Euralis affiche « une excellente collecte »


L'automne marque une période intense d'activité pour les site de séchage et stockage de maïs pour la coopérative Euralis. Et plus encore cette année.

L'automne marque une période intense d'activité pour les site de séchage et stockage de maïs pour la coopérative Euralis. Et plus encore cette année.Aqui.fr

L'automne marque une période intense d'activité pour les site de séchage et stockage de maïs pour la coopérative Euralis. Et plus encore cette année.

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 06/12/2021 PAR Solène MÉRIC

Avec 550 000 tonnes de maïs, 25 000 tonnes de soja, 30 000 tonnes de tournesol et environ 10 000 tonnes de sorgho, le bilan des récoltes automnales pour la coopérative Euralis « est très positif, toutes céréales confondues ». Un total global d’environ 610 000 tonnes de récoltes qui donne des motifs de satisfaction pour la coopérative, d’autant, qu’elle est le fruit d’une diversification des cultures, permettant d’assurer des débouchés plus variés, et donc plus rémunérateurs…

Pour certains agriculteurs, la récolte automnale 2021 aura marqué des records, avec pour la grande majorité des agriculture des rendements très bons, affiche le groupe coopératif aux solides bases béarnaises. « une minorité de nos adhérents sont en moyenne en dessous de 10 tonnes/hectare », assure Euralis, dont les équipes ont été largement mobilisées. « Les silos et leurs outils de séchage ont tourné à plein régime, de façon continue. Les appels de marchandises ont été plus importants que d’habitude, en lien avec les programmes d’exécution bateaux pour les départs à l’export. Cela explique aussi cette activité intense, au-delà des rendements exceptionnels », précise le groupe.

“Une année exceptionnelle”
Côté rendements justement, pas de mystère, c’est par la météo particulièrement favorable qu’il s’explique. Au moment des semis, en avril et en mai, on se souvient en effet dans les campagnes qu’ il a plu régulièrement, ni trop ni trop peu, juste ce qu’il faut pour aidé la levée. Et pendant la récolte, le temps a été sec. « Cette année est exceptionnelle : on n’a pas eu une goutte de pluie entre le 5 et le 30 octobre. Ce qui a un impact positif sur les taux d’humidité : pour le maïs, on est autour de 25-26 % alors qu’au vu des conditions de cultures estivales on avait estimé une humidité moyenne plus élevée » explique Franck Camet-Lassalle, responsable Grands Comptes Euralis.

Une humidité moyenne basse qui pourrait laissait croire à de moindre dépenses en termes de cout de séchage… sauf que le tarif du gaz réglementé à de 60%. « Cependant nous avons augmenté nos tarifs de séchage de 13% » poursuit Franck Camet-Lassalle. Une répercution limitée due à une stratégie spécifique mise en œuvre par la coopérative ainsi que par « un pilotage de la consommation de gaz via le suivi d’un indice de performance énergétique sur tous nos sites sécheurs », pointe le responsable. Conséquence, un fonctionnement optimisé de chaque séchoir en régulant la température et le débit d’extraction, et donc les consommations.

Enfin, dernière bonne nouvelle pour les céréaliers cette saison, les cours sont globalement à la hausse sur le marché mondial des céréales et oléagineux et sur les débouchés des productions collectées par Euralis. Des productions historiques telle le maïs, mais aussi le soja, le tournesol ou encore à des filières à fortes valeurs ajoutées telles le maïs waxy ou le soja alimentaire qui permettent de multiplier les débouchés en France et en Europe.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Pyrénées-Atlantiques À lire ! AGRICULTURE > Nos derniers articles