Sécurité sociale alimentaire : le temps de l’action


Entre le projet d'une Sécurité sociale de l’alimentation, la jeunesse et la sobriété énergétique, le Département de la Gironde, à travers la voix de son président, s’ancre dans une démarche explicitement écologique, sociale et solidaire en 2023.

Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, lors des voeux à la presse, à Cenon, ce lundi 16 janvierJuliette Huard | Aqui

Président du Département de la Gironde depuis 2015, Jean-Luc Gleyze est aussi conseiller départemental du canton Sud-Gironde.

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 18/01/2023 PAR Juliette Huard

“Prendre acte certes, mais agir surtout » : Jean-Luc Gleyze donne le ton. Président du Département de la Gironde, il veut faire de 2023 une année solidaire et soucieuse de l’environnement. Jean-Luc Gleyze ne parle pas de dérèglement climatique, mais plutôt de « dérèglement global », aux conséquences non seulement climatiques, mais aussi sociales. Pour contrer ce phénomène, trois actions se démarquent au fur et à mesure que le président du Département déroule son discours.

Une Sécurité Sociale de l’alimentation

Le Département de la Gironde veut expérimenter un droit à l’alimentation par la mise en place d’une Sécurité sociale de l’alimentation. Inspirée donc du modèle et des valeurs portées par la Sécurité sociale.

Une expérimentation également soutenue par la Ville de Bordeaux. Les deux collectivités ont l’ambition commune d’un avenir à la hauteur des enjeux environnementaux et sociaux. « Manger, correctement et durablement, est un droit fondamental », insiste le président du Département de la Gironde. Les agriculteurs, pour le circuit court, sont ainsi aussi concernés.

Bien que le budget n’ait pas encore été étudié, et que sa mise en œuvre concrète ne pourra passer que par la loi, la réflexion sur la création de ce dispositif local de sécurité sociale de l’alimentation commence dès ce samedi 21 janvier, avec des groupes de travail composé de Girondines et de Girondins de Bègles, Bordeaux, Sainte Foy et du Sud Gironde. À la manœuvre pour l’animation de terrain, le collectif Acclimat’Action. L’objectif : élaborer les conditions de faisabilité et le prototype. Ce droit à l’alimentation se manifeste déjà par le soutien du Département à des épiceries sociales et solidaires, permettant aux personnes en difficulté économique d’acheter des produits à moindre coût, n’oublie pas de rappeler Jean-Luc Gleyze. 

L’année 2023 consacrée à la jeunesse

La jeunesse sera « la grande cause » du Département de la Gironde. « La bataille du dérèglement global est intergénérationnelle », témoigne le président. En vue d’un avenir serein sur les plans écologiques et sociaux, le Département consacrera l’année 2023 aux jeunes et à la jeunesse. Il s’agit de ponctuer l’année d’actions et de rencontres pensées autour, par et pour les jeunes. Premier temps fort de ce programme, les journées de Solutions Solidaires les 1er et 2 février. Un colloque sur la jeunesse aura également lieu les 16 et 17 mai prochains. Et tout au long de l’année, des espaces de concertation seront ouverts sur les territoires.

Le Département de la Gironde s’engage également à favoriser l’insertion professionnelle des jeunes migrants sur le territoire girondin, par l’intermédiaire d’un parrainage républicain. Autre attention à l’égard de la jeunesse, la mise à disposition gratuite de protections hygiéniques, respectueuses de l’environnement et de la santé des élèves, dans les 111 collèges de Gironde. « C’est une première ! », s’exclame Jean-Luc Gleyze.

Enfin, un « plan départemental de sobriété énergétique » est lancé. Celui-ci accompagnera la Feuille de route de la transition écologique vers un département à énergie positive et neutre en carbone d’ici 2050. Pour faire face à la double crise énergétique et inflationniste, le Département se veut exemplaire, en baissant sa consommation d’énergie et en développant des moyens de production d’énergie locaux.


Sobriété énergétique : ce qui existe déjà en Gironde

Le dispositif SLIME33 sera élargi à la métropole de Bordeaux afin de lutter contre la précarité énergétique dans l’ensemble de la Gironde. Destiné aux particuliers en situation de précarité, ce dispositif permet à la fois un accompagnement social, une rénovation thermique, une sensibilisation aux écogestes.

Le CAUE (conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement) accompagne, conseille et sensibilise les collectivités et les particuliers dans leurs projets d’aménagement, de construction et de rénovation pour mieux appréhender les défis environnementaux et sociaux.

Des aides financières sont accordées afin de favoriser l’installation des systèmes d’énergie renouvelable locale et réhabiliter thermiquement bâtiments et logements publics.

Le Projet SANTé aide 20 établissements EHPAD ou Établissements médicosociaux et sociaux, habilités à l’aide sociale et publics, dans leur projet de rénovation énergétique.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Gironde À lire ! POLITIQUE > Nos derniers articles