Emploi et handicaps sous les projecteurs


RB

Emploi et handicaps sous les projecteurs

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 4 min

Publication PUBLIÉ LE 16/11/2017 PAR Romain Béteille

Jusqu’au 19 novembre a lieu partout en France la 21ème Semaine pour l’emploi des personnes handicapées. Cet évènement, dédié à l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap, confrontées à des difficultés (essentiellement d’accessibilité) pour accéder au marché de l’emploi. Comme chaque année, la métropole bordelaise (à laquelle s’ajoutent la Gironde et la Nouvelle-Aquitaine de manière plus générale) participe à cette semaine de sensibilisation, qui intervient également durant la Quinzaine de l’Égalité. Ainsi, plusieurs rendez-vous ont été ou seront organisés dans les prochains jours, jusqu’au 19 novembre. Par exemple, la ville du Haillan tiendra, ce samedi 18 novembre au domaine du Bel air une manifestation comprenant des démonstrations sportives, de danse ou des mises en situations et autres « ateliers découvertes » en partenariat avec les associations locales (entre 14h et 18h). À Bordeaux, on trouve deux types d’évènements : de la « conférence métiers » qui s’est tenue mardi 14 novembre au Palais de la Bourse à la diffusion de courts métrages sur le « handicap invisible » au Centre social de Bordeaux Sud. Toutes ces manifestations se mélangent donc, entre emploi et culture. Certains, même, mèlent les deux comme la deuxième édition du Forum HandiActe à Carbon Blanc du 16 au 18 novembre auquel participent de très nombreuses associations et structures. Le véritable salon, qui se déroule toute la journée du samedi, mèlera témoignages, stands info, exposition, diaporama ou ateliers ludiques et sportifs.

Une tablette pour faciliter la communication

Parmi tout ce vaste programme, certains proposent des solutions plus concrètes et davantage liées à la thématique emploi. C’est le cas, par exemple, de Pôle Emploi. Depuis le début de la semaine, l’ensemble des agences du département de la Gironde tiennent différentes manifestations en agences réparties sur tout le territoire. Elles sont surtout parmi les premières à bénéficier (et de manière définitive) d’un nouveau dispositif d’accompagnement à destination des sourds et malentendants. En plus d’un accompagnement personnalisé, les personnes en situation de handicap auditif auront certainement moins de crainte lorsqu’il s’agira de pousser la porte de Pôle Emploi. Le dispositif, baptisé Adeda (pour Accueil pour les demandeurs d’emploi déficients auditifs, ce qui ravira les amoureux des sigles), se présente sous la forme d’une application sur tablette permettant l’intérprétariat à distance en langue des signes ou la transcription simultanée de la parole via un interprète intervenant en direct. Pour les personnes en déficience auditive, un équipement comportant des boucles à induction magnétique permet de supprimer les bruits extérieurs et d’amplifier l’audition lors d’un entretien. Adeda entend ainsi lever un frein supplémentaire et s’inscrit pleinement dans les différentes solutions d’accesibilité numériques déjà proposées par différentes structures.

En 2016, par exemple, le Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique a consacré deux millions d’euros pour accompagner les employeurs publics sur le numérique et l’accès à leurs contenus en ligne. Cet interprétariat à distance ne nécessite qu’une seule condition : une connexion internet suffisamment performante. Au sein de l’agence Bordeaux Saint-Jean de Pôle Emploi ce mercredi matin, le dispositif ramouille encore un peu. Mais Davy Siek, 28 ans, a l’air plutôt satisfait de pouvoir en bénéficier. En langage des signes et via une interprète sur la tablette, il confie : « Quand il n’y a pas d’interprète, c’est plus compliqué, je suis coincé. C’est une première fois pour moi aussi, je découvre. Mais je suis plus à l’aise, tout est plus accessible ». Sa dernière expérience professionnelle remonte à décembre 2016, et il cherche un emploi dans la restauration. On lui confirme qu’un vrai entretien avec un dirigeant d’entreprise aura lieu prochainement. Le seul intermédiaire entre eux deux sera alors cette tablette, en développement et en test depuis plus d’un an, testé en juin dans des agences pilotes, et qui devrait être déployée dans toute la France en janvier 2018. Benoît Meyer, directeur territorial de Pôle Emploi Gironde, confirme qu’elle permet déjà à « certaines des personnes qui, auparavant, se privaient de nos services, de ne plus venir à reculons ». Le but étant, pour l’organisme public, toujours le même : toucher le plus de monde possible.

Toujours des freins, malgré les efforts

Plus que Pôle Emploi, Adeda est avant tout une proposition face à un enjeu majeur d’exclusion des personnes handicapées du marché du travail. En France, ils sont actuellement 9,6 millions et si des efforts ont été faits, les problèmes d’exclusion sont tenaces : 18% d’entre eux étaient au chômage en 2016 et 19% en 2017, ce qui correspond au double de celui de la population française et, selon les chiffres du site handicap.fr, à une augmentation de 65% en cinq ans. En Gironde, on comptait selon un dernier bilan, 14 400 (soit 9,6%) demandeurs d’emplois en situation de handicap (contre 8,4% au niveau national). 49,9% sont des hommes et 45% ont plus de 50 ans. En 2017, près d’un million travaillent mais 27% ont un niveau d’études supérieur ou égal au bac. Depuis 2005, les entreprises de plus de 20 salariés ont l’obligation d’employer un minimum de 6% de travailleurs handicapés. Dans la réalité, on tourne d’avantage autour de 3,6% dans le secteur privé et 5,17% dans la fonction publique (derniers chiffres datant de 2014). Pourtant, chiffre surprenant, seuls 15% des emplois nécessite une adaptation du poste à leur situation. À l’occasion de cette semaine, le ministère du travail a d’ailleurs publié un guide (payant…) baptisé « Jeunes handicapés : comment trouver un emploi ? », qui répond à une trentaine de questions, de l’alternance à l’orientation en passant par les différents dispositifs d’accompagnement disponibles. De nouvelles avancées pourraient bientôt voir le jour : fin octobre, Dominique Gillot (ancienne ministre de Lionel Jospin a été mandatée par le gouvernement pour « trouver des pistes d’amélioration permettant de faciliter l’embauche et le maintien en emploi » des personnes handicapées, mais aussi des aidants familiaux. Ses conclusions sont attendues pour mars 2018.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle !
À lire ! MÉTROPOLE > Nos derniers articles