La bonne dynamique de l’apprentissage en Dordogne


L'apprentissage semble une voie privilégiée pour rentrer dans la vie active. En Dordogne, le nombre d'apprentis a progressé de 24 % entre 2019 et 2020.

Le CFA des métiers de Boulazac accueille 900 apprentisClaude-Hélène Yvard | Aqui

Le CFA des métiers de Boulazac accueille 900 apprentis

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 4 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 29/09/2021 PAR Claude-Hélène Yvard

Le Centre de formation des Métiers de Boulazac, enregistre en cette rentrée une forte hausse du nombre d’apprentis, atteignant 900 jeunes, âgés de 16 à 25 ans. Toutes les formations dispensées font le plein, même celles menacées de fermeture il y a peu. C’est 150 jeunes de plus qu’il y a trois ans. Les aides à l’apprentissage mises en place par l’Etat favorisent ce mouvement mais pas seulement, les jeunes que nous avons rencontrés semblent avoir fait un vrai choix de vie et côté employeurs la demande est forte, en raison de la reprise d’activité.

Ils sont une vingtaine de jeunes, âgés de 15 ou 16 ans, à peine plus. Ils sortent majoritairement de classe de troisième, viennent de la Dordogne, parfois des départements voisins, comme le Lot, la Charente ou la Gironde. Ils ont fait leur rentrée cette semaine au Centre de formation des apprentis des Métiers à Boulazac. Désormais, ils partagent leur emploi du temps entre une semaine de cours au CFA et 15 jours en entreprise. Ces très jeunes gens sont tous de jeunes salariés et préparent un CAP. La plupart poursuivront des études vers le Bac professionnel avec des taux d’insertion professionnelle proche de 100 %.

Tous sont fortement motivés par leur formation en apprentissage : certains parce qu’ils ont un membre de leur famille dans ce secteur d’activité, d’autres ont eu une révélation à la suite d’un stage découverte en entreprise. Idem dans la section bois et ébénisterie, où l’on trouve plus de jeunes filles. La répartition filles / garçons est plus équilibrée dans les métiers du bois qu’en électricité. “Cette année, notre section fait le plein, nous n’avons pas connu un tel engouement depuis quinze ans sur ce secteur de l’ébénisterie. Tous sont très motivés et n’ont pas eu de difficultés à trouver un employeur. Les aides de l’Etat sont un coup de pouce, mais elles ne font pas tout. Dans ce secteur d’activité, ce sont des toutes petites entreprises, je formulerais un conseil aux parents de se déplacer avec le jeune chez l’employeur. Il doit y avoir un engagement fort de part et d’autre, c’est un investissement de deux ans, souvent plus”, précise Sébastien Best, formateur et responsable de la section ébénisterie et arts du bois. 

Près de 900 apprentis

Le CFA des métiers de Boulazac fait le plein en cette rentrée, dans tous les domaines, et pas seulement sur les métiers de bouche qui attirent les jeunes depuis quelques années. “Nous atteignons les 870 apprentis dans les cinq filières de formation, c’est 150 de plus qu’il y a trois ans, 50 de plus que l’an dernier. Nous avons fait le choix de ne laisser aucun jeune sans solution”, précise Jean Charles Marchand, directeur du CFA, lors de la visite du préfet de la Dordogne ce mardi matin dans son établissement.

Entre 40 % et 50 % des apprentis sont internes : la résidence partagée avec les autres centres de formation, ceux de la CCI,  est pleine à craquer. Les 190 places sont toutes occupées. “Certaines sections, comme la motoculture ou la mécanique agricole étaient menacées de fermeture il y a peu, fautes de candidats. Aujourd’hui, elles font le plein”, précise Didier Gouraud, le président de la Chambre de métiers.  Le nombre d’apprentis a bondi en Dordogne de 24 % entre 2019 et 2020 : l’année 2021 suit la même tendance, mais les chiffres seront connus au début de 2022, car désormais, un contrat en apprentissage peut être signé à n’importe quel moment de l’année.

Frédéric Périssat, le préfet a tenu à rappeler les aides de l’État en faveur de l’apprentissage : 5000 euros par apprenti qui n’est pas majeur, 8000 euros pour un majeur, et des majorations existent pour ceux qui sont en situation de handicap. Elles sont prolongées jusqu’au mois de décembre. Le CFA accueille aussi des adultes en reconversion professionnelle. Ils ont débuté leur formation début septembre. Ils ont en moyenne entre 35 et 45 ans, sont plutôt en recherche d’un métier qui redonne du sens à leur vie. Certains étaient kiné, gendarme, responsable export dans le secteur viticole. Eux passeront le CAP ébénisterie au bout d’un an, avec des projets très précis, comme Patrice, 46 ans, qui veut créer du mobilier en bois connecté.

“On ressent un regain vers les métiers dits manuels, il y a un changement d’image avec des taux d’insertion professionnelle très élevés. La hausse du nombre de contrats d’apprentissage n’est pas due au coup de pouce de l’État, mais il est synonyme de vrais besoins des entreprises, qui veulent assurer le renouvellement des générations et aussi d’un redémarrage d’activité”, analyse Didier Gouraud. Certaines entreprises sont encore en recherche d’apprentis, notamment le secteur du bâtiment. Les employeurs se trouvant en dehors des trois grands pôles que constituent Périgueux, Bergerac, Sarlat, ont le plus de difficulté.  

Ouverture sur l’Europe

Depuis plusieurs années, le centre de formation des apprentis de Boulazac offre la possibilité aux jeunes et aux formateurs de se rendre dans un pays de l’Union européenne, dans le cadre d’Erasmus. Espagne, Italie, Lettonie et surtout Allemagne font partie des destinations privilégiées. Tous les métiers enseignés et différents niveaux de formation sont concernés. Cette semaine, l’établissement accueillait trois jeunes lettons, au sein de l’atelier maintenance des véhicules automobiles, issus d’un lycée professionnel. Ils vont aussi réaliser un stage en entreprise au cours de leur séjour. 

En 2019-2020, sur les 153 000 jeunes inscrits en apprentissage en France, 15 520 se sont formés en Nouvelle-Aquitaine. Un chiffre en hausse de 5 % par rapport à 2018-2019. C’est la Nouvelle-Aquitaine qui enregistre la plus forte augmentation des effectifs en apprentis, ex-aequo avec la région Hauts-de-France.  


Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Dordogne À lire ! ÉDUCATION > Nos derniers articles