Bien-être étudiant : l’UPPA tire les leçons de la crise


Entre difficultés matérielles et isolement, la crise sanitaire a révélé des fragilités fortes chez les étudiants. L'université de Pau se mobilise pour amoindrir ces faiblesses de la vie étudiante.

Université de Pau Pays de l'AdourUPPA

Université de Pau Pays de l'Adour

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 09/09/2022 PAR Solène MÉRIC

Une rentrée sans contrainte sanitaire, c’est « un contexte que l’on apprécie énormément », avoue volontiers Laurent Bordes, président de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Mais pour autant, rien n’est oublié des deux années universitaires précédentes et des impacts matériels et psychologiques de la crise Covid sur les étudiants. En cette rentrée, l’UPPA affirme sa volonté d’agir sur le sujet de leur bien-être, travaillant à un Schéma directeur de la vie et du bien-être étudiant. Il en va de la qualité de vie des 14 000 étudiants qu’elle accueillera à nouveau cette année sur ses 5 campus.

Durant la crise sanitaire l’Université a facilité la mise en oeuvre d’actions solidaires en matière d’accompagnement matériel et de santé de ses étudiants, mais elle veut désormais aller plus loin quant à leur bien-être et leurs conditions de vie. « A travers le schéma directeur de la vie étudiante, nous voulons continuer et mieux organiser ce que nous avons déjà entrepris lors la crise sanitaire, mais nous voulons ajouter de nouveaux éléments. Notamment encourager les étudiants à s’investir un cran plus loin dans la vie de l’Université, à travers un système de “pair-aidance”», indique Monique Luby, vice-présidente du conseil d’administration.

Démocratie universitaire et “pair-aidance”


L’ambition est vaste et s’appliquera à l’ensemble des campus de l’UPPA, de la côte basque à Pau en passant par Mont-de-Marsan et Tarbes. Le schéma sera construit « pour » mais surtout « avec » les étudiants, par l’organisation notamment d’Assises étudiantes. « Nous ne sommes pas là pour faire leur bien-être à leur place mais pour faire avec eux », précise Monique Luby. La démocratie universitaire est d’ailleurs un des 4 axes de ce futur schéma, au regard du peu de succès de la représentation institutionnelle des étudiants. La participation à ces élections est particulièrement faible, « en général au-dessous de 10% » estime le président de l’Université.

Laurent Bordes, président de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (au premier rang) entouré des membres du Bureau de l'UniversitéUPPA

Laurent Bordes, président de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (au premier rang) entouré des membres du Bureau de l’Université

Pour mieux entendre leurs voix, l’UPPA compte donc certes sur les étudiants élus mais aussi sur les associations d’étudiants, les étudiants « relais-santé », ou les étudiants déjà impliqués dans des projets solidaires universitaires, tous avec pour point commun d’petre au contact de leurs pairs. Autre porte-voix espéré, des débats réguliers organisés sur des thèmes variés concernant les différents aspects de la vie sur les campus.

Autre axe fort que veut prendre en compte ce schéma : « la territorialisation de la vie étudiante au regard du caractère multi-sites de l’Université », dévoile Laurent Bordes. L’ambition ici est d’assurer une équité entre les campus de l’UPPA quant à la présence des services de la vie étudiante sur chacun d’entre eux.

Créer ou réorganiser des lieux de vie

A titre d’exemple, « l’espace santé étudiant présent sur les campus de Pau et Bayonne va étendre sa présence 1 à 2 jours par semaine sur les campus de Tarbes et Mont-de-Marsan » cite le président. Toujours selon le principe de la « pair-aidance », l’établissement va aussi identifier des référents vie étudiante sur les campus, dont le rôle sera d’assurer l’interface avec le Bureau de l’université « pour construire une politique au plus près des besoins ».

Outre l’ambition d’ouvrir davantage l’Université aux collectivités qui accueillent ses campus, Laurent Bordes a aussi rappelé le souhait de créer ou réorganiser les lieux de vie estudiantins, pour une meilleure qualité de vie au sein de l’établissement. Dans cet esprit, sur le campus de Pau, « les services liés à la vie étudiante seront regroupés au sein du même bâtiment et des espaces détentes ont été prévus dans les bâtiments en cours de rénovation ».

Deux foyers vont aussi ouvrir leur porte au mois d’octobre : l’un à Pau, l’autre à Anglet, avec l’objectif de mieux faire vivre et connaître les offres associatives, culturelles et sportives étudiantes. Une manière aussi de créer du collectif et lutter contre l’isolement de nombreux étudiants qui s’est fait brutalement jour lors de la crise sanitaire.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Pyrénées-Atlantiques À lire ! ÉDUCATION > Nos derniers articles