Banques alimentaires : la grande collecte démarre


Comme chaque année, le dernier week-end de novembre est un rendez-vous majeur entre les Banques alimentaires et le public. Focus sur l'organisation de l'opération en Gironde

Après la collecte en magasins, vient, durant plusieurs semaines, l'étape du tri en entrepôtEmmanuelle Diaz | Aqui

Après la collecte en magasins, vient, durant plusieurs semaines, l'étape du tri en entrepôt

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 26/11/2021 PAR Solène MÉRIC

Du vendredi 26 au dimanche 28 novembre, les bénévoles des Banques alimentaires reviennent dans vos supermarchés. Outre la générosité du public à travers le don de denrées alimentaire, les Banques alimentaires de la Région à l’image de la Banque alimentaire Bordeaux Gironde recherche aussi des bénévoles. S’il faut assurer la promotion de la collecte dans les magasins ce weekend, les opérations de tri qui suivront vont également nécessité un besoin de main d’oeuvre important. Et il n’est jamais trop tard pour se manifester!

” La collecte 2020 avait battu tous les records, en quantité (469 tonnes) et en adéquation deproduits récoltés à nos besoins soit plus d’un million d’équivalents repas. Cela a représenté plus de 30% de nos besoins annuels en produits secs et longue conservation”, se souviennent encore avec satisfaction les responsables de la Banque Alimentaire Bordeaux Gironde.

Une cinquantaine de magasins supplémentaires mobilisée
Cependant l’augmentation des besoins reste d’actualité dans le département. En conséquence, l’association en a pris la mesure, en mobilisant, ce week-end, une cinquantaine de magasins supplémentaires par rapport aux années précédentes, soit environ 250 contre 200 l’an dernier. Bien sûr présente dans la Métropole, la collecte girondine couvre bel et bien l’ensemble du département. “
Elle est aussi très forte en milieu rural, dans tous les bassins de vie, du Nord Blayais au Bazadais en passant par le Bassin d’Arcachon, le Pays Foyen, les marais de Saint-Ciers, etc.”, confirme l’organisation.

Sur les produits demandés, les besoins restent les mêmes: produits secs à durée de conservation longue, à forte valeur nutritionnelle. L’idéal ce sont ” les produits à forts apports protéiques afin de compléter le frais que la Banque alimentaire distribuent chaque jour et de pallier la diminution de la ramasse de produits carnés”. Priorité donc aux féculents (riz et semoule) et aux conserves de poisson, de viande et de légumes. Pour un don réellement utile : “pas de produits frais, ni de produits pour bébé”, appuie les responsables.

Collecte dématérialisée
Mais à cet effort supplémentaire de collecte en physique, avec la “classique” distribution de sacs et de flyers par les bénévoles aux gilets orange, la BABG poursuit l’initiative lancée l’an dernier de la collecte dématérialisée. Cette opération baptisée ” ldon de vivre(s)” s’appuie sur la distribution par les bénévoles de coupons correspondant à euros par repas, encaissés par le magasin lors du passage en caisse. “La mise en place de cette solution dématérialisée a capitalisé sur l’expérience de 2020. Les sommes réunies sont transformées ultérieurement en denrées alimentaires dans le magasin où elles ont été collectées. Ainsi la Banque Alimentaire peut choisir ultérieurement les produits dont elle a besoin, et en particulier des produits frais qui ne peuvent pas être concernés par la collecte physique“, détaille l’association. Autre avantage pour elle : elle peut aussi échelonner ses approvisionnements au fur et à mesure des besoins.

Autre biais pour aider, la plateforme, portée par la Fédération nationale des Banques Alimentaires, monpaniersolidaire.org qui permet d’offrir en ligne un ou plusieurs paniers, et dont les montants sont répartis entre les 79 Banques alimentaires départementales.

Enfin, au delà de la générosité matérielle, c’est aussi au don de soi qu’appelle la Banque Alimentaire Bordeaux Gironde. En effet, s’il faut du monde dans les magasins pour mobiliser autour de la collecte, les opérations de tri en entrepôts dans les semaines qui suivront ne manqueront jamais de volontaires. Pour mémoire, la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde agit via un réseau de 125 partenaires, ce qui représente chaque semaine plus de 22 000 bénéficiaires en situation de précarité alimentaire. En 2020, elle a distribué 4000 tonnes de denrées à 125 structures associatives et sociales partenaires, auxquelles il faut ajouter les opérations en faveur des étudiants et des jeunes et les distributions d’été.


Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! SOLIDARITÉS > Nos derniers articles