Gironde : Jean-Luc Gleyze vise le milliard en investissements


Aqui.fr

Gironde : Jean-Luc Gleyze vise le milliard en investissements

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 20/11/2015 PAR Solène MÉRIC

La séance plénière de ce 20 novembre avait par de nombreux aspects une dimension budgétaire forte, puisque outre le vote d’une décision modificative sur le budget 2015, la fin des travaux s’est concentré sur le débat des orientations budgétaires pour 2016. Un débat qui s’inscrit plus largement dans la stratégie financière du Département pour les 5 ans à venir, elle même déterminante du discours et des priorités politiques de la collectivité pour la mandature. Autant dire, un discours d’ouverture de séance de Jean-Luc Gleyze comme un « acte fondateur de la mandature », dans un contexte financier difficile. Et pour cause, l’effet ciseaux, toujours accentué par des dépenses d’allocations sociales en hausse et des dotations de l’Etat en baisse, reste et restera d’actualité pour les 3 prochaines années.

Travailler à la contraction des charges de gestion généralePour autant, l’ambition du Président du Conseil départemental est de préserver la capacité du Département à investir sur le territoire à un niveau de 200 M€ par an, soit un objectif d’1Md€ d’investissements entre 2016 et 2021. En effet, un tel niveau d’investissement traduit, selon le Président Gleyze, « la préoccupation du Département d’un maintien des services publics de qualité partout sur le territoire et (…) d’une activité économique dynamique et porteuse d’emplois ».
Pour y parvenir, Jean-Luc Gleyze et ses équipes comptent s’appuyer sur un certain nombre de principes et d’objectifs, à commencer sur la recherche d’une épargne brute annuelle d’environ 100M€ par an. Autre principe : travailler à la contraction des charges de gestion générale, telles que la communication, la location immobilière ou encore l’externalisation d’études et de recherche. Autre piste d’économie: « contenir l’évolution de la masse salariale ». Sur les recettes, l’objectif est également de maintenir un niveau de désendettement raisonnable ; Quant à l’impôt, le Président affirme que le département actionnera « tous les leviers possibles avant de toucher au levier fiscal », sans exclure plus loin qu’il pourra tout de même y être recouru. Pour 2016, les orientations budgétaires proposent notamment une évolution des bases de la taxe foncière sur les propriétés bâties de +3,2%… notant que depuis 2012, celles-ci ont évolué en moyenne de 3,5% par an.

Les six grands axes fondamentauxAutre principe posé par le Président du Conseil départemental, « définir des priorités politiques, en faisant des choix qui ne soient pas uniquement arithmétiques, mais bien des choix de priorités budgétaires entre ce qui peut être conservé et ce qui est de moindre priorité ». Un exercice d’autant plus nécessaire à mener dans l’actuel contexte de la réforme territoriale, et la redéfinition des compétences entre Région, Département et Métropole qui l’accompagne. Dans ce domaine, 2016 s’annonce bien comme “une année transitoire”, pour le Département et les services concernés. Pour autant, au niveau de chaque vice-présidence une démarche de priorisation et de hiérarchisation des actions a été menée pour chaque domaine de compétence.
Un travail qui selon le Jean-Luc Gleyze vient « affiner » les six grands axes fondamentaux de sa mandature, qu’il a énoncé ce vendredi matin, telle une ligne de conduite des 5 prochaines années pour la Gironde : « la proximité et l’accessibilité de nos services publics ; la lutte contre les inégalités et pour l’autonomie, notamment dans les domaines de la jeunesse, de l’âge et du handicap ; le développement adapté et différencié de nos territoires selon les forces, les faiblesses et les besoins ; la promotion de la cohésion sciale et de la citoyenneté ; le souci d’actions respectueuses de l’environnement; et enfin une priorité d’innovation, d’expérimentation et de concertation sur les méthodes d’application et de concertation des politiques publiques.»

Après une minute de silence, les élus du département ont chanté l'hymne national en hommage aux victimes de l'accident de Puysseguin et des attaques de Paris
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Gironde À lire ! POLITIQUE > Nos derniers articles