Concilier construction et impact environnemental faible : le pari de La Rochelle


Anne-Lise Durif

Concilier construction et impact environnemental faible : le pari de La Rochelle

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 4 min

Publication PUBLIÉ LE 30/11/2017 PAR Anne-Lise Durif

Dans l’élaboration de ce nouveau schéma d’urbanisme, l’agglomération doit répondre à une problématique majeure : comment concilier la construction massive de logements en limitant l’impact sur l’environnement ?

Construire sans dénaturer

Avec le développement économique de la ville et l’attractivité croissante de la Nouvelle-Aquitaine, l’agglomération rochelaise doit accueillir toujours plus de foyers. Pour répondre aux besoins, la CdA table sur la construction de  1900 logements par an, dont 500 logements sociaux ou en accession pour des revenus modérés non bénéficiaires des minimas sociaux (mais trop modestes pour pouvoir se loger dans du privé). « Si on laissait faire, on consommerait 1500 hectares de foncier, soit l’équivalent d’une commune entière », explique Antoine Grau, maire de Lagord et vice-président en charge de l’urbanisme et du logement à l’agglomération. Mais la CdA s’est fixé l’objectif de limiter son impact sur les terres agricoles, pour protéger les 230 exploitations de son territoire. « Nous allons en priorité nous servir des « dents creuses » des communes : les terrains en friche, les espaces non utilisés, etc. », explique l’élu. La CdA mise également sur les constructions en hauteur, ce qui permettrait de ramener la consommation de terrains à 230 hectares, comme le prévoit le schéma de cohérence territoriale (Scot). Mais la nouvelle n’est pas au goût de tout le monde : lors de la réunion publique, plusieurs habitants ont exprimé leurs craintes de voir des immeubles leur boucher la vue et ont invoqué leur « droit à la lumière du soleil » dans leur habitat.  Les élus ont tenté de les rassurer en promettant qu’un règlement d’urbanisme était en cours d’élaboration. L’agglomération prévoit d’établir un zonage définissant notamment des « esprits de quartier », au sens architecturale et urbanistique du terme : esprit « village », « centre-bourg », etc. Sans être un règlement drastique comme peut l’être par exemple celui des Monuments Historiques, il devra être intégré par les opérateurs immobiliers dans leurs projets de constructions. Ce qui devrait permettre d’éviter notamment d’avoir de hauts immeubles dans des cœurs de village.

Faciliter l’accès et les transports doux

 « De nombreux foyers partent s’installer en Aunis faute de place ou de moyens financiers pour se loger sur place », analysent les élus.  Avec son programme de logements, l’agglomération espère ramener les travailleurs vers leurs lieux d’activités, à La Rochelle où dans son agglomération. Avec un deuxième objectif : limiter les déplacements en voiture. L’agglomération est déjà une championne de l’usage du vélo : il représente 7% des transports locaux. La CdA ambitionne d’atteindre à terme les 14% d’usage, et se hisser sur la première marche du podium des villes françaises du genre, aux côtés de Strasbourg. Pour y parvenir, elle mise sur le développement de ses stations vélos Yélo, en particulier sur les communes de l’agglomération. Elle compte en étendre la location journalière et hebdomadaire à des forfaits longues durées, mensuel ou annuel, à destination des étudiants ou des actifs. La CdA a également prévu en 2017 une enveloppe d’un million d’euros à destination des communes pour développer les pistes cyclables, ou sécuriser l’existant. L’Agglo compte également construire des parking-relais (gratuits) supplémentaires au 3 existants : 4 avant 2025, 4 autres après 2025. L’un d’entre eux sera d’ailleurs inauguré à Beaulieu en 2018. L’agglo renouvèle également petit à petit son réseau de bus : depuis 2014, elle s’est engagée à ne plus acheter de transports au diesel, et a donc investit dans 3 bus hybrides, en attendant le tout électrique.

Limiter son impact sur l’environnement

L’agglomération est engagée dans plusieurs programmes nationaux de développement durable, et de limitation de gaz à effet de serre et de carbone, dont le projet Territoire d’innovation de grande ambition (TIGA) (*). Avec un objectif premier : reduire l’empreinte écologique, à commencer par réduire la facture en énergie. Dans son programme de construction, la CdA mise sur « du bâti de haute qualité, à haute valeur environnementale ». Elle pourra notamment s’appuyer sur l’expertise du Lab’in Tech du parc Atlantech de Lagord. Les espaces végétaux seront également intégrés aux construction et dans le paysage, non plus pour un rôle esthétique mais pour un usage fonctionnel écologique et durable (toitures végétales, régulations thermiques, zones tampons anti inondations, etc.), et pour préserver la biodiversité, comme celle des marais.

Pour réduire la facture énergétique, l’agglomération envisage d’aller vers une forme d’autonomie énergétique en installant des parcs éoliens sur son territoire. L’agglo a identifié une trentaine de zones susceptibles d’accueillir des parcs de 4 ou 5 éoliennes. Chacun d’entre eux pourrait alors couvrir la consommation de 2000 logements, estiment les élus.



Note / Prochaines dates : du 4 au 18 décembre dans les communes de Périgny à Croix Chapeau ; du 12 au 21 décembre pour La Rochelle Ville : mardi 12 décembre à 19 h au Musée Maritime pour le secteur centre de La Rochelle, mardi 19 décembre à 19 h, salle des fêtes de Villeneuve-les-Salines pour le secteur Sud de La Rochelle, jeudi 21 décembre à 18h30 salle des fêtes de La Pallice pour le secteur Ouest de La Rochelle. Cartes et dates de réunions publiques à retrouver sur 

 www.agglo-larochelle.fr/le-plan-local-d-urbanisme-intercommunal.


(*) Appel à manifestation d’intérêt, géré par la Caisse des Dépôts au titre du Programme d’Investissements d’Avenir, afin d’identifier et sélectionner des projets originaux associant un haut niveau d’innovation et un écosystème territorial. Objectif : Identifier, sélectionner et accompagner des territoires d’intérêt national dans des projets de transformation qui articuleront des innovations structurantes dans différents secteurs, des initiatives publiques et privées.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle !
À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles