Bousiers ou perce-oreilles, 37 insectes à découvrir !


Réhabiliter des insectes peu connus du grand public et des entomologistes eux-mêmes, voilà la vocation du programme Entomo-NA tout juste lancé par un large réseau néo-aquitain de structures naturalistes. Un enjeu de connaissance et de protection.

Un bousier de l'espèce copris lunarisJeremy ROSTAN

Un bousier copris lunaris identifié à Queyrac, dans le Médoc girondin

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 22/11/2022 PAR Solène MÉRIC

La chasse aux papillons a toujours eu plus de succès que la traque du perce-oreille. Les entomologistes eux-même le reconnaissent. Résultat : à l’exception des papillons de jour, sauterelles, criquets ou autres abeilles dont les espèces n’ont plus de secrets pour les scientifiques, la connaissance des insectes reste très lacunaire. Il y aurait pourtant de quoi faire : rien qu’en Nouvelle-Aquitaine, 10 553 espèces d’insectes sont inventoriées.

Forts de cette prise de conscience, les structures* naturalistes de la région se sont unies pour la première fois en un large réseau à travers le territoire. Objectif : repérer et améliorer les connaissances de deux familles d’insectes certes moins « sexy » que les graciles papillons mais tout aussi respectables : les gros bousiers et les perce-oreilles. Les premiers comptent 11 espèces en Nouvelle-Aquitaine, les seconds, 16.

Facilement identifiables

Ces deux familles ont été choisies car « elles sont visibles et facilement identifiables, y compris par le grand public », explique Akaren Goudiaby, entomologiste à Cistude Nature et coordinateur du programme.

Il s’agit à travers ce programme Entomo-NA, « de connaître la répartition et l’écologie de ces espèces dans la région » à savoir leurs milieux de prédilection, leurs populations, leur activité, alimentation… Manière aussi « d’établir l’intensité des menaces, d’en déceler de nouvelles et de les quantifier afin de proposer ensuite des mesures adaptées pour leur protection », détaille l’entomologiste. 

Transformateur de déjections

S’il est important de parvenir à repérer ces espèces pour pouvoir mieux les protéger, c’est qu’elles ont « un rôle écologique majeur », souligne Akaren Goudiaby. « Les bousiers par exemple, recyclent les déjections animales. En conséquence, là où il y a une forte régression de ces espèces, les bactéries se multiplient de façon exponentielle, dont la fameuse Escherichia coli, dangereuse pour l’homme. S’il n’y a plus de bousiers, les déjections seront dégradées par la pluie. Et l’infiltration dans le sol risque de contaminer les nappes phréatiques et poser localement des problèmes sanitaires », illustre-t-il.

De la même manière, les bousiers comme certains perce-oreilles, sont des proies pour deux espèces de chauves-souris et d’oiseaux protégés. Or, « s’il y a moins d’oiseaux, c’est aussi parce qu’ils ont moins de nourriture », glisse le naturaliste de Cistude Nature. L’effet papillon, ou plus exactement, “l’effet bousier” de la biodiversité…

Aperçu du site internet entomo-na.org qui présente des fiches par espèceCapture d'écran www.entomo-na.org

Le site www.entomo-na.org présente des fiches descriptive des espèces investiguées dans la région


Un atlas entomologique néo-aquitain participatif

Pour réaliser ce recensement, les structures naturalistes de Nouvelle-Aquitaine, bien que nombreuses dans ce projet ne peuvent suffire. Après un an de travail de préparation, à prospecter les structures associatives, mettre en place des formations pour les professionnels et constituer une clé de détermination des grands bousiers et un guide des grands bousiers pour faciliter leur identification et caractéristiques, l’appel à contribution au grand public est lancé, avec l’invitation à partager ses observations et trouvailles sur le site entomo-na.org .

Celui-ci a vocation à constituer un atlas néo-aquitain de ces deux familles d’insectes. Si pour l’heure les choses démarrent avec les grands bousiers, le repérage des 16 espèces de perce-oreilles sera lancé en 2023. Et d’ici 5 ans pourquoi pas, à d’autres espèces encore. En balade nature ou dans votre jardin, il y a là de quoi passer un moment ludique et instructif en famille, au bénéfice de la biodiversité locale !


*
Cistude Nature, SEPANSO, CPIE Corrèze, Société entomologique du Limousin, Conservatoire d’espaces naturels de Nouvelle-Aquitaine, Vienne Nature, Charente Nature, Groupe entomologique des Pyrénées Occidentales

Infos pratiques !

Un ensemble de formations ou autre sorties nature à destination du grand public assurées par les structures engagées viendront également animer ce programme Entomo-Na, dès 2023.

En savoir plus sur Entomo-Na : www.entomo-na.org

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! NATURE > Nos derniers articles