Harcèlement de rue : TBM ne lâche rien


TBM

Harcèlement de rue : TBM ne lâche rien

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 1 min

Publication PUBLIÉ LE 25/09/2017 PAR Solène MÉRIC

A l’issue de la Semaine de la mobilité dédiée à la mobilité des femmes, et après une première campagne de communication réalisée en février dernier, le réseau TBM lance une seconde vague de sensibilisation contre le harcèlement de rue, dans les transports en commun sur Bordeaux Métropole. Une campagne déclinée en 5 visuels à retrouver à bord des transports en commun et en stations tram jusqu’au 15 octobre. Celle-ci vise à dénoncer les comportements de harcèlement tels que « fixer du regard », « peloter », « insister » ou encore le « manspreading », position assise avec les jambes ostensiblement écartées. Des affiches volontairement « pédagogiques », visant à une prise de conscience collective des harceleurs comme des témoins. Pour mémoire, le phénomène de harcèlement de rue touche plus de 80 % des femmes selon l’étude de 2016 « Femmes et déplacements ».

Mais au-delà de cette campagne, le réseau TBM lance l’expérimentation, déjà mis en œuvre et pérennisée à Nantes, de la possibilité de descendre entre deux arrêts. Objectif, sur les bus de nuit : permettre de s’arrêter au plus proche de son domicile. Une expérimentation de 6 mois qui donnera lieu à un bilan avant de poursuivre ou pas l’initiative.
A l’occasion du lancement de cette campagne et de cette expérimentation, TBM rappelle que le réseau Aujourd’hui, le réseau TBM est équipé de caméras à bord des bus et tram ainsi que de bornes d’appel d’urgence également situées en station de tram.  Le harcèlement est un délit puni selon la gravité de l’acte, jusqu’à 15 ans de prison et 75 000 euros d’amende.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle !
À lire ! MÉTROPOLE > Nos derniers articles