En Dordogne, la gauche vire en tête, le FN prend la deuxième place


aqui.fr

En Dordogne, la gauche vire en tête, le FN prend la deuxième place

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 06/12/2015 PAR Claude-Hélène Yvard

En Dordogne, la liste socialiste d’Alain Rousset arrive en tête, avec un score jugé plus qu’honorable par les responsables locaux du PS de 32, 13 %. La surprise de ce premier tour est venu du parti de Marine Le Pen, qui atteint un score historique avec 24,78 % des voix. Le parti frontiste triple son résultat des régionales de 2010 en Dordogne.  La liste de la droite et du centre, conduite par Virginie Calmels, est en troisième position, avec un score de 23,55 %. C’est le deuxième grosse surprise de ce premier tour. 

Le vote frontiste est particulièrement élevé dans les villages ruraux. Sentiment d’abandon d’une parti de la population, ou choc culturel,  comme l’évoque Germinal Peiro, le président socialiste du Département, il faudra prendre le temps d’analyser ce record historique dans un département réputé pour son humanisme.  Mais le vote frontiste n’est plus seulement élevé dans les vignobles du Bergeracois, mais dans de nombreuses communes rurales sur l’ensemble du département. Aux dernières élections départementales en mars le FN avait recueilli 37.674 suffrages en Dordogne. Dimanche il a obtenu 40.225 voix. Aux régionales de 2010, 13.704 électeurs avaient voté pour le parti de Marine Le Pen. Il réalise ses plus forts scores dans les secteurs ruraux, dans l’ouest, notamment autour de Montpon et dans le Bergeracois sinistré économiquement. A Bergerac, ville ou le maire divers droite Daniel Garrigue a récupéré la mairie en mars 2014, c’est la liste d’Alain Rousset qui est en tête  avec 30, 44 % des voix devant le Front national à 27,28 %. 

A Périgueux, la déception du maire LR Antoine Audi A Périgueux, ville gagnée par la droite en mars 2014, le maire LR Antoine Audi, tête de liste départementale, est devancé par le parti socialiste et ses alliés. Le PS est en tête avec près de 33 % devant les Républicains à près de 30 %. Le score du FN est relativement contenu à 16 %. Pour Antoine Audi, c’est une vraie déception, même si rien n’est perdu pour le second tour. Les attentats du 13 novembre auront inévitablement marqué ce scrutin. La montée du Front national, c’est l’expression de la peur, il n’apporte aucune solution.” Le député Pascal Deguilhem, tête de liste départementale pour le PS et ses alliés affichaient une satisfaction teintée de prudence. “J’avais annoncé  avant le premier tour que si nous réalisions 32 % des voix, ce serait un très bon résultat. Le parti socialiste conforte sa position avec une vraie satisfaction sur Périgueux.  Nous nous sommes attachés à faire une campagne de terrain en mettant en avant les préoccupations des Périgourdins et les projets pour la région. Mais nous ne pouvons que nous inquiéter dans notre département du score aussi élevé du FN. Quant à la droite républicaine, dans ce département, elle est divisée. Je crois qu’elle paie ses divisions internes. Mais ce premier tour n’est qu’une  première étape. Il va falloir conforter ce résultat, convaincre aussi pour le second tour, un certain nombre d’électeurs qui ne se sont pas déplacés. Nous allons aussi entamer des discussions dès cette nuit avec les Verts et le Front de gauche.”

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Dordogne À lire ! POLITIQUE > Nos derniers articles