Bordeaux: Calmels sous l’égide du tandem Juppé-Bayrou


NC

Bordeaux: Calmels sous l'égide du tandem Juppé-Bayrou

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 1 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 29/11/2015 PAR Nicolas César

Pour la première fois, depuis le début de la campagne, un sondage BVA place la liste LR-UDI-MoDem menée par Virginie Calmels en tête du premier tour des élections régionales dans la future Grande Région Aquitaine – Poitou-Charentes – Limousin, avec 32 % des voix. Le président sortant, le socialiste, Alain Rousset n’obtient que 26% des voix. Le FN est lui aussi en forte progression et recueille 22% des suffrages. Ceci étant, au deuxième tour, Alain Rousset serait vainqueur du scrutin avec 39%, mais avec -7 points par rapport au dernier sondage. La liste de droite obtenant 37 % des suffrages (+4 points) et le FN (24 %, +3 points).

La droite et le centre main dans la main “Nous avons le moral, car il y a une vague monte, qui va porter Virginie Calmels à la présidence de la Grande Région”, a déclaré Alain Juppé, le maire de Bordeaux. “Je suis très heureux d’être là. Quelque chose est en train de changer. C’est une surprise totalement inattendue, due à la personnalité de Virginie Calmels et au fait que nous avons réalisé une vraie entente, qui repose sur des liens d’affection autour d’Alain Juppé”, a enchaîné François Bayrou. Au passage, les deux hommes qui se rapprochent en vue de l’élection présidentielle de 2017 ont précisé que des alliances entre la droite et le centre avaient été nouées dans toute la France. “Il y a beaucoup plus de choses qui nous unissent qui ne nous séparent”, a insisté le président du MoDem. Pour Alain Juppé, la forte progression dans les sondages de Virginie Calmels face au socialiste Alain Rousset s’explique par sa capacité à avoir su “trouver les bons angles d’attaque et à déstabiliser son principal rival lors des débats télévisés”. Ceci étant, lorsque Jean-Pierre Raffarin s’est enflammé pour annoncer qu’elle allait gagner, le maire de Bordeaux a temporisé, rappelant que “rien n’était encore gagné”. Le fondateur de l’UMP a également lancé un message aux agriculteurs et industriels qui envisageraient de voter FN. “Que peuvent-ils espérer d’un parti qui veut fermer les frontières de l’Europe et sortir de l’Union Européenne ?”. Il reste huit jours de campagne. 

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Gironde À lire ! POLITIQUE > Nos derniers articles