Bordeaux : Pôle Emploi, militant de la pédagogie numérique


RB

Bordeaux : Pôle Emploi, militant de la pédagogie numérique

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 13/10/2015 PAR Romain Béteille

80% des demandeurs d’emploi ont déjà cherché un job sur internet, et 90% des DRH affirment utiliser internet pour leur processus de recrutement. A partir de ce constat, les agences Pôle Emploi de Bordeaux ont choisi de s’adapter aux moeurs et de renforcer leur offre numérique. Au début de l’été dernier, l’organisme a lancé au niveau national l’Emploi Store. Accessible gratuitement pour tous sur ordinateurs, smartphones et tablettes, cette nouvelle plateforme regroupe une centaine de services issus de Pôle Emploi ou d’autres opérateurs privés comme Keljob ou l’Apec. Regroupés en 4 thématiques (choix du métier, formation, préparation de candidature, recherche d’emploi), le site renvoie sur cinq applications de l’organisme disponibles sur l’App Store ou Google Play. Entre une aide à la rédaction ou l’enregistrement  de CV en vidéo (CV Tube, sorte de “Youtube” du monde professionnel) ou des propositions plus innovantes comme un simulateur d’entretien avec un employeur, sorte de “serious game” au contenu aléatoire qui propose de former le demandeur à faire face aux imprévus, ces nouveaux outils se veulent accessibles et innovants. En tout cas pour les habitués. 

S’adapter aux publicsEn effet, en allant se balader un peu sur l’Apple Store, on trouve pas moins de… huit applications différentes de Pôle Emploi, proposant chacune un service. “Au démarrage, nous avions pensé à une seule application avec un service très large. C’est ce qu’on peut retrouver sur ordinateur. Mais sur les appareils comme les smartphones ou les tablettes, les gens veulent un seul objectif par application”, résume Frédéric Toubeau, directeur régional de Pôle Emploi Aquitaine. Le prix de l’innovation, sans doute. Reste que l’agence Pôle Emploi de Bordeaux Nord, selon ses propres sources, couvre 80% des quartiers prioritaires de Bordeaux, et qu’une frange de la population encore importante n’est pas encore tout à fait familiarisée avec cette batterie de nouveaux outils. C’est dans ce but que l’agence a mis en place des “Parcours numériques”. D’une durée de trois jours et par groupe de cinq personnes, les publics les plus en difficulté avec l’outil numérique peuvent se former avec l’aide d’un conseiller, d’autant qu’un “ambassadeur du numérique” a été installé dans toutes les agences. “86% des utilisateurs de ces parcours ont encore un niveau collège”, souligne Celia Rodrigues Minau, directrice de l’agence. “Notre objectif, c’est de personnaliser l’offre de service en fonction du degré d’autonomie. Il faut s’adapter à ces publics, car leur apprendre l’outil numérique pour leur recherche d’emploi est aujourd’hui indispensable”. 

Un relais humain importantEt pas question pour autant de remplacer totalement le conseiller par l’outil numérique. “Les gens ont toujours besoin de ce relais humain. Si demain, il n’y a plus personne pour les conseiller, qu’ils se trouvent devant un ordinateur sans savoir quoi faire, ils abandonneront très vite. Sans compter le problème de l’illétrisme”, affirme la directrice. L’idée est donc que l’offre se généralise, sans pour autant devenir la seule alternative pour la recherche d’emploi. Paradoxalement, pour les publics les plus rôdés à l’usage du numérique, l’agence Pôle Emploi de Mériadeck a mis en place en janvier dernier un “accompagnement 100% web” qui concerne toutes les agences de Bordeaux : visio-conférence avec un conseiller, documents fournis par mails… l’offre mise tout sur un processus dématérialisé, qui permet aux plus aguerris d’avoir un suivi personnalisé sans bouger de chez soi. L’offre devrait être adoptée dans les Landes et en Dordogne courant 2016. Une bonne chose que le conseil personnalisé ne soit pas remplacé par des applications digitales. Si la fameuse “fracture numérique” a tendance à se résorber, selon les chiffres du Credoc, en 2013, 17% des français n’avaient pas d’ordinateur à domicile, 19% aucun accès à internet (23% aucun accès au net de chez eux) et 83% des foyers n’étaient pas encore équipés de tablettes tactiles. 


Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Gironde À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles