtre « Djihad » à l’auditorium de la bibliothèque Mériadeck (à 10h30) et au TnBa (à 20h) le mardi 14 novembre, qui raconte le départ de trois jeunes belges pour le djihad en Syrie; où, dans l’esprit des balades du « Bordeaux négrier », une rencontre avec un photographe nigérian organisée par MC2A (présidée par l’innénarable Guy Lenoir) sur « Bordeaux, une ville au passé noir ». Parentalité pour les LGBT, démonstration de tennis en fauteuils roulants pour lutter contre les préjugés sur le handicaps sont autant de sujets abordés tout au long de cette manifestation. Sans compter la trentaine d’évènements destinés à des publics jeunes et/ou adolescents (égalité filles-garçons, spectacle de danse autour de la « mue » du corps, participations étudiantes) qui, eux aussi, investiront divers lieux de Bordeaux pendant deux semaines. 

Ici et ailleurs

Mais la Quinzaine, comme précisé en préambule, est aussi déclinée à une échelle plus métropolitaine. Si chaque commune fait de son côté plus ou moins d’actions régulières sur le sujet (Talence a créé une semaine de l’égalité, Pessac réunit une vingtaine de partenaires associatifs ou institutionnels trois à quatre fois par an pour imaginer des actions en faveur de la lutte contre les discriminations), le fait de se retrouver sous cette bannière commune permet évidemment au public de mieux repérer les actions qu’ells organisent. Deuxième édition du forum « HandiAct » (ateliers sportifs, projections de films, témoignages et exposition) du 16 au 18 novembre pour Carbon-Blanc, pièce de théâtre traitant de l’homosexualité et concert à Cenon, hip-hop et identité à Lormont, spectacle de marionnettes et lectures à Mérignac… il y en aura pour tous les goûts et tous les publics. La palme de l’originalité pourrait cette année revenir au Comité Départemental Olympique et Sportif de Gironde qui, en partenariat avec le cinéma de Mérignac, organise un ciné-débat qui s’intéresse à la question de l‘homosexualité dans le sport de haut niveau, sujet encore largement tabou. Évidemment, on oublie pas mal de dates, comme cette sensibilisation au foot pour aveugles et déficients visuels à Pessac où ce grand temps fort le vendredi 10 novembre autour de Léopold-Sedar Senghor, poète et homme politique fait prisonnier par les allemands à Saint-Médard-en-Jalles en 1941). Sachez tout de même que le programme complet est déjà disponible à cette adresse, histoire que vous puissiez piocher et faire vos choix entre les différentes communes participant à l’opération. 

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle !
À lire ! MÉTROPOLE > Nos derniers articles