La Métropole s’engage dans une gouvernance alimentaire durable


Aqui

La Métropole s’engage dans une gouvernance alimentaire durable

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min

Publication PUBLIÉ LE 19/10/2017 PAR Alizé Boissin

Ils étaient près de 130 personnes jeudi matin à se presser dans la Chartreuse St André à Caudéran. Représentants du privé, du public, d’association… tous sont venus assister au lancement du premier Conseil consultatif de gouvernance alimentaire durable de Bordeaux Métropole. Une expérimentation qui durera trois ans « avec l’envie de le pérenniser » selon les mots de Morgane Scouarnec, chargée de mission gouvernance alimentaire, et principale animatrice de cette matinée.


En 2011, le rapport Quévremont inquiète. Celui-ci souligne la limite à une seule journée de l’autonomie alimentaire de la Métropole : la production de produits frais sur le territoire de Bordeaux Métropole représentait alors moins d’un jour de consommation annuelle correspondante. Depuis, Bordeaux Métropole prend les choses en mains et acte en mai 2017 la création de son Conseil Consultatif de gouvernance alimentaire durable. En tant que présidente de cette nouvelle instance, Anne Walryck, vice-présidente de Bordeaux Métropole en charge du développement durable, définit clairement l’objectif: « co-construire, avec les différents acteurs du territoire, une politique alimentaire adaptée aux problématiques locales ».
Dans un souci de représentativité, les participants de ce nouveau conseil sont classés par « collège d’acteurs ». Une couleur différente pour matérialiser chaque acteur du système alimentaire territorial : le public, la production, la transformation, la distribution et la sensibilisation. Ce large panel permet de favoriser l’identification de tous sur le système alimentaire afin de construire de nouveaux partenariats. Les présentations faites, Morgane Scouarnec lance les animations pratiques.

C’est alors un véritable moment démocratique qui prend forme dans cette salle de la Chartreuse. Face aux élus présents comme Clément Rossignol, maire de Bègles, vice-président de Bordeaux Métropole en charge de la Nature, Mme Béatrice de François, maire de Parempuyre, conseillère métropolitaine en charge du développement de l’agriculture de proximité et des circuits courts, et encore Max Colès, maire de Saint-Vincent-de-Paul; les acteurs de l’alimentaire prennent la parole, se présentent et font le point sur leurs besoins. L’association Disco Soupe, mouvement solidaire et festif qui s’approprie l’espace public et sensibilise au gaspillage alimentaire, recherchent des bénévoles. Quant à Danièle Bacheré, représentante du mouvement Colibris à Bordeaux, elle est venue présenter les projets Oasis : des éco-lieux en milieu périurbain. Pour elle, le lancement du premier conseil consultatif lui permet de « rencontrer les acteurs qui sont dans les même intentions » et « de contacter des partenaires institutionnels pour faire évoluer notre projet, et trouver des solutions sur ce qui nous pose encore problème ». Difficile de dire si à la fin de cette première journée les participants auront trouvé ce qu’ils cherchent. Pour le moment, Morgane Scouarnec insiste, il s’agit de valoriser les actions déjà présentes et de les faire connaître aux autres partenaires, « on débroussaille » résume Anne Walryck. Dès janvier, des commissions seront organisées pour aborder le fond des problèmes et faire émerger de nouvelles solutions.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle !
À lire ! MÉTROPOLE > Nos derniers articles